Kinshasa, le 24/10/2017 , il est 8 h 07 connexion
   En bref :
Kinshasa: cérémonie d’au revoir et de bienvenue au staff de Caritas Congo Asbl ; 5 retraités fêtés   |  Tanganyika: 1.000 ménages paysans bénéficiaires d’un projet de sécurité alimentaire lancé à Kongolo  |  Afrique : les Communicateurs des Caritas nationales engagés à se doter d’une stratégie appropriée   |  Haut-Katanga : 200 ménages du village Mutambalile bénéficient désormais de l’eau potable   |  Un Task Force de Caritas Internationalis sur les Financements du Fonds Mondial institué à Genève  |  
ACTUALITES
ACTIVITES
RAPPORTS
LIENS UTILES
Des élèves ...
Image Detail
 
Limpa lya Maria et Caritas Congo Asbl : Un projet d’appui à la boulangerie où travailleurs, vendeuses et consommateurs où acheteurs trouvent leur compte PDF Imprimer Envoyer
Mercredi, 26 Juillet 2017 06:11

Une vue de la cour de la boulangerie Limpa lya Maria avec les agents de Caritas Congo Asbl et le Frère Katula (premier à gauche)Kinshasa, le  26  juillet 2017 (caritasdev.cd) : Ce samedi 22 juillet 2017 à neuf heures passées, la boulangerie  Limpa lya Maria, une œuvre catholique, sur rue Consolata n°6, au quartier Musangu, dans  la commune de Mont Ngafula, à Kinshasa, en RD. Congo, grouille de monde. Des vendeuses sont venues retirer leurs pains à écouler, alors que trois agents de la Caritas Congo Asbl et leur collègue chauffeur effectuent leur visite des lieux, dans le cadre du projet concernant cette boulangerie. Ce  projet dit Limpa lya Maria a été conçu par l’ancien Curé  de la paroisse Mater Dei, le Père Antonello  ROSSI. Situé sur le territoire paroissial de cette église susmentionnée, érigée dans le diocèse de Kisantu, ledit projet fonctionne depuis  plus ou moins quatre ans, grâce  au partenariat entre Caritas Congo Asbl et  Caritas Bolzano (Italie) qui lui a apporté un soutien financier, rapporte caritasdev.cd

Dans ce partenariat,  Caritas Congo Asbl a accordé au projet Limpa lya Maria un appui financier qui a permis d’assurer la formation de treize boulangers,  l’achat de quatre bacs, quarante  sacs de farine, de la levure, celui du carburant pour six-cent cinquante litres, le paiement du personnel au démarrage des activités ainsi que l’acquisition de deux fours. Le soutien financier de la Caritas diocésaine Bolzano a quant à lui doté  la boulangerie d’outils ou machines, en vue d’une production de qualité et en un temps record.  Cette production est de 6.240 pains par jour, pains auxquels s’ajoutent 1.650 gâteaux. Elle fournit en  pains plus ou moins 200 clients le  jour sur place et 20 dépôts installés dans différents quartiers situés dans les environs de la boulangerie Limpa lya  Maria.

Dans la boulangerie Limpa lya Maria

Ces explications sont fournies aux agents de Caritas Congo Asbl en visite de suivi en ce samedi 22  juillet 2017 par le gérant de la boulangerie, en présence du Frère Benoît KATULA Makcong, des Missionnaires de la Consolata, responsable de la boulangerie.  Ces 3 agents de Caritas Congo Asbl sont André MATHUNABO, Coordonnateur national du Service de Promotion de Développement (SPD)/Caritas Congo Asbl, supervisant le projet Limpa lya  Maria, ainsi que  MM.  Albert KIBANGALA et Joseph KIALA. Ces deux derniers agents sont respectivement Chargé de projet au SPD et Chargé de Communication adjoint. Pendant que les vendeuses étaient train d’être servies et des clients potentiels venaient s’approvisionner en pains à la source,  lesdits agents de Caritas Congo Asbl, grâce aux explications qui leur ont été fournies par le gestionnaire, ont réalisé l’apport du projet Limpa lya Maria à la population des environs et des milieux lointains comme Kasangulu, dans la province du Kongo Central, à vingt kilomètres de la boulangerie et où celle-ci s’est dotée d’un dépôt appelé à écouler chaque jour 200 pains. Ceci grâce au seul véhicule qui se charge du convoyage des bacs contenant ceux-ci chez les vendeuses, les propriétaires de dépôt et autres clients…

