19/06/2019
NOUS SUIVRE SUR

Bukavu, le 02 avril 2019 (caritasdev.cd) : la Caritas-Développement Bukavu, en partenariat avec le Fonds des Nations Unies pour la Démocratie (FNUD), met en œuvre à partir du 1er mars 2019 un nouveau projet intitulé « Appui aux Organisations de la Société Civile dans les actions de promotion de la gouvernance participative et Etat de droit en RDC ». La province du Sud-Kivu a été ciblée pour ce projet, particulièrement 2 chefferies en tant qu’Entités Territoriales Décentralisées-ETD, Kabare et Nindja, 17 groupements qui composent ces chefferies ; 11 villages dont 9 dans la chefferie de Kabare et 2 dans Nindja.

Selon un communiqué de Caritas Bukavu, l’objectif de ce projet est de « réduire les violations des droits civils et politiques à travers la mise en place des mécanismes communautaires qui favorisent le respect de l’état de droit, de la démocratie et de la paix sociale en République Démocratique du Congo (RDC) » , à travers l’amélioration de la performance des Comités Locaux d’Organisation Communautaire (CLOC), l’amélioration de la gouvernance locale à travers des mécanismes de dialogue et participation qui renforceront la confiance entre autorités et citoyens, la transparence et la redevabilité et un plus grand accès des victimes de violences physiques et sexuelles aux services de prise en charge appropriée dans les communautés.

 Ainsi, le travail avec les communautés et les autorités aux différents niveaux politico-administratifs aura lieu à trois niveaux. Au niveau village (11 villages cibles) : un accompagnement de proximité est prévu aux pré- existants CLOC dont les membres sont bénévoles, et aux autorités pour faire respecter les droits civils. Au niveau de 2 chefferies cibles - Kabare et Nindja formés par 17 groupements : les populations et autorités seront orientées vers le processus de budgétisation participative. Au niveau provincial – province de Sud Kivu : des actions visant à l’approbation d’un édit provincial sur la budgétisation participative seront entreprises.

 Principale approche

 La principale approche de ce projet est basée sur l’accompagnement par la Caritas des structures communautaires dont les membres sont bénévoles et volontaires, afin qu’elles puissent à son tour renforcer les populations dans la défense efficace de leurs droits civils et politiques. Cet accompagnement consistera à faciliter l’accès aux informations pertinentes sur le contenu de la Législation en vigueur en matière de droits civils et politiques et sur les mécanismes de gouvernance participative et à outiller ces structures pour qu’elles mènent des actions de plaidoyer et de sensibilisation auprès des Autorités afin de faire respecter ces principes.

 D’autres compétences des membres de ces structures communautaires, dont le leadership transformationnel, l’élaboration de plans de protection communautaire pour la défense des droits, seront aussi renforcées. En outre, le projet entend mettre en place des activités qui renforcent la confiance mutuelle entre les populations et les Autorités politico-administratives. Et cela, à travers des mécanismes de dialogue permanent adaptés au contexte particulier des zones isolées et fortement affectés par les violences ; la mise en place de mécanismes d’informations sur les services sociaux de base en lien avec la prise en charge des victimes de violences ; l’orientation et accompagnement des autorités et des organisations de la société civile dans la mise en place d’un processus de budgétisation participative.

Béneficiaires Directs :

 Au niveau village, ce sont les membres de 11 CLOC, soit 160 personnes dont  60% de femmes. 55 Autorités locales issues des villages, dont 10% des femmes, compte tenu de leur composition actuelle, participeront directement aux cadres de concertation villageoises. Des représentants de la Société Civile des groupements et des Chefferies participeront à un processus de budgétisation participative dont au moins 50% de femmes et autres groupes marginalisés, compte tenu de la composition actuelle des structures et institutions-clés dans le processus de budget participatif. Les représentants provinciaux bénéficieront des actions pour l’approbation de l’édit.

 Bénéficiaires indirects :

Les actions de plaidoyer, sensibilisation et médiation pour le respect de Droits de l’Homme et la promotion de la cohésion sociale par les CLOC bénéficiera à toute la population des 11 villages cibles (42.522, dont 50% de femmes). La population des 2 Chefferies bénéficieront des actions de budget participatif et seront sensibilisées sur les autres thématiques à travers les spots. L’édit sera promu au bénéfice de toute la population de la province, a conclu le communiqué de Caritas Bukavu.

Guy-Marin Kamandji

NEWSLETTER
Soyez informé par e-mail
NOUS SUIVRE SUR
© CARITAS 2017
2876471
aujourd'hui
Cette semaine
Mois
Total
2011
8547
67766
2876471