28/02/2020
NOUS SUIVRE SUR

Kinshasa, le  03 avril 2018 (caritasdev.cd) : Un atelier du Conseil Interconfessionnel de lutte contre le VIH et le Sida en République Démocratique du Congo (CIC en sigle)  s’est tenu au Centre d’Accueil de la Caritas Congo Asbl.

L’objectif visé par ces assises a été d’emmener les leaders religieux des confessions religieuses de se réapproprier la lutte contre le VIH et le Sida en tirant les leçons positives et négatives des expériences antérieures du CIC. Elles ont réuni  environ 35 participants pendant deux jours, soit du 26 au 27 mars 2018.

 Le premier groupe de participants a été composé des délégués des confessions religieuses, du Secrétariat Exécutif du Programme National Multisectoriel de Lutte contre le Sida (PNMLS) et du Directeur-Pays de l’ONUSIDA. Le deuxième groupe a compris les Programmes Nationaux et les Cellules Ministérielles de lutte contre le Sida (EPSP, Culture et Art, et Justice). Le troisième groupe de participants a compté  les ONG des confessions religieuses notamment le SANRU et le CORDAID ainsi que les partenaires de l’UNICEF et du PNUD.

La cérémonie d’ouverture de cet atelier a été marquée par deux principales allocutions. Celles-ci ont été tour à tour  prononcées par le Représentant du Directeur-Pays de l’Onusida, Monsieur Aladi Osseni,  et le Secrétaire National adjoint du PNMLS, Dr Bernard Bossiky. Les deux orateurs ont remercié les parties prenantes à cet atelier, dont la Caritas Internationalis,  représentée par Monsieur Stefano Nobile, pour leur disponibilité à ces assises et leur engagement à la riposte du VIH et du Sida en République Démocratique du Congo (RDC).

La première journée de cet atelier a été aussi marquée par trois communications. La première a été prononcée par Dr Bernard Bossiky, Secrétaire National adjoint du PNMLS. Ce dernier a axé son intervention sur la situation du Sida en République Démocratique du Congo. Il a placé son exposé sur le contexte général du Sida en République Démocratique du Congo, sa situation épidémiologique, sa situation chez les jeunes et adolescents, l’état de réponse de sa riposte, les innovations, les défis ainsi que le Plan Stratégique National de 2018-2021 du PNMLS.

Pour sa part, Monsieur Aladi Osseni, Représentant du Directeur Pays de l’Onusida, a démontré dans son speech l’importance des confessions religieuses dans un partenariat stratégique afin de lutter contre le VIH et le Sida. Son exposé a balayé un certain nombre de questions sur la problématique du Sida en République Démocratique du Congo. Ces dernières ont traité des écarts et défis majeurs, du plan d’urgence, de la valeur ajoutée des confessions religieuses et des actions immédiates du partenariat dans la lutte contre le Sida.

La troisième présentation a été faite par Monsieur Hendrew Lusey, Consultant de l’Onusida et Coordinateur Régional du Conseil Œcuménique des églises en Afrique Centrale. Celui-ci a présenté l’acte constitutif du Conseil Interconfessionnel de lutte contre le VIH et le Sida. Cet acte est un document final qui a sanctionné les travaux sur la création du Conseil Interconfessionnel de lutte contre le VIH et le Sida en 2002.

Il faut noter que le premier jour a été clôturé par des échanges en groupes sur le bilan du Conseil Interconfessionnel de lutte contre le VIH et le Sida et de sa Cellule de Coordination, avec en toile de fond le passif et l’actif dudit bilan.

Au deuxième jour de l’atelier, les travaux ont commencé par des échanges et discussions de l’assistance avant de se poursuivre en travaux en groupe sur des éventuelles recommandations du Conseil Interconfessionnel de lutte contre le VIH et le Sida. Ces dernières ont été formulées, au cours d’une séance plénière, aux leaders et confessions religieuses (Société Civile), au Gouvernement congolais et aux partenaires techniques multilatéraux.

Recommandations de la plénière

Aux leaders et confessions religieuses, la plénière a recommandé un engagement tout azimut pour pérenniser les activités du Conseil Interconfessionnel de lutte contre le VIH et le Sida. Elle leur a aussi recommandé d’assurer le bon fonctionnement du Conseil Interconfessionnel de lutte contre le VIH et le Sida en respectant les statuts et règlement intérieur.

Au Gouvernement congolais, l’assistance a recommandé de doter au Conseil Interconfessionnel de lutte contre le VIH et le Sida d’un siège social, d’appuyer la mise en œuvre de ses activités, d’accompagner les leaders et de garantir la sécurité des communautés. Les participants ont prié aux partenaires d’apporter leurs appuis technique, logistique et financier, de s’aligner à la vision et à l’éthique du Conseil Interconfessionnel de lutte contre le VIH et le Sida, et d’alléger les procédures de son financement.

La séance de clôture a connu quelques allocutions pour terminer ces assises. D’abord Monsieur Hendrew Lusey, Consultant de l’Onusida, a tenu à retracer les grandes lignes qui ont fait l’objet de ces travaux. Il a donné grosso modo le film de toutes les activités en sa qualité de Modérateur et Facilitateur des travaux. Ensuite, le Directeur Pays de l’Onusida, Monsieur Marc Saba, a invité les parties prenantes du Conseil Interconfessionnel de lutte contre le VIH et le Sida à la disponibilité et la contribution dans la riposte du Sida en République Démocratique du Congo. Enfin, le Secrétaire National adjoint a déclaré clauses les assises sur la Consultation Nationale du Conseil Interconfessionnel de lutte contre le VIH et le Sida en République Démocratique du Congo.

Pour rappel,  le but de ces assises de deux jours a consisté à approfondir la réflexion critique des techniciens des confessions religieuses, à identifier les facteurs qui ont entrainé l’arrêt des activités du Conseil Interconfessionnel de lutte contre le VIH et le Sida, d’une part et de proposer des actions correctrices appropriées pour la mise en œuvre effective de celle-ci d’autre part.

Nestor Max Lutumba (Stagiaire)

NEWSLETTER
Soyez informé par e-mail
NOUS SUIVRE SUR
© CARITAS 2017
4038586
aujourd'hui
Cette semaine
Mois
Total
7824
16647
121191
4038586