26/03/2019
NOUS SUIVRE SUR

Butembo, le 25 février 2019 (caritasdev.cd) : Dans le but d’augmenter l’engagement de l’Eglise catholique dans le cadre de la riposte contre la Maladie à Virus Ebola (MVE),  Son Excellence Mgr PALUKU SIKULI Melchisédech, Evêque du Diocèse de Butembo-Beni, a convoqué récemment tous ses prêtres, au moins deux par paroisse, pour un Conseil presbytéral spécial. Le thème retenu a été : Ebola, un réel défi pastoral. Plus au moins 175 prêtres ont répondu à cette rencontre historique.

La rencontre a été animée par les experts d’OMS, d’UNICEF, du ministère de la Santé et de Caritas Congo Asbll. Trois étapes ont rythmé cette rencontre.

Dans son discours d’ouverture, Mgr l’Evêque de Butembo-Beni a rappelé  à ses prêtres les fondements bibliques et même doctrinaux de l’obligation, comme pasteur, de manifester sa solidarité envers les malades. L’assistance aux malades est une exigence Evangélique, a-t-il souligné. Paraphrasant la lettre encyclique du pape Benoit XVI, "Deus Caritas Est",  Mgr Sikuli a recommandé à ses prêtres et aux différents agents de Caritas, de travailler avec professionnalisme et dévouement, toujours fidèles, dans le service envers les pauvres et les vulnérables. La compassion, la solidarité envers les familles affectées, le respect de la dignité de chacun, voilà, autant de valeurs que devra prêcher par exemple, tout le personnel impliqué dans cette riposte. Pour rappel, Monseigneur Sikuli Paluku Melchisédech avait lancé, en décembre dernier, la campagne « Famille Sans Ebola », un projet qui s’inscrit dans le cadre de la campagne citoyenne « Ebola Pas Chez Moi ».

A leur tour, les experts de la riposte, ont, tour à tour circonscrit l’état actuel de cette épidémie, les difficultés rencontrées, les pistes de solutions recommandées pour bouter dehors cette épidémie (Coordonnateur de la Riposte), la stratégie de l’engagement communautaire (UNICEF), l’importance de la vaccination (OMS), le respect des indications à suivre pour les enterrements dignes et sécurisés (OMS et Ministère de la santé).

A la date du 07 février 2019, depuis le début de l’épidémie, le cumul des cas était de 800, dont 739 confirmés et 61 probables. Au total, il y a eu 502 décès (441 confirmés et 61 probables) et 271 personnes guéries.

L’Eglise Catholique  n’est pas restée indifférente face à ce bilan dramatique. L’expert de la Caritas Congo Asbl, Mr Emmanuel Bofoe, a conclu la série des présentations sur la thématique : le rôle de l’Eglise Catholique dans le cadre de la lutte contre la MVE.  « Dans la lutte contre le virus Ebola, vous pouvez passer de 100 à 10 en termes de nombre de cas, mais passer de 10 à zéro est l’étape la plus difficile » a-t-il souligné. En recourant à la structure même de l’Eglise, « le combat contre cette épidémie devra se mener en impliquant les communautés ecclésiales vivantes, des Shirikas, les baraza,….  Dans les shirika par exemple, tout le monde connait tout le monde. La lutte contre les rumeurs, les résistances ne peuvent se vaincre qu’en travaillant, de façon efficace et étroite avec cette « base » de l’Eglise famille de Dieu. La formule pour vaincre cette épidémie, ne peut venir que de la population elle-même. Du moment qu’elle a pu percevoir le danger, elle peut comprendre et adhérer à la stratégie d’engagement communautaire. La Caritas, instrument de la Pastorale Sociale de l’Eglise catholique, devra travailler efficacement pour redynamiser les différentes unités de base des Caritas paroissiales, pour une synergie de combat avec les différents volontaires présents dans chaque shirika, pour bouter dehors cette épidémie.

Des échanges constructifs entre les prêtres et les experts de la riposte ont animé les différentes  discussions.

Dans la dernière partie de ce Conseil Presbytéral spécial, un rituel traditionnel,  a été présidé par Excellence Mgr PALUKU SIKULI Melchisédech, Evêque du Diocèse de Butembo-Beni, accompagné de ses prêtres et par toute de l’équipe de riposte. C’est la cérémonie du plantage du bananier, symbole de vie à protéger et à promouvoir, symbole de vitalité culturelle. Les médecins ont prêté serment pour promouvoir la vie. Le CTE (centre de traitement d’Ebola) est un lieu où l’on va pour rechercher la vie et la bonne santé. Il suffit d’y arriver le plus tôt et à temps, comme l’ont toujours recommandé les différents intervenants, experts de la riposte contre la MVE.

Fortement impliqué dans le cadre de cette riposte, l’Eglise catholique a planté ce bananier le 7 février 2019, en signe d’engagement communautaire pour la promotion de la vie, en abondance.

Avec le Service de communication de la Caritas Butembo-Beni

NEWSLETTER
Soyez informé par e-mail
NOUS SUIVRE SUR
© CARITAS 2017
2539183
aujourd'hui
Cette semaine
Mois
Total
1496
3799
88515
2539183