février 06, 2023

Adresse : 26 av Basoko Gombe, Kinshasa

fr Français en English es Español

Sud-Kivu : Caritas et l’UNICEF de nouveau ensemble contre la malnutrition aiguë sévère dans les Zones de Santé de Kalehe, Katana, Miti-Murhesa et Nyangezi

Bukavu, le 30 septembre 2022 (caritasdev.cd) : La seconde phase de la prise en charge de la malnutrition aiguë sévère dans les Zones de Santé de Kalehe, Katana, Miti-Murhesa et Nyangezi vient de démarrer en ce mois de septembre 2022. Les enfants malnutris aigues sévères de ces trois Zones de Santé en sont les bénéficiaires.

La particularité de ce projet, porté par l’UNICEF, par rapport à la vision du bailleur des fonds USAID, est de mettre un accent sur la gestion des intrants nutritionnels. En fait, la prise en charge de ces enfants se fait à l’aide des Aliments Thérapeutiques Prêts à l’Emploi (ATPE). 

Aliments Thérapeutiques Prêts à l’Emploi (ATPE)
Aliments Thérapeutiques Prêts à l’Emploi (ATPE)

Mais, un constat amer s’observe sur le terrain :  quelques fois, ces aliments sont détournés ou consommés par des personnes non éligibles. Et pourtant, une personne non atteinte de la malnutrition aiguë sévère qui prend ces ATPE risque de développer des maladies telles que le diabète ou des maladies métaboliques.

Selon le Coordonnateur dudit projet à la Caritas Congo Asbl, Dr Amédée Yambi, le choix de ces trois Zones de Santé est justifié par la prévalence, c’est-à-dire que ces zones de santé ont manifesté un taux élevé des enfants malnutris.

Il a indiqué que cette phase est la continuité de la première, et que chacune s’étend sur sept mois.

« Les années antérieures, nous confiions le dépistage des enfants malnutris aux Relais Communautaires. Mais, cette fois-ci, en plus de ce dépistage actif par les RECO, l’UNICEF a introduit un mécanisme dénommé le PB famille (PB : périmètre brachiale). On apprend aux différents chefs de ménages comment mesurer le périmètre du bras d’un enfant pour savoir s’il est atteint de la malnutrition . Cela permet d’éviter les cas de malnutrition sévère avec complications médicales. Voilà pourquoi aujourd’hui, le nombre de dépistés est devenu élevé », a relevé Dr Amédée Yambi.

Josué BOKETSHU (Stagiaire UCC)