19/06/2019
NOUS SUIVRE SUR

Goma, le  12 juin (caritasdev.cd): Assurer la distribution des vivres aux bénéficiaires selon le niveau de vulnérabilité ou d’exposition à d’éventuel risque de contamination à la maladie à virus Ebola est en gros ce que la Caritas Goma, une structure de l’Eglise au service humanitaire et chargée des projets des Développements, s’est engagée à faire voilà 11 mois depuis l’apparition de ladite maladie (aout 2018) à l’Est de la République démocratique du Congo. En collaboration avec le Programme Alimentaire Mondiale (PAM), elle apporte vivres et non vivres aux nécessiteux dans les zones touchées par le virus Ebola.

La République démocratique du Congo est pour la énième fois frappée par la maladie à Virus Ebola (MVE). Cette fois, c’est sa partie Est en Province du Nord-Kivu que ce fléau fait des victimes. En territoire de Beni, dans la zone de Santé de Mabalako, dans l’aire de santé de Mangina, le virus est détecté pour la première fois suite à des cas de décès mystérieux de plus de cinq membres d’une même famille ; ’’Ils présentaient tous les mêmes signes pathologiques’’. La maladie a ensuite migré en Ituri, dans la province orientale.

Cependant, le Gouvernement congolais, à travers son Ministère de la santé et avec l’appui de ses partenaires, l’Organisation Mondiale pour la Santé (OMS) et le Fonds des Nations-Unies pour l’Enfance (UNICEF), ne ménagent aucun effort pour lutter contre cette pandémie qui continue à faire des morts, estimés aujourd’hui à plus de 500. C’est ainsi que les acteurs humanitaires désireux ont été appelés à intégrer des commissions selon leurs secteurs d’activités pour que leurs actions soient visibles. Ainsi, huit commissions ont été formées selon le besoin :

– La commission de surveillance : Chargée de faire le suivi des contacts et les points d’entrés des différentes agglomérations ainsi que les investigations et validations des cas ;

– La commission prise en charge médicale : S’occupe des soins appropriés et le suivi des malades ;                               – La commission vaccination : Chargée d’administrer le vaccin aux personnes affectées ;

– La commission Prévention PCI-Wash : Pour l’hygiène, assainissement et désinfection des endroits infectés, chloration de l’eau ;

– La commission laboratoire : Pour tester tous les échantillons en vue de confirmer ou d’infirmer le cas ;

– La commission communication : Chargée d’informer la population sur la maladie et les actions menées par les acteurs de la riposte et sensibiliser sur les mesures préventives à prendre ;

– La commission prise en charge psycho sociale : S’occupe de l’éducation de masse, accompagnement des malades et des guéris et des différents types d’assistance (assistance alimentaire, accompagnement psychologique…) ;

– La commission logistique : Est chargée d’appuyer les autres commissions en terme logistique ;

– La commission sécurité : S’assure de la sécurité des tous les acteurs de la riposte lors de leurs actions sur les terrains et de les prévenir en cas de besoin de toute situation liée à la sécurité sur l’ensemble de la zone d’intervention.

– La commission des EDS : Chargée des Enterrements Dignes et Sécurisés pour lutter contre la propagation du virus par des cadavres. Car ces derniers ont une charge virale supérieure à celui d’un malade.

De ces huit commissions de la Riposte de la Maladie à Virus Ebola, la Caritas Goma fait partie de la commission psychosociale de par son secteur d’activités avec son partenaire financier le PAM.  En effet, dans cette commission, la Caritas Goma en consortium avec la Caritas Butembo – Beni assure une distribution des vivres aux bénéficiaires selon le niveau de vulnérabilité ou d’exposition à d’éventuel risque (Personnes contactes, personnels de première ligne, personnel soignant, ménages déchargés, …)

Ce que nous devons savoir

La maladie à virus Ebola est aussi facilement transmissible de l’homme à l’homme par la sueur, la salive, et autres secrétions. Un simple contact physique suffit pour la propager.

Sa période d’incubation est de 21 jours. Endéans ces jours, un contact peut développer la maladie et devenir contagieux. Et s’il n’est pas suivi il peut faire beaucoup de victimes. C’est pourquoi, dans le souci d’arrêter, si pas minimisé la propagation du virus, tout contact doit être suivi. Pendant cette période, le contact est proposé de restreindre ses mouvements pour la cause. L’équipe de surveillance doit chaque fois lui rendre visite pour mesurer sa température et lui faire d’autre type de consultation pour se rassurer qu’il est encore en bonne santé.

Or s’il est responsable d’un ménage, il doit assurer le minimum de sa famille surtout en terme alimentaire. C’est pourquoi le Gouvernement congolais a fait appel au Programme Alimentaire Mondial pour accompagner les activités de la riposte aux côtés des autres ONG pour apporter un plus dans la lutte contre la maladie à Virus Ebola.

En effet, en tant que partenaire de coopération du Programme Alimentaire Mondial, la Caritas Goma a été chargée d’exécuter cette activité pour une période allant du 28 Août au 31 Janvier 2019 avec cinq amendements au contrat (Field Level Agreement) vu la dynamique de l’évolution de l’épidémie. Les activités de la Caritas s’étendent en ce jour sur 13 zones de santé au Nord-Kivu dont huit à Beni (Mabalakoe, Beni, Oicha, Mutwanga, Vuhovi, Kyondo, Kalunguta & Eringeti), deux à Butembo (Butembo & Katwa), et trois à Lubero (Alimbongo, Masereka & Biena) et une zone de santé dans la province orientale (Mandima) avec plus de 80 aires de sante

Au départ, quatre équipes ont été constituées pour couvrir cinq zones de santé où les besoins étaient ressentis (Beni, Oicha, Mabalako, Masereka & Butembo). Avec la dynamique de l’épidémie, il était urgent d’augmenter aussi le nombre des équipes pour bien répondre à temps aux besoins. Les 13 zones de santé citées ci-hauts sont desservies par neuf équipes dont quatre basées à Butembo et quatre à Beni. Chaque équipe est composée d’un Superviseur et quatre distributeurs.

Pour être proactifs sur terrain, chaque équipe a été dotée de deux véhicules : un léger pour le déplacement de l’équipe et une camionnette pour transporter les kits alimentaires. Trois entrepôts ont été mis à la disposition pour desservir les sites selon les axes touchés. Un entrepôt à Beni, un à Butembo et un autre à Masereka. Un bureau de liaison à Beni a été ouvert pour la conduite des opérations sur terrain.

La ration familiale et nutritionnelle

  • 52,5 Kg de céréales/Farines
  • 18kg de Légumineuses/Haricots
  • 5,25 Kg d’huile

 Caritas Goma

NEWSLETTER
Soyez informé par e-mail
NOUS SUIVRE SUR
© CARITAS 2017
2876449
aujourd'hui
Cette semaine
Mois
Total
1989
8525
67744
2876449