29/09/2021
NOUS SUIVRE SUR

Kongolo, le 08 septembre 2021 (caritasdev.cd) : Le projet de renforcement des capacités professionnelles des jeunes a été lancé vendredi O3 septembre 2021 par le Révérend Abbé Gaëtan ILUNGA, Coordonnateur a.i de la Caritas-Développement Kongolo, dans la salle de réception de cette structure, en présence des Autorités locales, des représentants des jeunes bénéficiaires ainsi que d’autres invités.

Ce projet triennal va de juillet 2021 à juin 2024 et bénéficie de l’appui technique et financier de la Caritas Australie. Il cible 400 jeunes âgés de 18 à 25 ans. Il s’agit de 101 filles-mères célibataires vivant les conséquences des mariages précoces et victimes des violences basées sur le Genre (VBG), 109 jeunes vulnérables marginalisés et victimes d’exclusion sociale, dont 9 handicapés physiques, 101 jeunes orphelins des pères et de mères, 33 ex-enfants associés aux milices et 56 jeunes déplacés des conflits intercommunautaires. 

Six sites seront organisés (Mbulula, Keba, Sola, Kaseya, Katea et  Kongolo-centre) dans les villages Mbulula, Keba, Sola, Kaseya, Kilayi et Katea où les jeunes seront encadrés.

Présentant le projet aux participants, le Docteur Anaclet Wattend, chef de projet à la Caritas Kongolo, justifie ce projet par le fait que les jeunes du territoire de Kongolo sont touchés par les conséquences des conflits intercommunautaires, des incursions des milices armées ayant entrainés le déplacement massif des populations, des pertes en vies humaines, des dégâts matériels et des violations de droits humains dont les violences sexistes. A cela s’ajoutent les conflits passés entre les miliciens Malaika et les FARDC (armée nationale) en Province voisine du Maniema qui ont été à la base des déplacements des familles et plusieurs enfants sont restés abandonnés sans moyens de survie et séparés de leurs familles biologiques.

Certains sont restés orphelins de père et de mère, d’autres ayant été associés aux milices demeurent  sans stratégies de survie après leur auto-démobilisation. En outre, les filles ont été forcées aux mariages précoces et sont abandonnées à leur triste sort avec des enfants à leur charge ; d’autres ayant été victimes des violences sexistes.

Par ailleurs, les jeunes vivant avec handicap physique et ceux qui sont frappés par la condition  d’analphabétisme total à cause de l’extrême pauvreté des familles souffrent eux aussi  de l’exclusion sociale dans les communautés car ils sont jugés incapables de contribuer au développement. Voilà le contexte qui a poussé le Bureau Diocésain Caritas-Développement Kongolo à mettre en œuvre ce projet.

Présentation du projet par Dr Anaclet WATTEND

Les objectifs de ce projet ont été classés selon 3 axes stratégiques, a démontré Docteur Anaclet Wattend, à savoir :

Dans l’axe stratégique1, il sera question d’augmenter les capacités de 400 jeunes (dont 50% de jeunes filles) à gagner un revenu dans 6 villages du territoire de Kongolo par la formation professionnelle et la création de petites micro-entreprises d’ici juin 2024.

L’axe strategique 2,  dont les interventions consisteront à augmenter de 20%  la sécurité alimentaire de 400 jeunes vulnérables et de leurs familles par la productivité agricole, la diversification de l’alimentation et l’amélioration de l’accès au marché.

 

Enfin, l’axe stratégique 3  qui a pour objectif de donner à 120 femmes et jeunes filles, victimes des violences sexistes, les moyens de prendre contrôle de leur vie et de leurs actions par le biais de l’éducation, de l’accès à un lieu sûr d’écoute, d’un soutien psychosocial et des activités génératrices des revenus (AGR).

A l’issue de ce lancement, quelques participants ont livré leurs impressions. Pour Monsieur Aboba MUGANZA Jean, chef de Service de la Jeunesse et Initiation à la nouvelle citoyenneté, ‘’le territoire de Kongolo a 10 entités chefferies et secteurs. On y trouve partout des jeunes désœuvrés et victimes de plusieurs violences. Avec Caritas qui va encadrer 400 jeunes dans son nouveau projet qui constituent un noyau, nous pensons que ces derniers à leur tour pourront former leurs camarades pour apporter un changement dans le chef des jeunes’’ .

Maman Kitenge MAUWA, cheffe de Service du Genre, Famille et Enfant, a pour sa part remercié la Caritas Kongolo et son partenaire Caritas Australie pour cette initiative. Elle encourage par ailleurs les jeunes à pouvoir accueillir ce projet pour l’amélioration de leur futur, car le Congo de demain dépend de l’avenir des jeunes.

Il sied de noter que le Territoire de Kongolo compte un grand nombre des jeunes désœuvrés et victimes des violences de tout genre. Avec les moyens limités, la Caritas diocésaine de Kongolo a ciblé 400 jeunes pour les encadrer au renforcement de leurs capacités professionnelles, mais le besoin reste encore grand dans la région.

Crispin NAWEJ, Chargé de Communication Caritas – Dév Kongolo

 

NEWSLETTER
Soyez informé par e-mail
NOUS SUIVRE SUR
© CARITAS 2017
5445683
aujourd'hui
Cette semaine
Mois
Total
163
2889
43551
5445683