30/05/2020
NOUS SUIVRE SUR

Kinshasa, le 20 mars 2020 – (caritasdev.cd) - : Le Centre Saint Laurent et Sainte Bakhita est une œuvre sociale des Prêtres du Sacré-Cœur de Jésus(SCJ) en RD. Congo. Ce centre a été créé pour l’encadrement des enfants de la rue, des sans-abris et des enfants qualifiés de « sorciers » et abandonnés par leurs familles. Cette œuvre s’occupe aussi des bébés délaissés par leurs mamans, ayant démissionné de leur responsabilité. Ledit centre est situé à Kisangani, dans la Province de la Tshopo, accueillant aujourd’hui 97 enfants, dont 70 sont des filles âgées de 3 à 13 ans, selon un document dudit Centre et son directeur, rapporte caritasdev.cd

Ces filles âgées de 3 à 13 ans habitent à la maison Bakhita et les garçons, âgés de 6 à 13 ans, habitant quant à eux, la maison Saint Laurent.       Ledit Centre a été créé en 1989 par les Révérends Pères Gianni Lamieri et Giovanni Pross, Prêtres du Sacré-Cœur et missionnaires italiens en RD.Congo. Ces deux Pères exerçaient leur apostolat à la prison de Kisangani. Leur but était d’éviter que les jeunes connaissent l’expérience de la prison. Ceci pour être plus tard réunifiés avec leurs familles. Ceux, parmi ces enfants, qui errent dans la rue devaient être réconciliés avec leur famille pour être intégrés dans la société.

Ce travail d’encadrement des jeunes démunis se réalise plus concrètement dans l’accueil de ceux-ci au Centre par une équipe des encadreurs. Celle-ci est composée de deux Prêtres, des religieux et religieuses, d’un psychologue et des infirmiers ainsi d’autres travailleurs. Étant donné que ces jeunes avaient souffert des blessures multiformes dans leur passé, une enquête avait été diligentée dans leurs familles respectives pour déceler les causes de leur rejet dans la rue. Cela a amené l’équipe à retenir l’alphabétisation et l’apprentissage du travail manuel, à titre de deux objectifs concrets poursuivis par l’œuvre de leur réinsertion. Les enfants accueillis par le Centre sont inscrits dans les écoles environnantes et reçoivent des formations pratiques à l’interne. Ils fabriquent du pain, des meubles, des guitares, etc. En dehors de ceci, ils se livrent au sport et organisent les colonies de vacance une fois l’an.

Des enfants qui retournent dans leurs familles

Le Père Gustave Mania/SCJ, Responsable du Centre Saint Laurent et Sainte Bakhita avec deux enfants délaissés à Kisangani

Après cet apprentissage et ce moment de loisirs, les enfants retournent dans leurs familles. Si celles-ci les acceptent, elles prennent aussi le reste de leurs besoins en charge. Les enfants qui n’ont pas terminé l’école secondaire sont aidés par le Centre pendant une année, en assurant le paiement des frais demandés par les autorités scolaires où ils étudient. Cependant, il arrive souvent que les familles refusent d’accueillir ces enfants. Dans ce cas, un loyer est payé par le Centre pour les aider à trouver une maison très simple en vue du loger chaque enfant.

Revenir au Centre ou retourner dans la rue

Souvent, un emploi est trouvé pour certains enfants auprès des opérateurs économiques, dans le but de leur assurer une « réinsertion en autonome ». Quand il n’y a pas cette opportunité d’emploi, certains ont tendance soit à revenir au Centre ou encore à retourner, malheureusement, dans la rue.

Il sied de signaler par ailleurs que le souci pour les plus pauvres et les plus démunis, la lutte pour la justice sociale font partie du charisme et de la spiritualité des Prêtres du Sacré-Cœur. Ceux-ci, à la suite de leur Fondateur, le Vénérable Père Jean-Léon Dehon, luttent pour la justice sociale. Ceci afin d’instaurer le Règne du Cœur de Jésus dans les âmes et dans les sociétés humaines.

