07/07/2020
NOUS SUIVRE SUR

Kinshasa, le 13 mai 2020 (caritasdev.cd) :   L’Ambassade de France en RDC et la Caritas-Développement Kinshasa viennent de signer une convention de partenariat pour augmenter la production agricole  de 1.700 producteurs maraîchers et 800 producteurs vivriersde la capitale de la RD Congo en ce temps de la maladie à Coronavirus 2019 (Covid-19). La cérémonie y afférente s’est déroulée le 29 avril 2020 à l’Ambassade de France à Kinshasa. L’Ambassadeur de France en RDC, Mr François Pujolas, et le Cardinal Fridolin Ambongo, en sa qualité de Président de la Caritas-Développement Kinshasa, ont ainsi signé cette convention pour un montant de 280.000 dollars américains.

C’était en présence du Chargé de la Coopération de l’ambassade française, Mr Fabien Cayla, du Secrétaire-Chancellier de l’Archidiocèse de Kinshasa (Mr l’Abbé Georges Njila),  ainsi que de Mr l’Abbé Bienvenu Masunga et Mr Prince Kikalulu, respectivement Directeur de la Caritas-Développement Kinshasa et Chargé des Programmes de Développement de cet Organe de l’Archidiocèse de Kinshasa.

L’objectif principal du projet de contingence en sécurité alimentaire dans le cadre de la maladie à Covid-19 est d’augmenter la production des maraichers et producteurs agricoles, en vue de faire face à la demande du marché et de contribuer au maintien du bien-être des ménages vulnérables  sur le plan alimentaire face aux méfaits du Covid-19. Il comprend deux volets : maraicher et vivrier.

Pour le volet maraicher, la zone d’intervention de ce projet couvre deux axes. L’Axe Ndjili/Brasserie (avec les Communes de Kimbanseke, Nsele et Mont-Ngafula) et l’Axe Masina. Ce dernier comporte deux grands sites maraîchers ou « Tshuenge  » : Masina et Mafuta-Kizola vers la paroisse Saint Bartelemy.

Quant au second volet, la production vivrière va s’exécuter dans la Commune de Maluku, dans les villages situés dans l’axe Mutshiene-Kibirika, à 120 km de la ville province de Kinshasa.

Innovation : les maraichers parcellaires parmi les bénéficiaires

Les bénéficiaires sont 1.500 producteurs maraîchers, membres de l’Union des Femmes pour le Développement de Kinshasa, et 800 producteurs vivriers de l’axe  Mutshiene-Kibirika. En outre, il y a une petite innovation à ce projet : « Nous voulons aussi appuyer ceux qui font le potager parcellaire afin qu’ils puissent continuer à produire dans leurs parcelles en vue d’avoir de quoi se nourrir même si la situation s’aggravait », a souligné Mr Kikalulu.  200 parmi eux bénéficiéront de cet appui. Ce qui porte le nombre des bénéficiaires à 2.500 producteurs.

Concernant l’augmentation de la production agricole, les activités retenues dans ce projet comprennent l’approvisionnement des producteurs en intrants, l’aménagement des canaux d’irrigation et l’appui en fertilisants organiques (excréments de porcs, bouse des vaches, etc.), et l’appui en bacs pour ceux qui font les potagers parcellaires.

Un autre temps fort de ce projet sera les canaux d’évacuation pour approvisionner les points de vente. Des chaines d’approvisionnement seront ainsi organisées des lieux de production jusqu’aux points de vente. Ceux-ci seront mis en place dans le cas où la situation du Covid-19 s’aggraverait. Des points de vente seraient alors installés pour faire face à la non accessibilité éventuelle aux marchés, de manière que les gens n’aillent plus loin.

Sensibiliser les bénéficiaires à demeurer dans la production et contre le Covid-19

Une autre composante de ce projet est la sensibilisation des bénéficiaires à demeurer dans la production, tout en se préservant contre la maladie de Coronavirus 2019. Et là, des canaux de communication réalistes sont prévus pour informer les paysans sur les mesures de prévention contre cette pandémie.

Par ailleurs, «nous allons organiser des campagnes de sensibilisation des producteurs sur l’agrobusiness », a ajouté Mr Prince Kikalulu, de quoi leur permettre de se faire un peu de sous en cette période où tout le monde cherche à s’approvisionner en légumes et autres denrées alimentaires.  

Les parties prenantes à ce projet sont l’Ambassade de France (le bailleur des fonds), la Caritas-Développement Kinshasa et l’Union des Associations des Femmes pour le Développement de Kinshasa. Cette dernière regroupe en son sein 32 associations des femmes maraichères de Kinshasa. Il sied de signaler que ce projet a été défendu à l’Ambassade de France en RDC par Mr Prince Kikalulu, Chargé des Programmes de Développement de la Caritas-Développement Kinshasa.

Vue des participants à la signature de la convention
Vue des participants à la signature de la convention

La prochaine étape sera une cérémonie de remise symbolique des intrants (semences, outils aratoires, fertilisants organiques) aux bénéficiaires. Elle pourrait intervenir entre le 18 et 22 mai 2020 ; juste question de suivre la procédure de passation de marchés en ce temps de confinement au centre-ville (commune de la Gombe).

Guy-Marin Kamandji

 

 

 

NEWSLETTER
Soyez informé par e-mail
NOUS SUIVRE SUR
© CARITAS 2017
4595168
aujourd'hui
Cette semaine
Mois
Total
1746
4074
15251
4595168