30/05/2020
NOUS SUIVRE SUR

Kindu, 30 mars 2020 (caritasdev.cd) : 3.993 ménages de la province du Maniema sont actuellement affectés par l’inondation. En fait, 2.730 maisons ont été partiellement ou totalement endommagées par cette catastrophe, affectant ainsi les occupants. Les zones les plus frappées sont la ville de Kindu ainsi que les Territoires de Kailo, Punia et Kasongo. Dans un communiqué publié le 23 mars dernier, un collectif de quatre ONGs locales demande « aux Autorités compétentes, voire aux acteurs humanitaires, chacun en ce qui le concerne, de venir en aide aux milliers des ménages affectés par cette inondation et dont les besoins s’expriment en termes de Vivres, Articles Ménagers Essentiels, ainsi que Eau Hygiène et Assainissement ».

OSV Asbl, GRAPEDECO, ADEPA et Caritas Kindu soulignent que certains ménages touchés par cette inondation se trouveraient dans des familles d’accueil ; d’autres, surtout à Kindu, qui passent nuit au bâtiment de l’Assemblée provinciale.  Cette situation affecte plusieurs secteurs de la vie, notamment « Eau, hygiène et Assainissement », articles ménagers essentiels et sécurité alimentaire relèvent ces ONGs.  

Elles estiment que les eaux du fleuve Congo auraient atteint un niveau de 5 à 7 m de hauteur par rapport à sa normale. Cela varie d’une zone à une autre suivant la configuration du terrain. Cependant, déjà plus de 65 points d’eau (Source d’eau, puits,…) seraient souillés ; des latrines remplies, lesquelles sont en communications avec les quelques sources/puits pas encore touchés. Ce qui pollue les eaux de la surface, voire souterraine pendant que la crue reste évolutive dans les zones en crise.

Généralement, selon la géographie de la zone ou du pays, quand il pleut au Nord, au Sud il pleut moins et vice-versa. Ainsi, pendant qu’on note moins de pluies en province du Maniema en ce jour, en revanche les communautés paysanno-riveraines des territoires ci-haut cités et celles de la ville de Kindu et environs, renseignent une montée des eaux. Elles disent observer une crue au jour le jour. Au stade actuel, la situation semblerait s’intensifier dans tous les villages situés le long du fleuve Congo à partir de quinzaine du mois de février dernier.

 

Bilan des zones affectées

 Des informations issues des sources concordantes (Autorités locales, Points focaux des acteurs humanitaires dans les territoires et partenaires) indiquent les données suivantes en différentes dates :

  • En date du 18 mars courant, 197 maisons seraient touchées par la montée des eaux dans la ville de Kindu (Commune Alunguli, Kasuku et Milenge)[1]. A ce chiffre s’ajoutent plus de 350 maisons nouvellement concernées par la même catastrophe dans les mêmes communes, blocs et quartiers (Lukunda, Malonga, Muzelela, Kama II, Kabondo, Lombolombo, ….).

 

  • Entre le 19 au 22 Mars 2020 dans le territoire de Kailo, Zone de santé de Kailo, plus de 891 maisons où au moins 1115 ménages habitaient, seraient affectées par l’inondation due à la montée des eaux du fleuve Congo dans 17 villages riverains agglomérés, parmi lesquels on trouve Songwe, Keala, Tete, Makola, Odimba, Lokando, Elila, Pembeliba, Lokenye, Nurusalama, Mokwe, Bome, Lotangi ; respectivement dans les Aires de santé de Lokando, Elila, Pembeliba et Lokenye.

 

  • Toujours entre le 18 et les 22 Mars dans le territoire de Punia, zone de santé de Ferekeni, Aire de santé de Kowe, Tubila et le Poste d’Ulundi ; au moins 931 maisons des villages : Kowe, Lokele, Tubila, Ulindi et ceux des environs aussi affectées.

 

  • Le 23 mars 2020, dans le territoire de Kasongo, une source renseigne sur les dégâts qu’a déjà causé l’inondation, où à cette date, 361 maisons seraient complément détruites par les aux (Mûrs et toitures écroulés) et/ou certains ménages ont perdu les biens de la maison, vivre,…Les villages les plus affectés sont : Kasongo-rive, Kasanti, Kalamwana, Milongo, Kosue, Kitete, Kiyangayanga, Bwenakundu, Sabwe et Penelubenga.

 

« L’actuelle inondation est comparable à celle vécue aux années 1998, et plus loin vers 1976 à Kindu, et vers Kailo et la partie du territoire de Punia. Plusieurs ménages en avaient été victimes », note le communiqué de quatre ONGS.

Ainsi donc, cette crise vient s’aggraver aux vulnérabilités structurelles des communautés affectées, et particulièrement les zones de santé en crise dont Ferekeni, Kailo, Kasongo Alunguli et celle de Kindu. D’où une analyse situationnelle par évaluation du degré de sévérité de la crise serait utile afin de sauver des vies humaines des personnes affectées et à besoins spécifiques dès lors que possible, concluent-elles.

Guy-Marin Kamandji

 

 

 

 

[1] Inondation Kindu : Evaluation de la catastrophe naturelle, Protection Civile Maniema, Kindu, 5 pages Mars 2020

NEWSLETTER
Soyez informé par e-mail
NOUS SUIVRE SUR
© CARITAS 2017
4504048
aujourd'hui
Cette semaine
Mois
Total
877
15483
122343
4504048