Kinshasa, le 25/02/2017 , il est 30 h 40 connexion
   En bref :
RDC: Près de 5 millions de personnes servies par Caritas Congo Asbl en 2016  |  Bas-Uélé : la Coordination Provinciale Lèpre-Tuberculose en construction à Buta  |  Appui à la Sécurité alimentaire et à l’Education en RDC : Caritas Congo Asbl et les Caritas-Développement Diocésaines partenaires de la Caritas Norvège en réunion de coordination  |  Lomami : le Gouverneur Patrice Kamanda lance les travaux de construction de la Coordination Provinciale Lèpre-Tuberculose  |   Avis de recrutement d'un Médecin Chef de Service Santé de la Caritas de la Province Ecclésiastique de Mbandaka  |  
ACTUALITES
ACTIVITES
RAPPORTS
LIENS UTILES
Jeep 4x4 de...
Image Detail
 
Revue de presse du jeudi 29 septembre 2016 PDF Imprimer Envoyer
Jeudi, 29 Septembre 2016 08:08

L’actualité  de ce jeudi  29 septembre 2016 en République Démocratique du Congo (RDC)  est entre autres dominée par ces titres :  Katumbi interpelle l'ONU et la CPI, Vatican - Le président Joseph Kabila chez le Pape et  Kasaï Central - Les miliciens de Kamwina Nsapu ont investi le territoire de Dimbelenge.

I. URGENCES, DEVELOPPEMENT ET SANTE

  •  Site Web de Caritas Congo Asbl: Nord-Kivu : Le Chef de Bureau OCHA en RDC condamne les enlèvements des acteurs humanitaires

Neuf agents humanitaires enlevés dans le Nord-Kivu en 9 mois. C’en est trop ! « Je condamne sans réserve toutes ces attaques qui sont une illustration regrettable de la dégradation constante de l’environnement sécuritaire dans lequel évoluent les Organisations humanitaires ». Ce coup de gueule est celui du Chef de Bureau OCHA en RD Congo. Dans une déclaration publiée vendredi 23 septembre 2016, le Chef de Bureau OCHA en RD. Congo déplore qu’«au cours des neuf derniers mois, les acteurs humanitaires internationaux et nationaux opérant dans la Province du Nord-Kivu ont été victimes de neuf enlèvements, le dernier ayant eu lieu cette semaine dans le Territoire de Rutshuru ». Et de poursuivre : « ces attaques sont des violations graves du Droit humanitaire et des entraves au travail des organisations qui ont pour mission d’apporter assistance à près de 1,6 million de personnes dans le besoin dans cette province ». Il est primordial que tous les acteurs responsables s’engagent concrètement à résoudre les problèmes d’insécurité et sauvegardent le droit de donner et de recevoir l’assistance humanitaire, conclut –il. Pour rappel, le réseau national de Caritas, par le biais de Caritas Goma, avait été aussi victime de l’enlèvement de trois de ses agents. En effet, deux véhicules de Caritas Goma avaient quitté cette ville lundi 15 août 2016 pour se rendre à Bweru (à 160 km), dans le cadre du suivi d’un projet multisectoriel financé par le Gouvernement allemand, via la Caritas Allemagne. Après avoir passé la nuit à la paroisse de Mweso (à 125 km de Goma), les deux jeeps poursuivaient le lendemain leur route quand elles sont tombées dans une embuscade des rebelles rwandais des FDLR. Le second véhicule avait eu le temps de faire marche-arrière et de s’enfuir, sous les tirs des rebelles dont une balle avait atteint une journaliste/photographe allemande à la jambe. Un agent de Caritas Allemagne et deux autres de la Caritas Goma (les autres occupants de la seconde jeep) ont pu alerter les forces gouvernementales et de la MONUSCO qui ont immédiatement déclenché des recherches dans la zone. Les trois agents de Caritas Goma enlevés par des présumés rebelles rwandais des FDLR (Forces Démocratiques pour la Libération du Rwanda) avaient été relâchés mardi 16 août dernier à 20 heures, après que des forces gouvernementales et de la Mission de l’ONU pour la stabilisation de la RD Congo (MONUSCO) se soient mises à la poursuite des assaillants.

  • Le Potentiel: Congo-Kinshasa: La RDC se dote d'un plan national stratégique pour le développement

Le Gouvernement ne veut pas connaître du retard dans le cadre de la planification de ses perspectives de développement. Au niveau de l'Exécutif national, toutes les dispositions sont prises pour éviter le vide, alors que le Programme d'action du Gouvernement arrive à terme.

