Kinshasa, le 24/08/2017 , il est 9 h 22 connexion
   En bref :
Kinshasa : une messe d’action de grâce pour le départ en congé annuel des agents de la Caritas Congo  |  Kwilu : des déplacés du Kasaï reçoivent des biens collectés par la Caritas Kikwit  |  RDC : Boniface Nakagwelewi Ata-Deagbo succède à Dr Bruno Miteyo à la tête de Caritas Congo Asbl   |  Kasaï Oriental : rompre le silence pour améliorer la gestion de l’hygiène menstruelle  |  RDC : Le Pays va mal. Debout, Congolais ! Décembre 2017 approche, message l’Assemblée Plénière ordinaire des Evêques membres de la CENCO  |  
ACTUALITES
ACTIVITES
RAPPORTS
LIENS UTILES
Magazine Lè...
Image Detail
 
Revue de presse du jeudi 06 octobre 2016 PDF Imprimer Envoyer
Jeudi, 06 Octobre 2016 12:59

L’actualité  de ce jeudi  6 octobre 2016 en République Démocratique du Congo (RDC)  est entre autres dominée par ces titres : Situation politique - Kabila traqué de toutes parts, Indice Ibrahim sur la gouvernance - La RDC classée 46e sur 54 pays et  Caritas au chevet des victimes de la pluie de Mweka.

I. URGENCES, DEVELOPPEMENT ET SANTE

  • Site Web de Caritas Congo Asbl : Kasaï : Caritas au chevet des victimes de la pluie de Mweka

Appuyée financièrement par la Caritas Congo Asbl, la Caritas Mweka vient de distribuer une aide d’urgence en vivres et non-vivres à une cinquante familles, parmi les sinistrés de la pluie qui s’est abattue le 22 août 2016 dans la Cité de Mweka, en Province du Kasaï. C’était en présence des Autorités politico-administratives et religieuses locales et du Comité de crise.

Cette assistance a été composée d’une part des tôles, bâches, ustensiles de cuisine, draps de lit, etc., et d’autre part du maïs, riz, haricot, sel, sucre, poisson fretin et de l’ huile de palme. C’est sur base d’une liste des bénéficiaires établie par les agents de Caritas Mweka, sans tenir compte des appartenances politiques, confessionnelles et autres. Le représentant de l’Administrateur du Territoire a procédé à la remise symbolique des tôles et autres biens aux sinistrés. Les tôles ont été particulièrement remises à la Paroisse-Cathédrale Saint Martin, à l’Eglise protestante de Mpanya CPC 2, à l’Hôpital Général de Référence de Mweka, à la Maison de l’Etat habitée par le Procureur, au Centre de Santé Dikongayi, etc. Ainsi, l’Administrateur du Territoire chargé des questions politiques et administratives, le responsable de l’Agence Nationale de Renseignement (ANR) et le Pasteur de l’Eglise Protestante de Mpanya 2 ont eu à prononcer un discours de circonstance.

Toutefois, beaucoup de leurs besoins demeurent encore non satisfaits  pour les ménages, centres de santé et écoles. A titre illustratif, malgré la reprise des cours, les élèves continuent à étudier dans des conditions précaires.

  • Radio Okapi : Afrique: Indice Ibrahim sur la gouvernance - La RDC classée 46e sur 54 pays

La RDC occupe la quarante-sixième place sur cinquante-quatre pays, dans l'indice Ibrahim de la gouvernance en Afrique (IIAG) 2016 publié lundi 3 octobre. L'étude de cette firme anglo-soudanaise indique que le pays a un score global de 35,8 sur 100.

Ce score, indique le rapport, s'est amélioré de +2,7 points au cours des dix dernières années.

En 2015, la RDC occupait la 48e place dans l'indice MO Ibrahim, avec un score de 33,9 sur 100. Cependant, la RDC a vu son score diminuer de -10,4 points depuis 2006 dans la sous-catégorie « Sécurité Personnelle ». Ce rapport est intitulé : «Le progrès de la gouvernance en Afrique au cours des dix dernières années qui est freiné par la détérioration enregistrée en matière de sécurité et état de droit».

