07/07/2020
NOUS SUIVRE SUR

Kinshasa, le 23 avril 2020 (caritasdev.cd) : Dans une ordonnance publiée mercredi 22 avril 2020, le Président de la République Démocratique du Congo (RDC), Félix-Antoine Tshisekedi, a nommé le Cardinal Fridolin Ambongo Coordonnateur du Fonds National de Solidarité contre le Covid-19 (FNSCC).  « La nomination de son Eminence le Cardinal Fridolin Ambongo à la tête du Fonds National de Solidarité, celle des Chefs de Confessions Religieuses et des membres de la Société Civile est un signal fort de la collaboration devant exister entre les Eglises et l'Etat », a réagi ce  jeudi  matin la Conférence Episcopale Nationale du Congo (CENCO) sur son compte Twitter.

Le Cardinal Ambongo sera secondé d’un Coordonnateur adjoint, en l’occurrence le Représentant légal de l’Eglise du Christ au Congo (ECC), le révérend André Bokundoa. Son comité compte d’autres responsables des confessions religieuses ainsi que des personnalités du monde scientifique. Les dix autres membres sont les suivants : Pr Jean-Jacques Muyembe, Cheick Abdallah Mangala, Révérend pasteur Sony Kafuta, Révérend Delphin Ebele Katalay, Mme Liliane Bakeyela, Mme Marie Madeline Kalala Ngoy, Mr Roger Kamba, Mr Patrick Ngulu, Mr Patient Bashombe et Mr Yvon Tshizumbu.

Cette nomination fait suite aux échanges que le Chef de l’État a eus lundi 20 avril dernier avec les représentants de différentes confessions religieuses. Leur délégation était conduite par le Cardinal Fridolin Ambongo, Archevêque de Kinshasa et Vice-président de la CENCO. La lutte pour faire barrage à la pandémie de Coronavirus en République démocratique du Congo, les questions relatives au bon fonctionnement des affaires de l’État et la collaboration qui doit exister entre les églises et les autorités du pays étaient au menu de cette rencontre, a fait savoir le site de la CENCO.

Selon le vice-président de la CENCO, les Chefs de Confessions Religieuses ont répondu à l’invitation du Chef de l’État qui, en ce moment, est en train de mettre en place des stratégies pour Lutter contre l’ennemi commun et invisible qu’est le Covid-19. Pour l’Archevêque de Kinshasa, le Chef de l’État a estimé qu’il était donc opportun d’associer les confessions religieuses dans ce combat commun contre le Covid-19. Même si les cultes sont suspendus, les prières continuent. Et les hommes d’églises continuent à communiquer avec leurs fidèles à travers les moyens de communication modernes dont ils disposent.

Il sied de signaler que la situation épidémiologique du Covid-19 au 22 avril 2020 indique 377 cas cumulés, 25 décès, 47 guéries. Pour la jurnée d'hier, il y a eu 18 nouveaux cas confirmés à Kinshasa, 208 malades en bonne évolution, 156 cas en cours dinvestigation, et 5 provinces touchées. Il s'agit de Kinshasa avec 365 cas;  Nord-Kivu 5, Sud-Kivu 4, Ituri 2 et Kwilu 1.

Mission, durée, affectation des fonds et traçabilité du FNSCC

Créé par l’ordonnance n° 20/018 du 06 avril 2020 du Président Tshisekedi, le Fonds National de Solidarité Contre le Covid-19 (FNSCC) a essentiellement pour mission de rechercher et collecter des moyens financiers destinés à servir sous forme d’aide, assistance ou soutien aux personnes physiques ou morales, personnels médicaux soignants, services médicaux ou hospitaliers. 

Le FNSCC a aussi pour mission d’appuyer les entreprises et autres structures exerçant une activité économique qui seraient particulièrement touchées par les conséquences économiques, financières et sociales de la propagation du COVID-19 et des mesures prises pour en limiter la propagation.

Le FNSCC devra en outre permettre aux particuliers, entreprises et organisations de tout genre animés par un but philanthropique de contribuer, de manière officielle, aux efforts déployés par l’Etat congolais contre la pandémie de COVID-19 en RDC. 

Ainsi, « le Fonds est chargé de centraliser toutes les donations financières nécessaires à la riposte contre la pandémie de COVID-19 », souligne l’ordonnance présidentielle. 

Celle-ci précise que ce fonds est une structure temporaire créée pour la durée de l’Etat d’urgence sanitaire, proclamée par l’ordonnance présidentielle N°20/014 du 24 mars 2020. Sa durée d’intervention sera prolongée automatiquement en cas de prolongation de l’état d’urgence sanitaire et à durée équivalente.

C’est ainsi qu’ « à l’issue de la durée du Fonds, l’ensemble de son actif net sera transféré à la gestion du Gouvernement dans le respect des attributions des Ministères et structures en charge de la riposte contre le COVID-19 », indique l’ordonnance présidentielle.

Quant à la cible, ce fonds sera alimenté par l’Etat et, sur une base volontaire, par  les provinces et les Entités Territoriales décentralisées, les entreprises publiques ou privées, les bailleurs de fonds, les partenaires et toute autre personne physique ou morale de droit public ou privé. 

Les moyens financiers collectés et mis à la disposition du Fonds sont logés dans un compte spécial qui sera ouvert par le Coordonnateur National du Fonds dans une des banques commerciales du pays.  

L’article 5 de cette ordonnance stipule que l’argent collecté par le FNSCC sera utilisé pour financer les fournitures essentielles comme les équipements de protections individuelles à la population et aux agents de santé qui sont en première ligne sur l’étendue du territoire national, soutenir financièrement le Comité multisectoriel de riposte au Covid-19 en lui donnant les moyens de suivre et détecter la maladie et en renforçant les capacités du laboratoire par la formation et la fourniture des matériels adéquats. 

Il est chargé également de soutenir financièrement les agents de santé et des communautés locales pour qu’ils aient accès partout aux dernières informations scientifiques pour pouvoir se protéger, prévenir l’infection, endiguer sa propagation et dispense des soins à ceux qui ont besoins de manière à réduire l’impact du COVID-19 sur les femmes, les enfants et les vulnérables.

La gestion et l’organisation de ce Fonds sont confiées à un Comité de gestion composé notamment d’un Coordonnateur, et de son adjoint, avec des délégués issus de la Société Civile, des mouvements associatifs des femmes, des entreprises du secteur public et du secteur privé ainsi que du Secrétaire Technique du Comité multisectoriel de riposte au Covid-19. 

Enfin, traçabilité oblige, il est prévu la désignation par le Chef de l’Etat d’un Auditeur externe en vue de garantir la transparence dans la gestion, la traçabilité des opérations d’assistance, un contrôle de toutes les donations centralisées et destinées à la riposte sur toute l’étendue du territoire national. Cet auditeur devra être choisi parmi les membres de l’Ordre des experts comptables et justifier d’une expérience et des compétences avérées et de très bonne réputation. 

Guy-Marin Kamandji

NEWSLETTER
Soyez informé par e-mail
NOUS SUIVRE SUR
© CARITAS 2017
4595135
aujourd'hui
Cette semaine
Mois
Total
1713
4041
15218
4595135