La présence des Prêtres du Sacré-Cœur de Jésus en RD.Congo remonte a autour de 1897. Ce fut quand le Père Léon Dehon envoya deux missionnaires, les Pères Gabriel Grison et Gabriel Lux, pour commencer l’évangélisation dans les Falls (région comprenant l’actuelle province de la Tshopo, du Haut-Uélé et le Nord-Kivu en RD. Congo) suivant la volonté des autorités de l’Etat Indépendant du Congo.   Les deux Pères arrivèrent aux Falls le 21 décembre septembre1897. Le Père G. Lux reprit le bateau à la date du 13 octobre et rentra définitivement en Europe. C’est ainsi que le P. G. Grison restera seul. Quelques mois après, la création du premier poste de mission est intervenue. Le Révérend Père Grison, à l’occasion de la célébration liturgique de Nöel, inaugurera la fondation de la mission catholique de Falls. Cette dernière fut baptisée « Saint Gabriel », en l’honneur et sous les heureux auspices de l’Archange Gabriel, ayant le premier apporté la première annonce de la bonne nouvelle au village de Nazareth.

C’est à partir de cette mission que le Père Gabriel Grison, avec les concours des autres missionnaires, a fondé de nouvelles missions en dehors de Stanleyville (actuel Kisangani).

121 membres (religieux) et 72 religieux Prêtres en RD. Congo et 2.300 Religieux SCJ dans le monde

Les Prêtres du Sacré-Cœur ont été les premiers missionnaires présents dans l’archidiocèse de Kisangani fondé le 30 mai 1966, dans le diocèse de Butembo créé le 09 avril 1934 et dans le diocèse de Wamba érigé le 10 mars 1949. Signalons que la Congrégation des Prêtres du Sacré-Cœur de Jésus a offert des Pasteurs à l’Eglise de Kisangani et de Wamba. Il s’agit de S.E. Mgr Gabriel Grison (Vicaire apostolique de 1904 à 1934), de S.E. Mgr Camille Verfaillie (Vicaire apostolique de 1934 à 1958), S.E. Mgr Nicolas Kinsch (Vicaire apostolique de 1958 à 1959) et de Mgr Joseph Wittebols pour le diocèse de Wamba, dont il a été l’Evêque.

Actuellement, les Prêtres du Sacré-Cœur de Jésus poursuivent l’œuvre évangélisatrice dans les archidiocèses de Kisangani et de Kinshasa ainsi que dans les diocèses de Wamba, Butembo-Beni, Kilwa-Kasenga et Mahagi-Nioka.

A part le Centre Saint Laurent et Sainte Bakhita, les Prêtres du Sacré-Cœur travaillent encore dans l’encadrement des peuples autochtones (pygmées), des jeunes (Groupe de réflexions et d’actions pour le développement intégral des jeunes). Ils œuvrent aussi dans la pastorale des prisons.

En Afrique, en dehors de la RD. Congo, les Prêtres du Sacré-Cœur, appelés aussi les Dehoniens, sont présents en Afrique du Sud, au Cameroun, au Mozambique, à Madagascar, au Tchad et en Angola. La RD. Congo à elle seule compte 121 membres (religieux), 72 religieux Prêtres, 5 Diacres, des étudiants en théologie, 4 scolastiques ayant émis les vœux perpétuels et 13 Novices. Dans le monde, le nombre de dehoniens a atteint un effectif de 2.300 Religieux. Aujourd’hui, cette Congrégation est présente dans 42 pays du monde.

Dehoniens : Prophètes d’amour et serviteurs de la réconciliation des hommes et femmes entre eux et avec Dieu

A la suite du Vénérable Père Dehon, leur Fondateur, les Dehoniens sont appelés à être des prophètes d’amour et des serviteurs de la réconciliation des hommes et femmes entre eux et avec Dieu. Afin que règne une civilisation d’amour, ces religieux veulent changer le monde en transformant l’homme de son intérieur, de son cœur. Tout, selon ces religieux, est pour la gloire de Dieu, et cette gloire signifie rendre l’homme vivant.

Pour les Prêtres du Sacré-Cœur, la sensibilité pour les plus pauvres, les démunis, les enfants abandonnés reste encore un de leurs grands champs d’apostolat social. Cependant, estiment ces Prêtres, cet engagement a besoin des soutiens de toutes les personnes de bonne volonté, de celles qui se préoccupent d’un avenir meilleur de la jeunesse et de l’enfance défavorisées.

Père Jerry MWEMBO MUTEBA/SCJ(Stagiaire)

 

NEWSLETTER
Soyez informé par e-mail
NOUS SUIVRE SUR
© CARITAS 2017
4504106
aujourd'hui
Cette semaine
Mois
Total
935
15541
122401
4504106