07/12/2019
NOUS SUIVRE SUR

Kikwit, le 13 juillet 2018 (caritasdev.cd): La Caritas-Développement Idiofa, en partenariat avec le projet d’Appui à l’Enseignement Primaire (APEP2), signé entre le Ministère de l’Enseignement Primaire, Secondaire et Professionnel de la R.D.Congo et l’Agence Française de Développement (AFD),

à travers le Contrat de Désendettement et de Développement, continue bel et bien l’exécution des travaux de construction de six Ecoles primaires dans la ville de Kikwit. Preuve que la performance, la compétence et l’excellence de la Caritas-Développement Idiofa s’expriment même en-dehors de ses limites territoriales. La présente interview accordée par l’Ir Lord NGO, superviseur technique des travaux nous en parle davantage.

Didier OSUT: Pourriez-vous nous fixer sur le lieu et le contexte dans lequel nous nous retrouvons ici ?

Ir Lord : Bien, le lieu, c’est dans la ville de Kikwit où nous nous retrouvons, plus précisément dans l’un des chantiers que nous supervisons pour le compte de la Caritas-Développement Idiofa. S'agissant du contexte, c’est dans le cadre de l’exécution du projet d’Appui à l’Enseignement Primaire, phase 2, en sigle APEP 2 ayant pour financement le C2D ( c’est-à-dire Contrat de Désendettement et de Développement), signé entre la RDC et la République Française en partenariat avec la Caritas – Développement Idiofa que nous nous retrouvons ici à Kikwit.

Pouvez-vous nous parler de ce projet en général et de ce qu’il attend de vous en particulier ?

Du projet en général, je dirai qu’il s’agit d’un projet qui consiste à la construction de six Ecoles Primaires dans la Sous/Proved( entendez, Sous-Province Educationnelle) de Kikwit 1 ; Proved( entendez Province Educationnelle) de Kwilu; dont le Maitre de l’Ouvrage est le Ministère de l’Enseignement Primaire, Secondaire et Professionnel. Il a pour source de financement le Contrat de Désendettement et de Développement, C2D en sigle, qui lie la R.D. Congo à la République Française. Sa surveillance et son contrôle sont assurés par le Bureau d’études D.P.A/AMO CONSTRUCTION. C’est un Projet exécuté par la Caritas-Développement Idiofa dont le délai d’exécution s’étend entre 20 à 24 mois. De ce qu’on peut attendre de nous, je dirai la réalisation parfaite dans le délai. Concrètement parlant, il s’agit de :

La construction de six Ecoles Primaires dans la sous/Proved de Kikwit 1, Proved de Kwilu ; la construction en briques de terre compressées et stabilisation. Pour ce, en plus des contrats des travaux des conventions des services, ont été signés avec Apep pour la gestion de la participation de la communauté, des briques dites BTC c’est-à-dire Briques de Terres Compressées stabilisées (Encadrement des originaires dans la fabrication) ; l’organisation du chantier par école et par Proved et le suivi journalier de chantier.

Quel objectif général poursuit ce projet ?

L’objectif consistait à l’exécution des travaux de construction de six écoles de la sous/ Division de Kikwit 1 (EP Poto-Poto, (ECP), EP Mwana Mbuka (ENC), EP Lukula (ENP), EP Kwanga (ECC), EP Kakoy II (ECP), EP Konzi (ENC).

Quel est le timing sur lequel l’exécution d’une école s’étend ?

C’est environ 4 mois. Cependant, nous sommes liés à plusieurs facteurs qui pourraient influencer l'exactitude de ce délai.

Et quel est le timing pour l’exécution de l’ensemble du projet ?

24 mois au minimum, avec une marge plus au moins flexible à cause des imprévus qui pourraient surgir pendant l'exécution des travaux.

Dans l'allure où vont choses jusqu'ici, êtes –vous sûr de finaliser avec tous les travaux dans le délai plus au moins normal ?

