Kinshasa, le 23/06/2017 , il est 21 h 41 connexion
   En bref :
Nord-Kivu: équiper l’hôpital de Minova pour sauver les femmes enceintes  |  RDC: tenue à Kinshasa de la 54ème session de l’Assemblée plénière des Evêques de la CENCO  |  RDC: tenue à Kinshasa de la 54ème session de l’Assemblée plénière des Evêques de la CENCO  |  Mongala: Sensibilisées face aux menaces des inondations et érosions, des Communautés vulnérables disposées à quitter les lieux à risques  |  Réponse aux Urgences dans les Grands Lacs : Caritas Burundi et Uvira formées en mécanismes de réponse et Toolkit de Caritas Internationalis  |   Victimes du phénomène Kamwina Nsapu en RD. Congo : Eucharistie dans toutes les paroisses de la Province Ecclésiastique du Kasaï le 02 juillet 2017  |  
ACTUALITES
ACTIVITES
RAPPORTS
LIENS UTILES
Mois de la ...
Image Detail
 
Caritas Mbujimayi en RD Congo : Bilan globalement positif en termes d’orientations du Conseil d’administration et exigeant des efforts face aux défis PDF Imprimer Envoyer
Mercredi, 12 Octobre 2016 10:22

M. l'Abbé Coordonnateur de la Caritas - Développement Mbuji-mayiKinshasa, le 12 octobre  2016 (caritasdev.cd) : Monsieur l’Abbé Alphonse NKONGOLO, Coordonnateur de la Caritas Mbujimayi, en RD Congo, dresse sur cette structure de l’Eglise  un bilan  globalement positif en termes d’orientations lui données par son Conseil d’administration. Le prêtre l’a souligné lors d’une interview (à lire ci-dessous in extenso) qu’il a accordée récemment à Kinshasa à caritasdev.cd. Monsieur l’Abbé Alphonse NKONGOLO a indiqué dans cette interview (datée du 23 septembre 2016) que le souhait de la Caritas Mbujimayi pour 2017 est de voir la situation socio-politique se stabiliser dans le pays, « afin de voir   les partenaires venir investir chez nous », rapporte caritasdev.cd

Question (Q) : Qu’en est-il, à ce jour, de l’intégration de ses trois Bureaux à la Caritas diocésaine de Mbujimayi ?

Réponse (R) :L’intégration est effective. Mais, cette effectivité ne va pas sans difficultés. C’est notamment entre autres l’affectation de nouveaux animateurs de Bureaux par exemple, qui ont besoin eux-mêmes d’une intégration, d’une immersion.

Q : Quels sont les projets de la Caritas Mbujimayi en cette année 2016 dans le domaine des urgences ?

R : De tous nos trois bureaux, à savoir le Bureau Diocésain de Développement (BDD), le Bureau Diocésain des Œuvres Médicales (BDOM) et   le Bureau Diocésain Caritas (BDC), le tout dernier  s’occupant des urgences souffre du manque de projets.  Je pense que c’est un problème réel au niveau des Caritas diocésaines dans tous  les diocèses.

Q : La situation ne doit   pas être la même pour le BDD et le BDOM au sein de la Caritas Mbujimayi …

R : Pour  notre BDD, nous exécutons trois projets. Il y a d’abord la construction ou la réfection de l’agence bancaire de  Finca. Ce projet, d’une durée d’un mois et demi, se termine le mois prochain sur place à Mbujimayi.  Notre projet Village et Ecole Assaini ou VEA est exécuté dans la Zone de santé (ZS) de Tshilundu. Il se termine aussi le mois prochain. Il a démarré depuis janvier 2016. L’Unicef est notre  bailleur pour ce projet VEA et avec la même organisation, nous avons enfin le projet de prise en charge des enfants vulnérables dans 499 écoles de 6 Sous-divisions. Ces dernières sont : Kabeya Kamuanga, Lupatapata, Katanda II, Ngandajika I et III ainsi que Lubao.  Notre BDOM mène deux projets, à savoir :  PMI et tuberculose. Le projet  PMI, sur la lutte contre la malaria, est mené sur 10 ZS. Nous en sommes avec lui à notre 4ème année sur cinq. Le projet de lutte contre la tuberculose est exécuté à Mbujimayi-Centre et il a débuté depuis le mois de juillet pour se terminer à fin 2017. Caritas-Développement Mbujimayi réalise les activités de ces deux projets comme Sous-Récipiendaire de la Caritas Congo Asbl .

Q : La Caritas diocésaine Mbujimayi a-t-elle lancé d’autres activités qui peuvent lui générer des revenus ?

R : Elle a ouvert un  guest house  et elle fait louer de salles (3 grandes) et paillottes au nombre de 4. Elle exploite  son véhicule que louent ses visiteurs quand ils doivent effectuer des courses.

Q : Comment la Caritas  Mbujimayi se présente-t-elle à ce jour ?

