22/04/2019
NOUS SUIVRE SUR

Goma, le 28 mars 2019 (caritasdev.cd):  Au total, 3 femmes, ayant toutes donné naissance à de jumeaux ont vu leur facture réduite à zéro. La « détention » des malades dans certains hôpitaux, dispensaires, centre de santé, cliniques étant devenue monnaie courante à Goma, dans l’Est de la République démocratique du Congo et dont la majorité des victimes est constituée des femmes pauvres et des jeunes filles, les femmes de la Caritas Goma en synergie avec celles de l’hôpital de référence Charité maternelle ont opté bannir cette ‘’habitude’’ en assistant celles qui étaient le plus dans le besoin.


C’est par une messe dite à la paroisse Saint Esprit à Goma que s’est ouverte la Journée Internationale des droits de la femme. Réunies en synergie, les femmes de la Caritas Goma ont commencé la journée par une prière remettant entre les mains du Seigneur tous ceux qui voient au quotidien leurs droits être bafoués particulièrement les femmes. Pour l’officiant du jour, Abbé Protais Karangwa, les femmes doivent avoir un comportement positif afin d’incarner la dignité reçue de Dieu et la faire accepter aux hommes.

Ensuite, est venu le moment de rendre visite aux malades. D’abord, à l’hôpital Charité maternelle où une patiente, Mauwa, retenue suite à l’insolvabilité et qui a été abandonnée par son mari, s’est vue assistée par le paiement d’une facture équivalent à 252 dollars américain. Cette assistance est le résultat d’une cotisation des femmes qui travaillent au sein de la Caritas et des infirmières de l’hôpital Charité maternelle : ‘’Nous sommes là pour te dire que la vie est belle et qu’il est temps de quitter cet endroit ‘’, a scandé Martine Kaliza, point focal Genre à la Caritas Goma.

‘’Il est vrai que c’est une journée qui rappelle la lutte des droits de la femme, mais il ne sert à rien de commémorer pendant que d’autres souffrent. Aussi, cette « rétention » est une autre forme de violence impunie à l’égard de la femme ’’, a martelé Martine. Sous les applaudissements de ses condisciples et les sanglots de Mauwa, les deux bébés ont été nommés par la centaine de femmes respectivement Amani et Furaha (Paix et Joie, en Swahili). Enveloppés dans des draps couleur bleu- ciel, les bébés ont ensuite été rendus à leur mère qui marmonnaient un ‘’merci’’ presque inaudible.

Il s’en est suivi la visite de l’hôpital Mungano la résurrection, où une autre patiente ‘’retenue’’ depuis plus de 2 mois a été assistée. Cette dernière déjà mère de six enfants a arrondi le nombre de sa famille après avoir malheureusement subi un viol collectif… Les jumeaux se portent bien et ont été libérés de l’hôpital sous une ambiance bon- enfant.

Les femmes de la Caritas Goma avec les jumeaux de Mauwa à l’hôpital Charité maternelle
Rappelons que la Journée internationale des droits des femmes pour cette année a eu comme thème international : « Penser équitablement, Bâtir intelligemment, Innover pour le changement » ; et comme thème national : « Ensemble, promouvoir la Paix, la Sécurité et le Genre par l’accès aux services publics de qualité ».



Lydie Waridi Kone

Cellule de Communication

NEWSLETTER
Soyez informé par e-mail
NOUS SUIVRE SUR
© CARITAS 2017
2652965
aujourd'hui
Cette semaine
Mois
Total
159
39624
100789
2652965