Bien sûr que oui ! Cependant, c'est au prix de sacrifices énormes car les conditions de travail dans un milieu comme celui-ci ne sont pas tout à fait faciles…

Ingénieur, nous rappelons que vous êtes Ingénieur de la Caritas- Développement Idiofa, Cependant d’aucuns se demandent : Comment se fait –il que vous puissiez braver les frontières de vos barrières et limites diocésaines pour vous retrouver dans un autre diocèse ?

C’était un marché public, ouvert à toute entreprise et/ou ONGD tant nationale qu’internationale pouvant être à la hauteur de réaliser les attentes du projet. C’était un marché qui a été lancé à Kinshasa. Il est donc franchement question de la conformité de notre soumission aux exigences du Projet.

Quelles sont ces principales difficultés auxquelles vous êtes confrontées dans l’exécution de vos travaux ?

La méconnaissance du milieu nous a été un défi: il a fallu préalablement prendre connaissance du lieu de l’extraction des matériels, chose qui n’a pas été du tout facile pour nous.

Bénéficiez –vous d’une manière à une autre de l’apport ou mieux de la participation des bénéficiaires principaux de ce projet dans l’exécution des travaux ?

Certes, car le projet lui-même le prévoit : La fabrication ou production des briques de terre compressées et à titre gratuit ; C’est-à-dire fourniture de l’argile et de la main d’œuvre locale pour la fabrication des briques tout simplement avec l’implication directe du COPA et du COGES de chaque école.

D’emblée, n’importe quel admirateur ne peut ne pas apprécier la qualité du travail dont ces beaux bâtiments sont la résultante. Que diriez-vous à ceux qui vont les gérer et ceux qui en sont les bénéficiaires en premier ?

Nous leur demandons d’en faire bon usage en vue de les rendre perrin.

Avant de boucler, Ingénieur, je vous rappelle une phrase géniale de Son Excellence Mgr José MOKO, notre Père Evêque; sur la quelle la Révérende Sœur Elisabeth GOTOGA, Coordinatrice de la Caritas Développement Idiofa revient toujours avec insistance, je cite: "Caritas Développement Idiofa, grandir   jusqu'à donner de l'ombre à un grand nombre." Dans l'exécution de vos travaux ici à Kikwit, cet ordre du Père Evêque trouve-t-il sa résonnance?

Bien sur que oui, et même avec beaucoup d'excellence!

Et de quelle manière?

Il vous suffit de réaliser la distance qui nous sépare d'Idiofa pour vous rendre compte de la matérialisation de cet ordre dans nos prestations. Vous le disiez d'ailleurs vous-même plus haut, avec précision, que nous avons bravé nos frontières territoriales en venant jusqu'ici. C'est un signe visible de la croissance de la Caritas Développement Idiofa qui vient donner son ombre à un grand nombre d'élèves, d'enseignants et par ricochet de la multitude de personnes à Kikwit et ses environs...        

Auriez-vous un dernier mot à dire que ce question n’aurait pas abordé?

Mes sincères remerciements vont droit au Représentant Légal de la Caritas-Développement Idiofa, en la Personne de Son Excellence Mgr José MOKO EKANGA, Evêque d’Idiofa pour la confiance qu’il a placée en nous ; A la Révérende sœur Coordinatrice, notamment Elisabeth GITOGA MAHUNDJI pour son sens aiguisé de leadership ; et à tous les travailleurs de la Caritas-Développement Idiofa pour l’esprit de collaboration dont ils ont toujours fait preuve.

Propos recueillis par Jean Didier OSUT, Chargé de Communication de la Caritas Développement Idiofa.

 

 

 

 

NEWSLETTER
Soyez informé par e-mail
NOUS SUIVRE SUR
© CARITAS 2017
3636971
aujourd'hui
Cette semaine
Mois
Total
2738
35317
41148
3636971