16/02/2019
NOUS SUIVRE SUR

Kongolo, le 07 février 2019 (caritasdev.cd) : Les conflits  interethniques vécus dans le territoire de Kabalo entre les bantous Luba et les pygmées « Twa » ont eu un impact négatif sur la cohésion sociale, l’éducation des enfants, les soins de santé et la dégradation du tissu-économique de la population du Territoire  de Kabalo en général et plus particulièrement les habitants de 6 groupements du secteur de Lukuswa, selon les rapports des différents acteurs humanitaires qui ont opérés dans la zone lors de différentes évaluations.

Plusieurs infrastructures de base ont été détruites, à savoir 3 centres de sante détruits (Kasinge, Kamubangwa et Lwala) et 3 postes de santé ainsi que 71 écoles dans le territoire de Kabalo détruites complètement.

Suite à cette situation, le centre de santé de Kasinge a été contraint à cesser de fonctionner. Après la fin des hostilités, la population de cette aire de santé (surtout les femmes et les enfants) s’est vue dans l’obligation de demander à la zone de santé de Kabalo la réouverture de ce centre de santé suite à la distance longue (50 Km) qui sépare le village de Kasinge à Kabalo centre pour bénéficier des soins. La distance étant longue, les malades  éprouvaient beaucoup des difficultés d’atteindre le centre de santé et cela occasionnait des décès dans le village  et même en route vers Kabalo.

Ce centre de santé est à présent opérationnel dans un bâtiment construit en briques cuites et tôlé avec l’appui de la communauté. Ce bâtiment a été saboté lors de ces conflits interethniques. Les portes et fenêtres endommagées, les médicaments, les matériels médicaux y compris le frigo et autres mobiliers pillés (lits, matelas, pinces…) ; la pompe du puits détruites. La paillotte qui servait de lieu de réception des mamans lors des consultations préscolaires et prénatales endommagée. A cela s’ajoute la vétusté des installations sanitaires et de l’incinérateur pour la gestion des déchets.  Signalons également que, les membres de l’unité fonctionnelle de ce centre de santé ne sont pas payés par le gouvernement et la prime locale générée par la structure est loin de répondre aux besoins du personnel y affecté.

Ainsi, malgré toutes ces difficultés, le centre de santé a de nouveau ouvert ses portes et à ce jour, le fonctionnement du centre de santé est rendu difficile et les conditions d’hébergement des malades mis en observation presque insupportables. .

C’est dans cette optique que Caritas développement Kongolo procède à la réhabilitation du centre de santé de Kasingé grâce au financement de l’UNICEF en vue d’offrir une prise en charge correcte et idéale des malades au centre de santé, d’optimaliser son fonctionnement et de prévenir les intempéries et les dommages qui pourraient se reproduire. La réhabilitation de ce centre de santé en terme de réfection du plafond, crépissage des murs et pavement, réfection de la peinture,  construction d’une paillotte de 5 mètres sur 7 m pour servir de lieu de réception des femmes et enfants en consultation préscolaire, la construction de deux portes des latrines hygiéniques dont une pour les femmes et une pour les hommes et un incinérateur pour la gestion de déchets médicaux.

Les conflits  interethniques vécus dans le territoire de Kabalo entre les bantous Luba et les pygmées « Twa » ont eu un impact négatif sur la cohésion sociale, l’éducation des enfants, les soins de santé et la dégradation du tissu-économique de la population du Territoire  de Kabalo en général et plus particulièrement les habitants de 6 groupements du secteur de Lukuswa selon les rapports des différents acteurs humanitaires qui ont opérés dans la zone lors de différentes évaluations.

Plusieurs infrastructures de base ont été détruites à savoir 3 centres de sante détruits (Kasinge, Kamubangwa et Lwala) et 3 postes de santé ainsi que 71 écoles dans le territoire de Kabalo détruites complètement.

Suite à cette situation, le centre de santé de Kasinge a été contraint à cesser de fonctionner. Après la fin des hostilités, la population de cette aire de santé (surtout les femmes et les enfants) s’est vue dans l’obligation de demander à la zone de santé de Kabalo la réouverture de ce centre de santé suite à la distance longue (50 Km) qui sépare le village de Kasinge à Kabalo centre pour bénéficier des soins. La distance étant longue, les malades  éprouvaient beaucoup des difficultés d’atteindre le centre de santé et cela occasionnait des décès dans le village  et même en route vers Kabalo.

Ce centre de santé est à présent opérationnel dans un bâtiment construit en briques cuites et tôlé avec l’appui de la communauté. Ce bâtiment a été saboté lors de ces conflits interethniques. Les portes et fenêtres endommagées, les médicaments, les matériels médicaux y compris le frigo et autres mobiliers pillés (lits, matelas, pinces…) ; la pompe du puits détruites. La paillotte qui servait de lieu de réception des mamans lors des consultations préscolaires et prénatales endommagée. A cela s’ajoute la vétusté des installations sanitaires et de l’incinérateur pour la gestion des déchets.  Signalons également que, les membres de l’unité fonctionnelle de ce centre de santé ne sont pas payés par le gouvernement et la prime locale générée par la structure est loin de répondre aux besoins du personnel y affecté.

Ainsi, malgré toutes ces difficultés, le centre de santé a de nouveau ouvert ses portes et à ce jour, le fonctionnement du centre de santé est rendu difficile et les conditions d’hébergement des malades mis en observation presque insupportables. .

C’est dans cette optique que Caritas développement Kongolo procède à la réhabilitation du centre de santé de Kasingé grâce au financement de l’UNICEF en vue d’offrir une prise en charge correcte et idéale des malades au centre de santé, d’optimaliser son fonctionnement et de prévenir les intempéries et les dommages qui pourraient se reproduire. La réhabilitation de ce centre de santé en terme de réfection du plafond, crépissage des murs et pavement, réfection de la peinture,  construction d’une paillotte de 5 mètres sur 7 m pour servir de lieu de réception des femmes et enfants en consultation préscolaire, la construction de deux portes des latrines hygiéniques dont une pour les femmes et une pour les hommes et un incinérateur pour la gestion de déchets médicaux.

 

Avec Caritas Kongolo

NEWSLETTER
Soyez informé par e-mail
NOUS SUIVRE SUR
© CARITAS 2017
2388505
aujourd'hui
Cette semaine
Mois
Total
869
13734
38685
2388505