19/05/2019
NOUS SUIVRE SUR

Sofala, le 05 mars 2019 (caritasdev.cd) : Il s’est tenu au Mozambique du 17 au 23 février 2019 le troisième échange d’Afrique du mécanisme spécial de dons dédié aux peuples autochtones et communautés locales (DGM). Cette activité a été organisée par le projet mondial du DGM, conjointement avec le DGM Mozambique. Elle a eu lieu dans la province de Sofala au Mozambique. Plusieurs pays y ont pris part. Il s’agit de : Mozambique, Ghana, République Démocratique du Congo (RDC), Burkina-Faso, République du Congo, Népal et Etats-Unis.

Ces assises ont été axées sur les thèmes d’apprentissage et l’échange entre secteur privé et les communautés pour la gestion des produits forestiers non ligneux. Elles ont porté aussi sur les mécanismes de partage des bénéfices, la gestion de la faune sauvage, REDD+ (Réduction des Emissions résultant du Déboisement et de la Dégradation des forêts), la gestion des ressources naturelles et l’importance des pratiques de gestion des terres communautaires et de surveillance écologique.

Trois  personnes venues de la RDC ont participé à cet échange. Il s’agit de Kapupu Diwa, Keddy Bosulu, Mona Paris, respectivement Président du comité de pilotage du Projet d’Appui aux Communautés Dépendantes de la Forêt (PACDF), son 1er Rapporteur et Chargée de Communication du projet PACDF à l’Agence d’Exécution Nationale (Caritas Congo Asbl) dudit projet.

 

La communauté travailleuse dans le parc de Gorongosa
La communauté travailleuse dans le parc de Gorongosa

Au cours de cet atelier régional d’Afrique du DGM, les participants ont visité une concession forestière appartenant à Mr. James White. Ce dernier travaille avec les communautés locales dans la gestion de ressources naturelles en vue de contribuer à réduire la pauvreté au niveau local. Les visites ont porté sur l’apiculture (production et transformation de miel), l’écotourisme et la production artisanale et la visite du centre de formation communautaire. Toutes ces visites ont permis aux participants d’examiner le partenariat entre le secteur privé et la communauté et de déterminer comment les bénéfices tirés des ressources naturelles, gérés principalement dans le cadre d’une opération privée, qui peuvent également être partagés avec les communautés locales au travers d’une gestion durable.

Par ailleurs, à Gorongosa (un district de la province de Sofala), les visites de terrain dans le parc national de Gorongosa ont porté sur mécanisme de partage de bénéfices découlant de l’exploitation des ressources forestières et faunique, mais aussi sur les organisations et la gestion des ressources naturelles et l’agriculture de conservation.

Une brève présentation du parc national de Gorongosa et les initiatives économiques communautaires menées dans ce parc ont été présentées aux participants par Mr. Moiane, l’un de Responsable de ce parc.

Dans ce parc, les participants ont visité également l’usine de transformation du café, la zone de plantation de café et de noix de cajou. Une réunion avec les membres de la communauté travaillant dans ce parc a mis fin à cette rencontre.

Chaque pays a planté un arbre symbolisant sa trace sur le sol Mozambicain.

En guise de rappel, le mécanisme spécial de dons en faveur des peuples autochtones et des populations locales est un mécanisme de financement innovant du programme d’investissement forestier des fonds d’investissement climatiques (CIF). Il a été créé pour favoriser la participation pleine et effective des peuples autochtones et des communautés locales aux instances mondiales de lutte contre les changements climatiques.

En RDC, le projet d’Appui aux Communautés Dépendantes de la Forêt est mis en œuvre à travers deux organes, à savoir le Comité de Pilotage National (CPN) et l’Agence d’Exécution Nationale (AEN), Caritas Congo Asbl, qui est responsable de la bonne exécution du projet devant la Banque Mondiale.

Paris MONA

 

 

 

NEWSLETTER
Soyez informé par e-mail
NOUS SUIVRE SUR
© CARITAS 2017
2743529
aujourd'hui
Cette semaine
Mois
Total
2715
20719
61645
2743529