19/01/2021
NOUS SUIVRE SUR

Mbandaka, le 14 octobre 2020 (caritasdev.cd) : Alors que la Province de l’Equateur en RDC fait face à la Maladie à Virus Ebola (MVE) et à la Covid19, la Caritas-Développement Mbandaka-Bikoro déplore la dangereuse pratique de l’enterrement non sécurisé dont se livre la population. Bien qu’aucun cas ne soit déclaré positif ces jours-ci pour les deux épidémies, dans les 3 Zones de Santé de la ville de Mbandaka, les cas des décès communautaires sont enregistrés par-ci par-là. Malgré les efforts fournis par les différentes Commissions de la riposte, certaines personnes restent fermes contre le prélèvement et l’enterrement digne et sécurisé (EDS) au niveau de la communauté. C’est ce que décrit Caritas-développement Mbandaka-Bikoro dans un Rapport de Situation daté du mardi 13 octobre 2020, et parvenu ce mercredi à caritasdev.cd

 Echantillon récupéré moyennant 10 $ US et enterrement non sécurisé

 Le rapport présente un cas récent : le décès lundi 12 octobre 2020 vers 09 heures de Madame Mboyo Chantal, mère d’un enfant, des suites d’une maladie.  La défunte est issue d’une famille des Peuples autochtones (Pygmées), habitant l’avenue Bokeli n°16, quartier Ituri, commune de Wangata, dans la Zone de Santé du même nom, Aire de Santé d’Ituri.  Sa famille et son entourage se sont opposés catégoriquement au prélèvement de l’échantillon et à l’Enterrement Digne et Sécurisé, EDS.

Les membres de famille se sont farouchement opposés à l’EDS. Après moult négociations, l’échantillon a pu être prélevé. Mais, c’était sans compter avec le veuf qui a même « enfoncé l’échantillon dans son sous-vêtement ». Il va le libérer enfin, moyennant une somme équivalant à 10 dollars américains.  Un témoignage poignant de la Caritas locale, sous la signature de Monsieur l’Abbé Louis Iyeli Nsono, Coordonnateur de la Caritas-Développement Mbandaka-Bikoro, souligne que " l’inhumation du cops a eu lieu au cimetière de Bolenge vers 16h00. Le corps a été transporté par les membres de la communauté qui l’ont manipulé, puisqu’ils se sont opposés à l’enterrement digne et sécurisé ". Le prêtre plaide pour « une forte mobilisation de moyens pour la sensibilisation de grande envergure et de porte à porte afin d’atteindre toutes les couches de la communauté ».

Guy-Marin Kamandji

NEWSLETTER
Soyez informé par e-mail
NOUS SUIVRE SUR
© CARITAS 2017
4961168
aujourd'hui
Cette semaine
Mois
Total
954
2504
28739
4961168