C'est la raison pour laquelle, « le Gouvernement de la République démocratique du Congo a décidé de doter le pays d'un Plan national stratégique de développement (PNSD) », a déclaré le ministre du Plan et suivi de la révolution de la modernité, George Wembi, qui s'exprimait ce lundi lors d'une réunion de comité de pilotage de PNSD. Le PNSD est, selon le ministre du Plan, le reflet d'une vision et d'un cadre stratégique pour affronter les défis du développement à l'horizon 2050. Ce plan, qui tient compte de tous les paramètres de développement, se décline en trois séquences qui consistent à conduire la RDC au niveau des pays à revenu intermédiaire en 2021. La deuxième étape vise à hisser la RDC dans le giron des pays émergents en 2030, tandis que la dernière phase table sur une République démocratique du Congo développée en 2050.

  • Radio Okapi: Congo-Kinshasa : Vaccination contre le choléra - Plus de 300.000 personnes ciblées à Kinshasa

La première phase de vaccination de riposte contre le choléra est prévue du 30 septembre au 4 octobre 2016. Environ trois cent et six mille six cent trente-huit personnes sont ciblées pour la vaccination contre le choléra à Kinshasa, a affirmé mardi 29 septembre, le ministre provincial de la Santé, Vital Kabuiku.

Il a indiqué que la première phase de vaccination contre le choléra concerne cinq Zones de santé : Limete, Maluku 1, Masina 2,  Nsele et Kingabwa. «Ce sont les Zones de santé qui ont notifié des cas de choléra, dont [cette campagne] sera une riposte», a expliqué le ministre provincial de la Santé, Vital Kabuiku. Les relais communautaires procèdent au dénombrement des familles des cinq Zones de santé de Kinshasa ciblées pour cette campagne. Les vaccinateurs vont passer de maison à maison pour vacciner les personnes ciblées, c'est-à-dire âgées d'une année et plus, a-t-il précisé. La seconde phase est prévue deux semaines après dans les Aires de santé concernées.

II. POLITIQUE ET SOCIETE

  • Le Phare: Congo-Kinshasa: Katumbi interpelle l'ONU et la CPI

COMMUNIQUE DE PRESSE

Depuis ce lundi 19 septembre plusieurs localités de notre pays, la République Démocratique du Congo et particulièrement Kinshasa, sont le théâtre d'une vague de violences meurtrières, de répressions féroces et d'exactions commises par des éléments de la Garde Républicaine, de l'armée et de la Police Nationale, sous les ordres de l'Etat.

A ce jour, nous dénombrons plus de 50 morts, plusieurs centaines de blessés graves et de très nombreuses arrestations parmi les civils et militants de l'Opposition. Ces victimes ont manifesté pacifiquement pour réclamer la convocation et la tenue de l'élection présidentielle.

Le peuple dans son ensemble a montré son attachement à la démocratie et au respect de la Constitution.

Par ailleurs, à la suite de déclarations haineuses de certains membres de la Majorité Présidentielle, des descentes punitives ont été orchestrées dans la ville de Kinshasa, entraînant des incendies et des morts dans des locaux et sièges de partis politiques membres de la coalition de l'Opposition, le « Rassemblement ».

Je m'incline devant la mémoire des nombreuses victimes dont la vie a été fauchée par la barbarie de ceux qui ont le devoir de protéger la population. C'est en défendant une grande et noble cause qu'ils ont perdu la vie. Leur sacrifice ne sera pas vain, le pays n'oubliera jamais leur courage.

Ceux qui choisissent de se mettre au service d'un régime autocratique et sanguinaire à la dérive devront répondre de leurs actes criminels.

Je lance ici un cri d'alarme et un appel au Secrétaire Général des Nations Unies, à la Procureure de la Cour Pénale International, aux dirigeants des Etats démocratiques du monde entier afin qu'une commission d'enquête internationale soit instituée pour ne pas oublier les faits et situer les responsabilités liées à ces graves violences meurtrières, exactions et violations des droits de l'homme en RD Congo.

La crise politique dans laquelle notre pays est plongé est profonde. Cependant, des solutions pacifiques existent.

Il faut organiser un vrai dialogue national. L'Opposition politique reste ouverte à participer à un tel dialogue inclusif et respectueux des préalables posés par le «Rassemblement », notamment la libération des prisonniers politiques, l'abandon des poursuites judiciaires contre les opposants et la réouverture de l'ensemble des médias privés. Les conclusions de ce dialogue devront respecter la

Constitution, les aspirations légitimes revendiquées par le peuple et la résolution 2277 du Conseil de sécurité des Nations Unies.