  • Adiac-Congo: Dotation : remise des jeeps au PNLT et PNLP

Deux programmes spécialisés du ministère de la Santé publique viennent d’être dotés des jeeps neuves et des motos, achetées sur financement du Fonds mondial de lutte contre le paludisme, la tuberculose et le Sida. C’est le ministre de la Santé publique, le Dr Félix Kabange Numbi Mukwampa, qui a procédé au parking de l’hôtel du gouvernement à la remise des clés de ces matériels roulants. Cette dotation du Fonds mondial via Caritas Congo s’inscrit dans le cadre de la lutte contre la maladie.

Le Programme national de lutte contre la tuberculose (PLNT) représenté par son directeur adjoint, le Dr Serge Bisuta, a reçu au total quinze jeeps et vingt-sept motos dans le cadre de la mise en œuvre des activités contenues dans la note conceptuelle unique de tuberculose-VIH-Sida 2015-2017 signée entre le gouvernement de la RDC par l’entremise du ministère de la Santé publique et le bailleur  Fonds mondial.

Les clés de ces jeeps ont été remises par le Secrétaire exécutif de Caritas-Congo, le Dr Bruno Miteyo, au ministre de la Santé publique, le Dr Félix Kabange Numbi, qui, à son tour, les remettra au Secrétaire général à la santé publique. Celui-ci les remettra au directeur adjoint du PNLT, le Dr Serge Bisuta.

Pour le directeur adjoint du PNLT, c’est donc un motif de courage et de joie.

II. POLITIQUE ET SOCIETE

  • Le Pays (Ouagadougou): Congo-Kinshasa: Situation politique - Kabila traqué de toutes parts

En RDC, ce 04 octobre, sont entrées en conclave les têtes de pont de l'opposition politique dite radicale, en l'occurrence les camps Tshisekedi et Katumbi. Objectif affiché : se donner tous les moyens pour que Kabila ne reste pas une minute supplémentaire au Palais de Marbre, à l'expiration de son mandat constitutionnel.

Contrairement donc à l'opposition modérée conduite par Vital Kamerhe qui a pris acte du glissement du calendrier électoral et validé, de ce fait, le prolongement du bail du président Kabila à la tête de l'Etat, le Rassemblement, plateforme réunissant les ténors et la plus grande partie de l'opposition, se montre ferme sur ses positions. En effet, il demande la dissolution de la Commission électorale, estimant qu'elle a échoué, et l'engagement de Kabila à quitter le pouvoir au terme des délais constitutionnels Et, à dire vrai, cette radicalisation était prévisible. Après le prix du sang payé lors des manifestations des 19 et 20 septembre derniers avec un bilan oscillant entre 32 morts selon la police et 100, selon l'opposition, un retour en arrière était difficilement envisageable.

On peut se risquer à avancer que la traque de Kabila se généralise En attendant que soient connues les conclusions de ce conciliabule, on peut imaginer d'ores et déjà que les décisions qui en sortiront vont accentuer la pression sur le pouvoir. Et le moins que l'on puisse dire, au regard des capacités de mobilisation et des moyens financiers et matériels dont disposent les deux ennemis jurés du régime, les nuits s'avèreront de plus en plus longues pour Kabila.

Et ce n'est pas le départ de la Conférence Episcopale Nationale du Congo de la table des négociations, qui devrait arranger ses affaires. Alors que de l'intérieur, la pression sur le régime devrait connaître de nouveaux pics à l'issue de cette rencontre au sommet de l'opposition, elle s'intensifie aussi de l'extérieur. Et pour preuve, cette nouvelle sortie du patron du Quai d'Orsay, Jean-Marc Ayrault, qui se veut des plus fermes à l'égard de Kabila. « Il faut absolument que la Constitution soit respectée », estime-t-il. Le responsable de la diplomatie française exige qu'une date soit fixée pour les élections et qu'un dialogue national inclusif soit vraiment engagé, ce que souhaite d'ailleurs l'opposition radicale qui demande un autre facilitateur en remplacement d'Edem Kodjo. Il n'exclut pas, comme les Etats-Unis viennent de le faire contre deux généraux de l'armée qui ont été frappés au portefeuille, l'éventualité de sanctions.