R : Nous avons l’Assemblée générale comprenant toutes les couches ou forces vives de nos  Caritas paroissiales, qui sont une trentaine travaillant effectivement. Après l’Assemblée générale nous avons le Conseil d’administration, dont l’Evêque lui-même en est le Président et comptant 17 membres. Suit la Coordination de la Caritas Mbujimayi  avec le Coordinateur (M. l’Abbé Alphonse NKONGOLO (Téléphone 0976786755 et e-mail Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir. .) et ses trois Directeurs. Ceux-ci sont M. l’Abbé Jacques KABENGELE pour le BDD,  la Sœur Catherine KAMUANG pour le BDOM et qui est médecin, et   monsieur Pierre MULUMBA pour le BDC. La Coordination dispose de services d’appui qui sont : l’administration avec trois agents, la comptabilité avec quatre agents, la logistique avec une quinzaine d’agents et l’audit interne ne comportant qu’une seule unité.

Q : Quel est le souhait de la Caritas Mbujimayi pour 2017 ?

R : Le souhait pour 2017 c’est de voir la situation socio-politique se stabiliser dans le pays, afin de voir   les partenaires venir investir chez nous.

Q : Quel est à ce jour le bilan que vous dressez sur la Caritas diocésaine Mbujimayi en partant des activités réalisées en 2015 et en la première partie de l’année 2016 ?

R : Le bilan est globalement positif. En effet,  tout ce que la Caritas Mbujimayi  s’était proposée de mener en termes d’orientations données par le Conseil d’administration dans ses différentes sessions de l’année a été réalisé.  Mais,  cela nous exige de fournir bien d’efforts encore pour corriger ce qui n’a pas été correctement entrepris et relever les défis du moment.

Q : Qu’en est-il des rapports entre l’Evêque du diocèse de Mbujimayi et sa Caritas diocésaine ?

R : Il  n’y a pas à séparer l’Evêque de  sa Caritas. C’est le Pasteur du diocèse de Mbujimayi qui est  le patron de la Caritas diocésaine. C’est notre Evêque qui est le Président du Conseil d’administration de notre Caritas. Le Prélat est l’autorité qui nous  donne des orientations à son sujet.

Q : Avez-vous un mot sur le partenariat en 2016 entre la Caritas Congo Asbl et la Caritas Mbujimayi ?

R : Non,  je n’ai  vraiment pas à dire quelque chose dans ce domaine. Ceci   parce que  les deux projets PMI et tuberculose que nous menons évoluent avec des difficultés qu’on arrive à surpasser ensemble.

Q : Quel est votre rêve comme Coordonnateur de la Caritas Mbuji sur celle-ci pour les années à venir ?

R : C’est d’amener notre  Caritas à ce qu’elle devienne compétitive

avec le concours de tous. Pour cela,  nous devons partir de notre enquête socio-économique que nous avons effectuée au niveau du diocèse de Mbujimayi. Ceci pour relever les défis de la population et les nôtres.

Q : Venons-en à la communication ou à la visibilité de votre Caritas. Quelles sont les informations à retenir dans ce domaine ?

R : Nous avons effectué beaucoup de tentatives pour monter un site internet. Mais, nous n’arrivons toujours pas à conclure ce dossier en bonne et due forme. Nous continuons à fournir des efforts en réalisant   certaines émissions à la radio diocésaine Buena Muntu. De temps en temps, nous envoyons quelques informations à la Cellule de Communication de la Caritas Congo Asbl ici à Kinshasa.

Q : Quelle est l’information que vous apportez sur les Caritas paroissiales dans le diocèse de Mbujimayi ?

R : Le diocèse de Mbujimayi compte 104 paroisses et à peine une trentaine de Caritas paroissiales     sont en fonctionnement effectivement. Ceci pour dire que nous avons encore beaucoup à faire pour implanter sérieusement les Caritas paroissiales dans notre diocèse. Nous recevons des informations de la base et ce sont  ces Caritas paroissiales  là qui nous  les donnent. Ce fut le  cas avec l’enquête socio-économique de la Province ecclésiastique de Kananga qui à ce stade  a commencé par le diocèse.

Q : Avez-vous des doléances à donner ou à présenter, à l’occasion de cette interview, sur la Caritas Mbujimayi ?

R : Nous avons besoin de moyens financières et nous  ne pouvons pas travailler sans ceux-ci. L’ex- province du  Kasai Oriental est restée très enclavée jusqu’à ce jour. Puisqu’il n’y a pas de guerre qui y a été déclarée, cette entité administrative est comme oubliée par les partenaires étrangers.

Q : Qu’ajoutez-vous de particulier à la fin de notre interview ?

R : C’est juste un appel pathétique aux hommes de bonne volonté, aux organismes internationaux et  aux originaires de la province pour qu’ils aient  un œil sur la situation dans leur province du Kasai Oriental.


Propos recueillis par JOSEPH KIALA

 
 
 
 
www.joomlatutos.com
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
Aujourd'hui :
271
Hier :
451
Semaine :
2120
Mois :
9968
Total :
780371