Il est aussi temps que le Président de la République, Joseph Kabila, prenne ses responsabilités. Au lieu de faire lire des déclarations légères et simplistes, il devrait s'exprimer sans détours sur ses intentions et assurer à la population qu'il ne briguera pas de nouveau mandat. Les élections présidentielles et législatives transparentes, crédibles, libres, inclusives et respectueuses de notre Constitution doivent être organisées au plus vite.

Nul pouvoir ne saurait résister à la détermination et à la soif de démocratie exprimée par le peuple congolais.

Moïse Katumbi

  • Radio Okapi: Congo-Kinshasa: Kasaï Central - Les miliciens de Kamwina Nsapu ont investi le territoire de Dimbelenge

Les miliciens de Kamwina Nsapu ont investi depuis mardi 27 septembre dans la soirée le territoire de Dimbelenge dans la province du Kasaï Central, témoignent des sources locales à Radio Okapi. Selon elles, la situation est aussi confuse dans les villages environnants.

Avant d'arriver à Dimbelenge-centre, les hommes de Kamwina Nsapu seraient passés par Luandanda, Mutoto et Muamba Mbuyi où ils ont non seulement pillé, mais aussi incendié des postes de service de sécurité. « Ils sont entrés par Kajiba, dans le secteur de Lubudi. Après avoir incendié un bureau de la Police nationale congolaise (PNC) et un service de renseignements, et quelques maisons d'habitations, ils se sont rendus vers Katende. Après ils ont repris le chemin vers Dimbelenge où ils sont entrés autour de 21h45 », renseigne un habitant de Dimbelenge-centre joint par Radio Okapi. Sur place à Dimbelenge, les hommes de Kamwina Nsapu ont incendié les bureaux de service de sécurité et attaqué le bureau de la Commission électorale nationale indépendante (CENI). « Ils ont failli brûler même des ordinateurs qui gardent des documents importants de la CENI. Heureusement que le chef de localité était sur place. Il a supplié les deux miliciens (…) On a déplacé quelques matériels importants comme les ordinateurs et les motos, mais on a brûlé les documents administratifs à la CENI », a ajouté la même source. Ces miliciens de Kamuina Nsapu se dirigeraient les uns vers Bana ba Ntumba dans le secteur de Lubi et les autres vers le lac Munkamba, du côté Amika. Pendant ce temps, la ville de Kananga est calme. Le Vice-premier ministre et ministre de l'Intérieur et Sécurité Evariste Boshab y poursuit ses consultations. (…) Les combats entre les forces de l'ordre et ces miliciens ont déjà fait 49 morts, selon un bilan officiel. Le chef coutumier Kamwina Nsapu a été tué en aout dernier dans les affrontements avec les forces de l'ordre. Il s'opposait aux «tracasseries» des services de l'Etat sur ces administrés.

III. EGLISE

  • Les Dépêches de Brazzaville: Congo-Kinshasa: Vatican - Le président Joseph Kabila chez le Pape

Promouvoir le bien commun par la coopération de toutes les forces au Congo, y compris l'Eglise : le Saint-Siège encourage les efforts de paix.

La rencontre avait été fixée avant le déchaînement des violences qui ont endeuillé Kinshasa il y a une semaine : Joseph Kabila et le pape François se sont rencontrés lundi  passé au matin au Vatican. L'audience, très soignée, a donné lieu au communiqué protocolaire habituel, mais avec un accent sur l'inquiétude exprimée par le Vatican devant les « sérieux défis posés par la situation politique actuelle et les récents affrontements qui se sont produits dans la capitale ».

Après le pape, le chef de l'État congolais a rendu visite à la Secrétairerie d'Etat comme le veut le protocole. Il y a été reçu par Mgr Paul Gallagher, le Secrétaire du Saint-Siège pour les rapports avec les Etats (ministre des Affaires étrangères du Vatican) remplaçant le Cardinal Pietro Parolin, le Premier ministre du pape, en mission en Colombie. Au moment où les représentants de l'Eglise catholique viennent de claquer à Kinshasa la porte du dialogue national, le Saint-Siège rappelle « la contribution importante » apportée par l'Eglise dans la promotion sociale en RDC.

Il est dans la tradition de la diplomatie vaticane de ne pas en dire plus sur la teneur des entretiens que le pape peut avoir avec ses interlocuteurs les plus variés, ni dans quel état d'esprit véritable se déroulent ces « entretiens cordiaux » que les textes officiels soulignent toujours à la fin de ce genre d'audiences. Mais les journalistes ont pu noter que le début de la rencontre pape François-Kabila a été un peu froid, mais que la fin a été plus détendue devant les photographes.


JOSEPH KIALA

 
 
 
 
www.joomlatutos.com
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
Aujourd'hui :
425
Hier :
499
Semaine :
2626
Mois :
9936
Total :
727252