Le Père Antonello Rossi, initiateur du projet Limpa lya Maria avec un agent de la boulangerie

Dans la boulangerie, André MATHUNABO, Albert KIBANGALA et Joseph KIALA sont conduits tour à tour à son  dépôt, au lieu où est installé le pétrin et  au local où fonctionnent les deux fours pour la cuisson du pain. Les trois agents de Caritas Congo Asbl apprennent que par jour la boulangerie produit ses pains avec 14 sacs, sans oublier  l’huile et de la levure achetés à Mini Congo, dont les prix sont abordables et dont les services après vente sont assurés pour le  client, notamment   le transport mis à sa  disposition.  La commande aux boulangers est donnée pour lancer la fabrication du pain dès trois heures, pour le finir à six heures. Un sac dont  toute la farine est versée dans le pétrin équivaut à 520 pains produits (soit 104. 000 Francs congolais).  Par jour,  4 sacs et demi sont utilisés pour la production de gâteaux. Un sac de farine est  apprêté  dans le pétrin en vingt minutes.  La cuisson de 250 pains ne prend qu’une dizaine de minutes !

Les agents de Caritas Congo Asbl sur terrain chez une dame propriétaire d’un dépôt

Limpa lya Maria, un projet qui aide les travailleurs de la boulangerie

Mme Annie KWENGA, assurant l’entretien de certains  matériels de la boulangerie, a fait savoir aux agents de Caritas Congo Asbl en visite que le projet Limpa lya Maria     aide la veuve qu’elle est et étant hier sans travail, après une incursion infructueuse avec mille risques à la fin dans le monde du commerce jusqu’à Lufu, vers le Kongo Central.  Avec ce qu’elle gagne à la boulangerie, elle fait étudier trois de ses enfants à l’Université, au secondaire et à l’école primaire. Cette dame habite dans le  même quartier (Musangu/Sans Fil) où se trouve la boulangerie. Elle a émis le vœu que le projet Limpa lya Maria soit complété par deux autres :  un hôpital et une école. Mlle Falcone MONTEIRO est une collègue de service de Mme KWENGA, ayant suivi une  formation  comme boulangère. Celle-ci a   commencé par faire savoir   que le pain Limpa lya Maria a amené la différence  et la qualité à côté d’autres pains produits ça et là dans le coin et dont le goût est moins intéressant. Etant une des rares femmes employées par Limpa lya Maria dans la boulangerie, Falcone MONTEIRO est contente de gagner sa vie aujourd’hui  grâce à ce qu’elle reçoit comme salaire après son travail.

Mme Brigitte KILUANGU : Le projet Limpa lya Maria m’aide à payer les frais scolaires de mes enfants 

Mme Brigitte KILUANGU, une vendeuse, est reconnaissante au projet qui l’aide à payer les frais scolaires de ses enfants étudiant à l’école primaire. Il lui arrive de gagner par jour entre 20 et 50 dollars après vente, soit  respectivement en Francs congolais 33.200 et 82.500.

Une vendeuse en train  de construire sa maison grâce à sa vente de pains

Une autre vendeuse,  Mme ILUNGA,  « travaille » en partenariat avec le projet Limpa lya Maria. Elle affirme ne pas avoir des problèmes pour vérifier ou reprendre les calculs faits par la boulangerie figurant sur le carnet que celle-ci remet à chaque vendeuse.  Ses deux filles fréquentant l’Université ne manquent pas de quoi payer leurs études avec ce que leur maman gagne.  Elle est d’ailleurs en train de construire sa maison grâce à ce que lui donne comme moyens financiers le projet Limpa lya Maria après la vente de pains. La vendeuse apprécie l’accueil dont elle est l’objet quand elle vient à la boulangerie, la disponibilité de ses travailleurs ainsi que la qualité du pain produit.  Ce pain est aussi apprécié par une autre vendeuse, Isabelle LUBANZADIO. Cette dernière indique que chaque jour elle retire entre 300 et 400  pains. Après vente, cela lui donne   sa nourriture de tous les jours et lui permet de contribuer  à la paie des frais scolaires  de ses petits-fils.  Elle estime que le système de carte lancée par la boulangerie au profit des clients risque de   mener la vie dure aux vendeuses. Avec 1.000 Francs congolais, ces derniers sont servis en pains à la boulangerie et ils ont droit  à toucher quelque chose.

