février 06, 2023

Adresse : 26 av Basoko Gombe, Kinshasa

fr Français en English es Español

Maniema : le foyer amélioré promu par Caritas facilite la vie des ménagères du Territoire de Kailo

Kindu, le 18 octobre  2022 (caritasdev.cd): Le foyer amélioré est un dispositif des cuissons des aliments construit pour utiliser les bois énergie, mais, plus économique et moins polluant. La Caritas-Développement Kindu, comme la plupart des membres du Réseau Caritas en RDC, en fait la promotion au sein de la population. Elle est ainsi engagée dans la formation sur l’utilisation et la fabrication des foyers améliorés. L’objectif est d’améliorer les conditions de cuisson (par la diminution de fumée et le temps de cuisson), réduire la quantité de bois que les femmes transportent chaque jour au dos pour la cuisson et réduire les fumées polluantes.

Cette activité s’est déroulée dans le cadre du programmed’Agriculture durable et meilleure protection des forêts tropicales en RDC, indique l’ingénieurFiston Masudi Saido, Chargé de projet dans le programme REDD+. En fait, le programme« Agriculture durable et une meilleure protection des forêts en République Démocratique du Congo »,initié par la Caritas Norvège dans le cadre de l’Initiative Interreligieuse pour la forêt tropicale, IRI en sigle, est une alliance internationale et multiconfessionnelle. Il vise à faire prévaloir l’urgence morale et les valeurs religieuses dans le cadre de la lutte mondiale contre la déforestation tropicale. Il est mis en œuvre par un consortium Caritas Congo Asbl, Eglise du Christ au Congo (ECC) et Norwegian Church Aid (NCA), sous le lead de Caritas Norvège. Ce programme est exécuté dans le Territoire de Kailo, Secteur de Balanga, dans les Groupements Basikamba (dans les villages Lokando, Kaboso, Kasubi et Tulungu) et Basilwamba ( villages Kiburi 2, Kinungu, Bweni 1, Ombela, Bweni 2,Tobeki et Kimiakimia).

La formation sur l’utilisation et la fabrication des foyers améliorés fait partie des activités dudit programme. Les ménages bénéficient ainsi de la formation continue. Ils apprécient l’impact positif du foyer amélioré, mais ils émettent des doléances sur l’approvisionnement en matériau de fabrication. « Pour répondre à la qualité de l’argile qu’elles utilisent, nous leur demandons de préconiser un jour spécial pour tous les membres (enfants) du ménage par semaine en vue d’aller prendre de l’argile appropriée qui se trouve à 6 km et 9 km de leurs villages », a signifié l’ingénieur Fiston Masudi Saido. Quoi qu’il en soit, les résultats visés sont atteints. Les ménages ciblés savent fabriquer et utiliser les foyers améliorés, avec partage d’expériences dans leurs milieux de vie. Il est appelé en Swahili « Bembeleza, mafika bora »,traduit littérairement comme « moindre consommation et bonne cuisson ». C’est ce que reconnaissent les ménagères suivantes.

Madame Feza, du Village Kinungu, Groupement de Basilwamba :« j’éprouve de la joie immense depuis que j’utilise ce foyer amélioré. D’abord, puisqu’il consomme moins de bois. Nous parvenons à cuire les aliments avec moins de bois. Du coup, nous les ménagères nous voyons diminuer la charge du bois que nous devrions couper et transporter chaque jour. Actuellement, la consommation ayant diminué, nous parvenons à utiliser durant une semaine la charge de bois qui s’épuisait en une seule journée ». Mariée et mère de cinq enfants, Mme Feza ajoute que« le foyer amélioré permet d’obtenir des mets bien cuits et de bonne saveur et diminue sensiblement la gêne de la fumée aux yeux ». Seul souci, la qualité de l’argile utilisée.

Mme Elisée Matisho est mariée et mère de trois enfants. « Je suis très heureuse de ce foyer amélioré. Il me fallait trois ou quatre bottes de bois par semaine pour cuire les trois marmites de nos mets quotidiens. La botte s’épuisait en deux journées. Mais, avec le foyer amélioré dont nous avons appris la fabrication, une planche de bois arrive à cuir la viande, les feuilles de manioc et la patte de manioc (Fufu). C’est ce que vous m’avez trouvé en train de faire ici »,témoigne la quadragénaire. Elle relève néanmoins que la bonne terre pour fabriquer ce foyer nécessité d’aller la chercher dans le cours d’eau à près de dix kms de son village.

Guy-Marin Kamandji