30/03/2020
NOUS SUIVRE SUR

Kinshasa, le 27 février 2020 (caritasdev.cd) : Après son lancement en novembre dernier, le projet de « renforcement des capacités des partenaires dans la protection contre les abus et exploitations sexuels à travers la protection transversale» se poursuit sans désemparer. Il est mis en œuvre par Catholic Relief Services (CRS), avec le financement de l'USAID/OFDA. Pour une durée de deux ans, ce projet vise à fournir un soutien direct à 36 Organisations locales/nationales en renforçant leurs capacités dans le domaine susmentionné. Ces organisations sont en Indonésie, aux Philippines, en Haïti et en République Démocratique du Congo.

En RD Congo, ce projet cible six organisations suivantes : Caritas Congo Asbl, Caritas Kananga, Caritas Mbuji-Mayi, Caritas Manono, Caritas Kongolo et Caritas Kalemie, avec 1.900 bénéficiaires indirects ciblés (autres membres d'organisations capacités). Et cela, pour une durée de 12 mois, allant d’octobre 2019 à septembre 2020.      

C’est dans ce cadre que les Facilitateurs de CRS/RDC se sont entretenus durant deux jours avec « l’Equipe de Caritas Congo Asbl, représentée à un très haut niveau ; ce qui est réconfortant pour nous », a indiqué Mr Constantin Amakala Sodio, Représentant-Pays de CRS en RDC. Les abus et exploitations sexuels, « c’est une situation à laquelle toute organisation est confrontée. Dès lors, il faut avoir le courage d’en parler et de traiter cette question, de donner aussi l’opportunité aux uns et aux autres de rapporter quand ils entendent ces cas d’abus », a-t-il souligné. 

Pour Mr Constantin Amakala Sodio, il est ainsi utile de renforcer les capacités des leaders de Caritas, afin qu’à leur tour, ils puissent avoir une bonne politique de protection contre les abus et exploitations sexuels. De cette manière, ils auront respecté les prescrits de leurs propres politiques et textes règlementaires en la matière pour les appliquer auprès des communautés bénéficiaires et au sein de leurs organisations.

 Au fait, le défi ici est de parvenir à l’amélioration de l’intégration des aspects de protection contre les abus et exploitations sexuels dans la gestion quotidienne du Personnel, des bénévoles, fournisseurs et partenaires de Caritas Congo Asbl ainsi que des communautés servies par elle.

Mme Aline Masengo, Chargée de Projet Senior /SPSEA et l’une de deux Facilitatrices de CRS à ces échanges, a rappelé que cette activité fait suite au lancement du projet, durant lequel les capacités de Caritas Congo Asbl à gérer des cas d’allégations d’abus et exploitations sexuels ont été évaluées. Les échanges de ces deux jours avec la Caritas et ses Cadres supérieurs se sont basés sur le résultat de ces évaluations afin de préparer un plan devant permettre d’aller plus en détails dans l’accompagnement de son Personnel.

Mme Masengo a souligné le risque élevé des cas d’abus et exploitations sexuels en situation d’urgence où les bénéficiaires sont les plus en situation de vulnérabilité. « Et si le Personnel n’est pas au courant de cette situation de vulnérabilité, sans le savoir, ils peuvent user de leur position de pouvoir face aux vulnérables qui peuvent être prêts à tout faire pour obtenir de l’aide. Il faudrait donc que les vulnérables soient informés sur ce que l’humanitaire est en droit de faire et de ne pas faire, et le caractère gratuit de l’assistance humanitaire », a-t-elle conclu. Ces échanges entre CRS et l’Equipe de Caritas Congo Asbl se sont déroulées du 14 au 15 janvier 2020, au centre d’accueil caritas à Kinshasa/Gombe.

Guy-Marin Kamandji

 

NEWSLETTER
Soyez informé par e-mail
NOUS SUIVRE SUR
© CARITAS 2017
4205472
aujourd'hui
Cette semaine
Mois
Total
1640
40301
157214
4205472