Le seul véhicule dont dispose la boulangerie Limpa lya Maria devant les installations de celle-ci après la distribution des pains

Les boulangers PULULU,  YAMFU  et MASINI : Fidélisation de la clientèle, agrandissement de la boulangerie et paie mensuelle assurant  leur prise en charge familiale

Ange PULULU, Blanchard YAMFU Musiangu et Alain MASINI Bundula sont les trois boulangers qu’a aussi abordés monsieur JOSEPH KIALA pour s’entretenir avec eux. Les trois employés de la boulangerie Limpa lya Maria ont noté qu’ils travaillent dans de bonnes conditions avec du matériel de qualité.  Au fait, cette boulangerie emploie deux équipes chacune de cinq boulangers.

Ange PULULU, Blanchard YAMFU Musiangu et Alain MASINI Bundula  ont confirmé que  le pain produit dans la boulangerie est apprécié dans les quartiers. La fidélisation de la clientèle constitue, selon Alain BUNDULA Masini,  un des facteurs qui lui ont permis de demeurer à son poste.  Il estime que la boulangerie a besoin de s’agrandir et de disposer d’autres outils ou machines de travail.  Il  déplore l’irrégularité de la fourniture de l’électricité. Blanchard YAMFU Musangu, père de six enfants,  reconnaît que sa paie mensuelle lui permet de prendre en charge la survie de sa progéniture et que la boulangerie rembourse sans peine les montants de ses factures de soins de santé, toutes les fois où il va se faire soigner à l’hôpital  Mater Dei. C’est ce qu’a aussi mis en lumière monsieur Ange PULULU. A propos d’une doléance     exigeant l’amélioration du gâteau que produit la boulangerie Limpa lya Maria, les trois boulangers, unanimement, ont soutenu qu’avec l’association de tous les ingrédients dont a besoin un gâteau pour être réussi, le vœu des consommateurs sera exaucé.

La paroisse Mater Dei, dans le diocèse de Kisantu, sur le territoire paroissial de laquelle se trouve la boulangerie Limpa lya Maria

Limpa Lya Maria, un pain au goût et à  la qualité appréciés par les consommateurs

Monsieur Roger MAYI, un consommateur du pain Limpa lya Maria, s’est dit attiré par   le goût et la qualité de celui-ci. Il appelle la boulangerie Limpa lya Maria à augmenter la quantité de sa production.  Emmanuel KIEBELA, élève aux humanités, ne peut plus depuis trois ans se passer du pain Limpa lya Maria, qu’il apprécie par rapport à beaucoup d’autres pains vendus dans son quartier. Il a indiqué que nombre de jeunes gens comme lui ainsi que des familles sont devenus des acheteurs attitrés  dudit  pain. Elie NZOLA Zoka, vendeuse  fournie en pains au niveau d’un dépôt, et Brigitte KETA Ngoy, une acheteuse rencontrée non loin du dépôt Adi, se sont aussi exprimées. Elles pensent que les clients et clientes devraient être motivés, de même que les dépôts.  Mme NZOLA Zoka   retire ses pains dont le prix de vente revient dans l’ensemble à  entre 1.000 et 2.000    Francs congolais.  Elle dit sa joie pour la qualité de Limpa lya Maria.  Brigitte KETA Ngoy réalise jusqu’au montant de 5.000 Francs congolais par jour. Grâce à ce qu’elle gagne, elle  s’achète ses propres habits, ceux de  ses enfants et  dispose ainsi  des moyens financiers pour réunir le montant exigé s’agissant  des problèmes pour lesquels trouver une solution au niveau de la famille élargie.


JOSEPH KIALA

 
 
 
 
www.joomlatutos.com
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
Aujourd'hui :
5
Hier :
414
Semaine :
419
Mois :
9550
Total :
834900