Kinshasa, le 24/10/2017 , il est 19 h 02 connexion
   En bref :
RDC: Mgr Uringi appelle les agents de la Caritas à la vigilance et la fidélité à leur code   |  RDC : l’alphabétisation, une des voies de promotion des peuples autochtones   |  Kinshasa: cérémonie d’au revoir et de bienvenue au staff de Caritas Congo Asbl ; 5 retraités fêtés   |  Tanganyika: 1.000 ménages paysans bénéficiaires d’un projet de sécurité alimentaire lancé à Kongolo  |  Afrique : les Communicateurs des Caritas nationales engagés à se doter d’une stratégie appropriée   |  
ACTUALITES
ACTIVITES
RAPPORTS
LIENS UTILES
Des élèves ...
Image Detail
 
Revue de presse du jeudi 20 avril 2017 PDF Imprimer Envoyer
Jeudi, 20 Avril 2017 07:42

L’actualité  de ce jeudi  20 avril 2017 en République Démocratique du Congo (RDC)  est dominée par divers titres, dont les suivants : Appel de Mgr Pierre-Célestin TSHITOKO aux autorités à veiller à la sécurité des habitants de Luebo et de leurs biens, Tshibala/Félix Tshisekedi - Difficile cohabitation !, Limogeage de Célestin Kanyama - Belle leçon pour les serviteurs zélés des dictateurs et Les déplacés face à la hausse des prix à Lubero.

I. URGENCES, DEVELOPPEMENT ET SANTE

  • Radio Okapi : Congo-Kinshasa: Les déplacés face à la hausse des prix à Lubero

Les déplacés se plaignent de leurs conditions de vie à Lubero où la hausse des prix sur le marché a réduit leur pouvoir d'achat. Ces personnes qui vivent dans des familles d'accueil monnayent des services pour trouver les moyens de participer au budget des ménages qui les accueillent.

Certains déplacés font des travaux champêtres pour le compte de certains habitants des localités où ils trouvent refuge moyennant 5 dollars américains. A Kirumba, par exemple, ils effectuent le raclage des terrains. Pour un lopin de terre de 25 mètres carrés, ils sont payés 5 dollars américains. Avec la hausse des prix sur le marché, ils ont des difficultés pour subvenir aux besoins de leurs familles. «Les déplacés sont incapables de répondre aux besoins alimentaires de leurs ménages. Un tas de pomme de terre, qui coûtait 250 francs congolais, est aujourd'hui à 500 francs (..,), explique John Kambale coordinateur de l'association AJADERU basée à Kirumba. Pour tenter d'aider ces déplacés, les autorités locales ont lancé une opération d'identification afin de plaider pour leur assistance auprès des ONG œuvrant dans ce secteur.

  • La Prospérité : Congo-Kinshasa: Conseil Economique et Social - Patrice Ezaty Meriko-Edzia destitué !

Avant hier soir, après une séance plénière marathon achevée à minuit, les Conseillers de la République, membres du Conseil économique et social de la RDC (CES), ont destitué Patrice Ezaty Meriko-Edzia, originaire de l’ex- Province Orientale, de ses fonctions de Président du Conseil économique et social. Motifs ? Des sources sûres, sans plus de détails, parlent, simplement, de détournement de fonds, corruption, népotisme.

Cette destitution, décidée conformément au Règlement intérieur du CES en son article 89, résulte d'un audit rigoureux réalisé par une commission du CES en novembre 2016.

  • Agence  Congolaise de Presse : Le manque de vaccination de routine conduit aux maladies récurrentes, selon  le PEV

Le manque de vaccination de routine conduit aux maladies récurrentes, a indiqué mardi à Kinshasa, Dr José Yemba, médecin  au Programme Elargi de Vaccination (PEV), lors d’une interview avec  l’ACP.

Le Dr Yemba a démontré que la vaccination de routine  se fait au niveau des institutions médicales d’une façon continuelle avec comme cible les enfants de moins d’une année, afin de lutter contre les maladies récurrentes. Il a en outre expliqué que la vaccination de routine se fait en plusieurs étapes,  à savoir : dès la naissance l’enfant reçoit la première dose de vaccin contre la tuberculose et la poliomyélite appelée (polio 0) ; après six semaines, il reçoit la deuxième dose contre la diphtérie, le tétanos, la coqueluche, l’hépatite, hémophobie influenza (DTC hepb-hib1), c’est qu’on appelle polio 1 ; à la treizième semaine l’enfant reçoit le (VP13) c’est-à-dire le vaccin anti poumons. Dr yemba a cité quelques maladies récurrentes qui sont à la base du manque de vaccination : la rougeole, la fièvre jaune, la pneumonie, la tuberculose, l’hépatite, le tétanos, la diphtérie. Le médecin a interpellé toutes les femmepour faire vacciner leurs enfants, car le vaccin est bénéfique et les protège.

II. POLITIQUE ET SOCIETE

  • Site Web de Caritas Congo Asbl : RDC : Appel de Mgr Pierre-Célestin TSHITOKO aux autorités à veiller à la sécurité des habitants de Luebo et de leurs biens

Mgr Pierre-Célestin TSHITOKO en appelle aux autorités du pays à veiller à la sécurité des habitants de Luebo et de leurs biens. L’Evêque du diocèse de Luebo, dans le centre de la RD. Congo,  a lancé son appel dans une interview  accordée à caritasdev.cd en ce   vendredi 7 avril 2017 à Kinshasa.