Quand on ajoute à cela, les menaces d'enquêtes internationales proférées par l'ONU, on peut se risquer à avancer que la traque de Kabila se généralise et il doit bien se rendre compte qu'il est de plus en plus isolé dans son aventure. La fuite en avant qu'il a orchestrée à travers son idée de dialogue politique national risque de se terminer dans l'immense rets que lui tend la Communauté internationale. Toutefois, s'il faut se féliciter de la fermeté de la France vis-à-vis de Kabila, il faut craindre que sa politique de « deux poids, deux mesures », ne vienne à rendre sympathique le satrape congolais. En effet, la France n'a pas fait montre du même attachement aux principes et valeurs démocratiques quand il s'est agi de Denis Sassou Nguesso au Congo Brazzaville ou de Pierre Nkurunziza au Burundi. Pire, elle semble aphone devant des dictateurs qui ont rayé de leur schème l'alternance, comme l'Ougandais Yoweri Museveni, à qui elle a déroulé le tapis rouge il n'y a pas si longtemps, ou le Camerounais Paul Biya. C'est dire que son attitude manque de lisibilité, toute chose qui fait naître un certain sentiment d'ambivalence chez les démocrates du continent. En tout cas, ils sont de plus en plus nombreux ceux qui lisent dans les prises de position françaises sur les crises politiques sur le continent, la logique des intérêts surtout économiques.

III. EGLISE

  • Agence Fides: Jordanie - Témoignage du Directeur général de Caritas Jordanie sur la situation des réfugiés dans le pays

La Jordanie accueille actuellement 2,7 millions de réfugiés, une multitude qui fait du Royaume hachémite le premier des pays d’accueil de par le nombre de réfugiés et d’évacués qu’il compte sur son territoire. Dans ce classement, la Jordanie est suivie par la Turquie – avec 2,5 millions de réfugiés sur son territoire – le Pakistan – 1,6 millions – et le Liban – 1,5 millions. Selon les données fournies par Amnesty International, la moitié de la masse totale des réfugiés au niveau mondial est accueillie par 10 des 193 pays qui composent la liste complète des nations.
« Ces données – remarque dans le cadre d’un entretien accordé à l’Agence Fides le Directeur général de Caritas Jordanie, Wael Suleiman – sont mêmes sous-estimées par rapport à la réalité et impressionnent notamment parce qu’elles montrent que les nations les plus riches et les plus avancées accueillent un nombre limité de réfugiés bien que maintenant, dans ces pays, de nombreux Gouvernements soient conduits ou dans tous les cas conditionnés par des forces qui gagnent en puissance en exploitant et en fomentant la peur et le refus des immigrés. La Jordanie est ouverte à tous. Nous sommes conscients de remplir une mission humanitaire importante et nous voulons continuer à le faire. Au cours de ces derniers temps, 200.000 réfugiés syriens ont été régularisés comme travailleurs légaux. Mais désormais les réfugiés et les immigrés représentent 40% de la population. La dette nationale s’est accrue de manière exponentielle au cours de ces dernières années. De nombreux Jordaniens sont maintenant plus pauvres que beaucoup d’immigrés. Si la communauté internationale ne prend pas acte de la situation explosive et n’intervient pas pour soutenir cet effort accompli par l’ensemble du pays, il arrivera un moment où, ici aussi, les portes d’entrée seront fermées et où l’on pensera à rapatrier ceux qui avaient fui la faim et les guerres ».


JOSEPH KIALA

 
 
 
 
www.joomlatutos.com
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
Aujourd'hui :
19
Hier :
488
Semaine :
1429
Mois :
10560
Total :
808620