Kinshasa, le 26/05/2017 , il est 9 h 58 connexion
   En bref :
Sud-Ubangi: le Gouverneur Oscar Molambo lance les travaux de construction de la Coordination Provinciale Lèpre et Tuberculose à Gemena  |  RDC : des activités trimestrielles de Caritas Congo dans son magazine N°042  |  Sud-Kivu : des ex-combattants démobilisés et membres de communautés d’accueil formés sur les activités génératrices de revenus  |  
ACTUALITES
ACTIVITES
RAPPORTS
LIENS UTILES
Mois de la ...
Image Detail
 
Journée Internationale de la Femme : les mamans agents de la CENCO solidaires avec les prisonnières du CPRK PDF Imprimer Envoyer
Jeudi, 09 Mars 2017 11:50

Les Femmes de la CENCO posant avec le SG à Africa Parc Aventure (Ph. Nolda Photo)Kinshasa, le 09 mars 2017 (caritasdev.cd) : Accompagnées de leur Secrétaire Général, l’Abbé Donatien Nshole, les femmes agents des Services Centraux de la Conférence Episcopale Nationale du Congo (CENCO), parmi lesquelles celles de Caritas Congo Asbl, ont rendu mercredi une visite de réconfort aux détenues du Centre Pénitentiaire et de Rééducation de Kinshasa (ex-prison de Makala).(Click here to read the English version)

En optant de partager avec ces prisonnières l’Eucharistie, la parole de Dieu et quelques biens, les Femmes agents de la CENCO ont voulu « les soutenir, leur  remonter le moral, au regard de leur conditions particulières de privation de liberté ». Comme l’a souligné leur Présidente, « c’est déprimant d’être en détention, et parfois sans en connaitre l’issue (Ndlr : cas de celles dont le jugement n’est pas encore prononcé). Nous avons donc voulu les encourager à ne pas perdre espoir, et de saisir cette situation passagère pour revoir leur vie passée en vue d’un changement positif dans leurs relations humaines », a indiqué à la presse leur présidente Mme Rose Makelele-Tsangala.


Joie des femmes et jeunes filles malgré leur situation délicate


Au-delà des exhortations au changement des mentalités, une délégation des Femmes agents de la CENCO a apporté aussi quelques biens aux prisonnières du CPRK.
Elles étaient plus de cent, jeunes filles et femmes, confondues à recevoir chacune un drap de lit, un kilo de riz, de sucre, du lait, du savon de lessive et de toilette, y compris du papier et bande hygiénique.


Bien que modeste, ce cadeau de la Journée Internationale de la Femme a beaucoup marqué les pensionnaires du pavillon 9. « Je remercie ces mamans agents de la CENCO qui ont décidé de venir nous voir, nous parler et nous apporter cette assistance, au lieu se contenter de porter leurs nouveaux pagnes dans la cité », s’est exclamée une prisonnière, la quarantaine révolue. « Merci », c’est le mot qui sortait de la bouche de toutes ces femmes détenues à la prison.


Et, plus que les mots, il était émouvant de voir ces dames et ces filles, bien habillées, ayant très bonne mine, se mettre pourtant docilement en rang pour recevoir cette modeste aide. En fait, c’était un plus qui s’ajoutait à leur régime alimentaire quotidien !


Chacune de ces femmes pensionnaires a sa petite histoire


L’une est là depuis trois mois pour une affaire de vol de bébé. Une autre est accusée d’avoir tué son mari. Une quinquagénaire est poursuivie par une dizaine de plaignants d’escroquerie pour l’organisation d’un hypothétique voyage en Occident. Une jeune dame, un joli bébé en mains, sera libérée ce mois, a-t-elle confiée. Une autre encore s’était battue avec une rivale. Une autre avait dérobé des livres d’autrui, etc.


Etudiante de 21 ans, une autre n’a pas encore totalisé un mois en prison. Interrogée sur la raison de sa présence, elle s’est contentée de sourire, avant de dire merci pour l’aide reçue. Une autre fille a été libérée le même mercredi 08 mars 2017…


D’autres pensionnaires du pavillon des femmes s’entretenaient avec leurs avocats, bien assis en face de leurs clientes au parloir, pour suivre certainement leur situation judicaire.


Exhoration à la conversion


Parlant à ces prisonnières, dans un bel espace aménagé pour une église dans le pavillon 9, la Présidente des femmes agents de la CENCO a rappelé l’histoire biblique de la population de Ninive. Celle-ci s’était méconduit et avait gravement péché. Mais, après avoir entendu Jonas, l’envoyé de Dieu, elle et son chef s’étaient convertis et ont été sauvés de la mort. Mme Makelele-Tsangala a insisté sur le fait que Dieu et la communauté sont prêts à les accueillir dès lors qu’elles se convertissent. Aux innocentes attendant le jugement, l’oratrice a recommandé la foi et le courage.


Souhaitant la bienvenue à leurs hôtes, la responsable de la communauté catholique féminine du CPRK, prisonnière elle-même,  avait exhorté ses compagnes au changement des mentalités. « Alors que l’on disait que rien de bon ne pouvait sortir de Nazareth, c’est pourtant cette petite ville qui nous a donné Jésus-Christ notre Sauveur », a-t-elle martelé. Message de repentance et de foi que le célébrant, l’Abbé Nshole, a renforcé au cours de la messe, surtout en ce temps de Carême.  


Cet appel a été aussi repris par Dr Rose Mukunu. Citant Mmes Eva Bazaiba et Géneviève Inagosi, qui s’étaient adressées mardi aux femmes de la CENCO, elle a souligné que la femme est et doit rester porteuse de bonnes valeurs. « Que votre passage ici soit un moment de méditation pour tirer des leçons : ce que vous pourriez faire de mieux pour continuer à garder ces bonnes valeurs dans votre vie de chaque jour », a-t-elle relevé.


Pour sa part, Soeur NSENGA Marie Christine, Secrétaire de la Commission Episcopale pour la Pastorale Liturgique : Culte divin et Discipline des Sacrements (CECDI), a exhorté les prisonnières à rester des femmes débout. « La flamme de l’espérance, même dans l’obscurité doit rester allumée. Que Dieu puisse vous assister pour tout ce que vous faites et comptez faire de bon », a dit la religieuse.  


Après cette visite au CPRK, la délégation présente a rejoint les autres femmes agents de la CENCO à Africa Parc Aventure (dénomination actuelle du Lac de ma Vallée). Sur place, une quarantaine d’elles ont partagé un repas fraternel, avec six hommes travaillant à la CENCO, dont le Secrétaire Général, Abbé Donatien Nshole. Un film intitulé « Room War », entendez « chambre de combat », leur a été projeté. Ce film montre comment, grâce à sa foi et à la patience, une femme est parvenue à changer positivement le caractère odieux de son mari.


Faisant le point de cette journée, Mme Rose Makelele-Tshangala a remercié les Autorités pénitentiaires du CPRK d’avoir permis aux Femmes agents de la Cenco de manifester leur solidarité envers les pensionnaires du Pavillon 9 (réservé aux femmes). Elle a aussi exprimé sa gratitude aux Sœurs Comboniennes qui font l’apostolat dans cette prison, sans oublier le Secrétaire Général de la CENCO pour son soutien multiforme en vue de la réussite de cette journée.
Guy-Marin Kamandji

 
 
 
 
www.joomlatutos.com
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
Aujourd'hui :
44
Hier :
394
Semaine :
1733
Mois :
10990
Total :
767887