07/07/2020
NOUS SUIVRE SUR

Kinshasa, le 27 mai 2020 (caritasdev.cd) : Caritas Congo Asbl a participé à l’atelier de réflexion sur les liens entre les rituels religieux et la prévention de la pandémie à Coronavirus 2019 (Covid-19) en RDC. « Parmi les résultats produits, l'atelier a identifié les rites à risques et les risques liés à l'environnement cultuel pouvant favoriser la propagation du COVID-19. Il a proposé des mesures et des réformes requises pour éviter ces risques. Par ailleurs, l'atelier a plaidé pour l'ouverture des cultes auprès des Ministres de la Santé et de la Recherche Scientifique, qui étaient intervenus au cours des travaux. Une requête argumentée est en préparation pour l'ouverture des cultes », a indiqué Mr Thaddée Barega Lombe, 2ème Secrétaire Exécutif Adjoint de la Caritas Congo Asbl chargé de la qualité des projets, qui a modéré la cérémonie d’ouverture de cette rencontre.

Ces assises ont été organisées par le Syndicat d’Entraide Chrétienne, en collaboration avec le  Norwegian Church Aid, la Synergie de lutte contre la pandémie du Covid-19 et la MONUSCO. Elles se sont déroulées du 20 au 21 mai 2020 au Centre Mgr Shaumba, dans la Commune de la Gombe en Ville Province de Kinshasa. Du côté des Confessions religieuses ayant pris part à ces travaux, il y a eu notamment l'Eglise Catholique à travers la Conférence Episcopale Nationale du Congo (CENCO), l’Eglise du Christ au Congo (ECC), la Communauté Islamique du Congo (COMICO), l’Eglise Orthodoxe, l’Armée du Salut et l’Eglise Kimbanguiste.

L’objectif principal de cette réunion a été de contribuer à la prévention et à l’éradication de la pandémie du Coronavirus en RDC. Vingt personnes, dont 5 femmes, y ont pris part.

 Dix résultats atteints

Selon le rapport ad hoc parvenu à caritasdev.cd, cette rencontre a atteint 10 résultats, à savoir : revue de la lutte contre la maladie à virus Ebola en Ituri, au Nord-Kivu et Sud-Kivu ; état des lieux/revue de la situation de la pandémie du Coronavirus en RDC ; rôle clé joué par les communautés religieuses et les chefs religieux  dans la prévention de la pandémie du Coronavirus à travers la sensibilisation au changement des clichés et des idées fausses.

A la liste de ces résultats, le rapport cite aussi la mobilisation des chefs religieux pour atteindre leurs communautés avec des informations clés et pour transformer leurs pratiques religieuses en vue de prévenir la pandémie du Coronavirus ; l’identification des rituels religieux favorisant la résistance et la propagation de la pandémie et des réformes requises pour éviter cette propagation ; la rédaction et diffusion d’une déclaration commune ; l’élaboration du Plan de Communication pour les communautés religieuses parties prenantes avec messages clefs ; la mise en place et renforcement d’une coordination de la synergie de lutte contre les épidémies ; et la diffusion des messages et/ou prédications des chefs des confessions religieuses dans leurs communautés.

Ce forum de haut niveau des Chefs des Confessions religieuses, leurs techniciens et les hauts leaders de la Société Civile, a été animée ou facilité par les intervenants multisectoriels dont les Membres du Gouvernement, les Professeurs d’Université, les Chercheurs et les grands Experts de la Société Civile.

Il a connu notamment 7 temps forts : le culte d’ouverture ; la présentation des exposés en plénière ; les panels des confessions religieuses ; le travail en commissions ; l’harmonisation des recommandations et résolutions des ateliers en plénière ; le culte de clôture et la lecture de la déclaration commune.

Lors de son intervention, le Ministre de la Recherche Scientifique a notamment invité les Chefs des Confessions religieuses et les chercheurs à sensibiliser la population en disant que cette maladie existe réellement, contrairement à tout ce qui se raconte sur l’achat des cadavres, sous prétexte qu’ils sont morts du COVID-19. Son collègue de la Santé a recommandé que chaque fille et fils du pays attaque cette maladie virale qui affecte au préalable les personnes de 3ème âge et celles qui ont d’autres maladies chroniques comme le diabète, l’hypertension, les reins, etc.

Distancer physiquement les fidèles lors des cultes, multiplier les cultes…

 « Rites religieux et risques à la contamination à la pandémie du Covid-19 » est le 3ème exposé animé par Dr Honorable Ndjoloko Bathe. Partant de deux images de cultes des juifs, des musulmans et des chrétiens, l’intervenant a dit que tout rassemblement est un risque. A la fin de la messe, le prêtre se met dehors et salue tous les croyants c’est un risque. L’imposition des mains est un contact physique et constitue un risque. Les veillées de prière, le baptême, le mariage, le pèlerinage, les ordinations, toutes fêtes religieuses et les funérailles constituent des risques.

Après avoir cité des rituels et pratiques, il a proposé des mesures à prendre : distancer physiquement les fidèles lors des cultes et éviter toute surpopulation temporaire soit-elle ; programmer plusieurs cultes par exemple dix cultes par jour ; mettre à la disposition des services sanitaires de dépistage au profit des fidèles et officiants.

L’orateur a déconseillé le gel hydro alcoolique ainsi que les attouchements. Au contraire, il a conseillé de pratiquer simplement les gestes barrières de lavage de main, du port du masque, du respect de la distanciation, ainsi que des toilettes propres et bien entretenues dans les églises et mosquées.

A l’issue des travaux, les Chefs des Confessions religieuses ont présenté leur engagement dans la lutte contre la pandémie du COVID-19 et formulé les recommandations au gouvernement de la République, aux acteurs politiques et sociaux, aux partenaires des Confessions religieuses et au peuple Congolais.

Guy-Marin Kamandji

 

 

 

NEWSLETTER
Soyez informé par e-mail
NOUS SUIVRE SUR
© CARITAS 2017
4595124
aujourd'hui
Cette semaine
Mois
Total
1702
4030
15207
4595124