Mgr Pierre-Célestin TSHITOKO a demandé lors de cette interview qu’on cesse avec toutes les violences que connaît le diocèse de Luebo. Il a reconnu que deux points font problème sur l’application de l’Accord du 31 décembre 2016 sous l’égide de la CENCO  entre Opposition et Pouvoir ou Majorité. Pour l’Evêque de Luebo, cela revient au manque de volonté politique des politiciens et non de la Conférence Episcopale Nationale du Congo (CENCO), qui n’était que médiatrice dans ces négociations ! Mgr Pierre-Célestin TSHITOKO a lancé un autre appel   à la classe politique de la RD. Congo, l’invitant, face  à la grave crise économique et sociale que connaît le peuple congolais,   à chercher à améliorer cette situation en laissant de côté ses intérêts personnels. L’Evêque de Luebo a invité les hommes politiques de son pays  à discuter autour d’une même table comme des citoyens d’un même pays et des frères d’une même famille qui est la RD. Congo, rapporte caritasdev.cd

  • La Prospérité : Congo-Kinshasa: Tshibala/Félix Tshisekedi - Difficile cohabitation !

Il est rentré au pays au moment où Bruno Tshibala, nommé Premier Ministre au terme d'une Ordonnance présidentielle, publiée le 7 avril dernier, s'apprête à former son gouvernement. Félix Tshisekedi va-t-il y entrer ? Est-ce qu'il peut proposer ses membres ? La réponse est, évidemment, négative. D'autant plus qu'avant son départ, lorsqu'il prenait l'avion, le dimanche 9 avril, à la veille de la marche pacifique qui s'est muée en journée ville morte, la position de son "Rassemblement" était déjà connue. C'est non, non, non...

Visions rivales

La double exigence de la mise en œuvre intégrale et rapide de l'Accord du 31 décembre et de la conformité à la résolution 2348 du Conseil de sécurité constituait, ni plus, ni moins, le passage obligé pour toute éventuelle avancée dans la voie de l'embellie et de la cogestion de la transition. L'arrivée de Bruno Tshibala aux commandes de l'Exécutif national, jugée partiale au Rassemblement de Limete, n'aurait fait qu'exacerber cette contradiction attribuée, à tord ou à raison, au Président Kabila et à la Majorité. Chose que là aussi les caciques n'acceptent pas. Remuant ciel et terre, la Majorité promet, par contre, son soutien à Tshibala et renvoie la balle de l'échec des discussions directes dans le camp du Rassemblement. Du coup, l'affaire de la signature ratée de l'Arrangement Particulier, soulevée maintes fois à l'Udps et au Rassemblement, refait surface.

  • Le Pays : Congo-Kinshasa: Limogeage de Célestin Kanyama - Belle leçon pour les serviteurs zélés des dictateurs

Célestin Kanyama, nom de l'ex-chef de la police de Kinshasa, est une personnalité à la réputation bien sulfureuse. En effet, l'on ne compte plus le nombre de morts et de disparus du fait de son œuvre à la tête de la police de la capitale congolaise.

C'est donc à juste titre que bien de ses compatriotes l'appellent « esprit de  mort ». C'était également à juste titre que l'Union européenne (UE) et les Etats-unis d'Amérique avaient pris des sanctions contre l'homme. Tous lui reprochaient d'être « responsable ou complice d'actes de violences et d'enlèvements ciblant des civils, hommes, femmes et enfants lors de la répression d'émeutes hostiles au pouvoir de Joseph Kabila ». Toutes les bavures policières de la capitale portaient invariablement sa signature. Toutes ses dérives meurtrières avaient pour ambition de sauver un homme, Joseph Kabila. Eh bien, depuis ce lundi 17 avril, ce dernier a limogé son serviteur dont le zèle n'avait d'égal que son mépris pour la vie humaine, de son poste de chef de la police de Kinshasa. Il a été immédiatement remplacé par le colonel Elvis Palanga Nawej.

III. EGLISE

  • Agence Fides :  Paraguay : Déclarations de l’Evêque de San Pedro sur l’inopportunité de la révision constitutionnelle

Un projet « inopportun qui porte préjudice à la paix » : c’est ainsi que l’Evêque de San Pedro, S.Exc. Mgr Pierre Laurent Jubinville, C.S.Sp., qualifie le projet de révision de la Constitution présenté afin de permettre au Président sortant, Horacio Cartes, de pouvoir briguer un second mandat.

« Nous demandons à ses partisans et à ses promoteurs la sagesse de lire les signes des temps et la noblesse d’âme d’abandonner leurs intérêts propres pour se mettre au service du bien commun de tous les citoyens », peut-on lire dans la déclaration signée par Mgr Jubinville et s’adressant aux opérateurs pastoraux, aux religieux et aux fidèles qui ont participé lundi à la messe chrismale à Tacuatí.


Fait à Kinshasa le  20 avril   2017


Pour la Cellule de Communication[1]

Joseph KIALA

_________________________

[1] Pour toutes informations supplémentaires, veuillez contacter :

 
 
 
 
www.joomlatutos.com
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
Aujourd'hui :
206
Hier :
413
Semaine :
619
Mois :
9750
Total :
835100