Kinshasa, le 26/05/2017 , il est 9 h 55 connexion
   En bref :
Sud-Ubangi: le Gouverneur Oscar Molambo lance les travaux de construction de la Coordination Provinciale Lèpre et Tuberculose à Gemena  |  RDC : des activités trimestrielles de Caritas Congo dans son magazine N°042  |  Sud-Kivu : des ex-combattants démobilisés et membres de communautés d’accueil formés sur les activités génératrices de revenus  |  
ACTUALITES
ACTIVITES
RAPPORTS
LIENS UTILES
Mois de la ...
Image Detail
 
Mongala : des jeunes font de la fabrication et vente du lit traditionnel leur gagne-pain à Bumba PDF Imprimer Envoyer
Mercredi, 11 Janvier 2017 09:40

Trois jeunes de Bumba en train de fabriquer des lits à moindre coût (Ph. GM Kamandji)Bumba, le 11 janvier 2017 (caritasdev.cd): parmi les activités génératrices des revenus, certains jeunes garçons de la ville de Bumba, dans la Province de la Mongala, ont choisi de fabriquer un lit traditionnel en bambous, appelé « mbeto ya mbanzi ». Le prix de ce lit rudimentaire varie entre 1.500 et 4.000 Francs congolais (FC), environ 1,25 et 3,3 dollars US.


Caritasdev.cd s’est entretenu en début décembre 2016 avec trois de ces jeunes, trouvés en train de fabriquer ces lits, au quartier SEDEC, sur l’avenue du Fleuve Congo, à Bumba. La fabrication de ce lit rudimentaire,  qu’ils appellent eux-mêmes « grabat », dure quatre heures de temps.  Ils le font sur base du bois de type « Kombo-kombo », avec de bambous, sticks et autres lianes, achetés localement.

« Nous en fabriquons deux ou trois par jour, selon la détermination et l’endurance de chacun », indique Moïse K. Pour réunir un montant assez consistant, ils épargnent 5.000 FC sous forme de ristourne à dix personnes, en vue de recevoir 50.000 FC (environ 41 $ Us) après quelques mois, précise-t-il.

« Nous achetons les matériaux de travail par bottes de 500 et 1.500 FC sur des radeaux auprès des bateliers. Nous vendons nos lits à la criée, en les transportant sur nos têtes,  généralement à 2.500 FC. Mais, aussi à 4.000 FC si la qualité est vraiment supérieure.  En défalquant le coût des matériaux, nous n’arrivons à gagner que 1.500 à 2.000 FC par lit fabriqué », relève son collègue pour sa part Trésor Makambo. « Nous n’avons vraiment pas un travail. Au lieu de nous promener inutilement dans la ville, nous avons préféré fabriquer ce lit, en essayant d’imiter une activité traditionnelle que faisait notre père », ajoute-t-il. Approchant la trentaine, Trésor exerce cette activité depuis 2006.Trois jeunes de Bumba en train de fabriquer des lits à moindre coût (Ph. GM Kamandji)

Pareille activité artisanale se veut être une alternative au chômage ambiant en RD Congo, aggravé par un taux de scolarisation encore inférieur, malgré la gratuité progressive de l’enseignement  fondamental dans les écoles publiques du pays, à l’exception de Kinshasa et Lubumbashi.

En fait, l’artisanat constitue le socle de l’économie nationale étant donné que ce secteur rapporte au pays le bain. Le savoir-faire est là, mais il reste l’accompagnement des autorités compétentes en vue de faire la promotion de ce secteur.  Il est aussi un vecteur de l’équilibre des agglomérations, des villes  moyennes, tant par son poids économique que par sa contribution quotidienne à rendre ces quartiers chaleureux et dynamiques. Il est un élément essentiel de dynamisation économique du territoire rural et assure un rôle de service de proximité et un lien social indispensable et reconnu.

Olivier Emba (Stagiaire) et Guy-Marin K.

 
 
 
 
www.joomlatutos.com
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
Aujourd'hui :
43
Hier :
394
Semaine :
1732
Mois :
10989
Total :
767886