22/04/2019
NOUS SUIVRE SUR

 Bondo, le 15 janvier 2019 (caritasdev.cd) : Selon une dépêche de la Caritas-Développement Bondo reçue le 11 janvier 2019, 6.719 réfugiés centrafricains se trouvent dans une situation humanitaire alarmante à Bassokpio, en Territoire d’Ango et au Poste d'Etat de Bili, en Territoire de Bondo dans la Province du Bas-Uélé.  Il s’agit de 1.815 hommes, 3.005 femmes, 1.861 enfants et 38 nouveau-nés en faveur desquels Caritas Bondo plaide pour une assistance humanitaire d’urgence.

« En 9 mois et jusqu’à ce jour, aucun organisme ni autorité de Centrafrique ou du Congo, les ont secourus. Ils n’ont pas de carte de réfugiés, pas d’eau potable, de médicaments pour les malades de VIH. Ils ont improvisé de boutiques à base de rameaux de palmes. Ce sont 2.000 enfants, sous-alimentés, sans éducation et beaucoup d’orphelins. Les quelques fusils de chasse et les 2 radios communautaires furent saisis par les autorités locales », témoigne, amer, un missionnaire cité par la Caritas Bondo dans une note d’information datée du vendredi 11 janvier 2019.

Faute de connexion Internet, ce témoignage est arrivé en retard. « Je vous partage ici la souffrance que vivent les déplacés de guerre provenant de Bangassou - Centrafrique (Rafai, Zemio, Mboki) via le Sud-Soudan. J’ai passé deux semaines avec les réfugiés à Bassokpio à 150 km de Bambilo. Ils sont plus de 9.000, situés en plusieurs communautés chrétiennes des paroisses de Billi et Ango. A Billi-Bassokpio, j’ai trouvé 6.000 réfugiés, qui sont arrivés le 24 novembre 2017. Ils fuient la guerre qui a commencé en 2013 entre les Selekas et les Anti-Balakas, qui s’est étendue sur tout le diocèse de Bangassou, frontalier avec la RDC », indique le Père Pedro Indacochea.

Devant ce qu’il qualifie d’indifférence des autorités locales et du peuple congolais envers les réfugiés et, face à l’insécurité causée par des nomades MBORORO, le missionnaire précise : « l’Eglise catholique dans la profondeur de sa vocation a le devoir et l’obligation prophétique d’être avec les pauvres, avec les plus pauvres, qui ont tout perdu ; mais, pas l’espérance ». Le prêtre en appelle alors à la justice et à la paix. « Comme Caritas, nous devons être la lumière du Christ en ce moment d’épreuve », conclut le Père Pedro Indacochea, qui a partagé avec l’Evêque de Bondo, Mgr Etienne Uguey’Eyun, son Apostolat parmi les réfugiés de Ango.

 

Remerciements des réfugiés pour la proximité de l’Eglise catholique

 

Dans une lettre datant du 26 décembre 2018 et signée par le Président de leur Conseil de Sages, les réfugiés centrafricains de Bassokpio remercient l’Evêque de Bondo et le Père Pierre « pour sa visite deux fois l’année 2018. Nous avons célébré ensemble la fête de Noël avec lui. Il a béni cinq mariages et baptisé des adultes et adolescents. Dans la soirée du 25 décembre 2018, nous avons partagé un repas ensemble avec notre prêtre ». Et Mr Marcel Nzorossa de poursuivre : « Nous demandons à notre Evêque Etienne, responsable de Caritas de Bondo, de penser à nous. Nous avons fait une année sans soutien. C’est-à-dire, pas d’ONGS, pas de soutenance religieuse », a-r-il dit en donnant l’effectif de sa communauté, 6.719 réfugiés.

 

Mr Nzorossa a cité dans sa lettre ce qui est arrivé à sa communauté : 46personnes décédées ; 4 morts nés, 6 avortements, 1 cas de noyade, 4 enlèvements, 9 cas d’accident, 9 cas de Méningite, 70 cas des plaies graves, 12 Cas de rougeole, sans oublier des cas de VIH/SIDA sans médicaments appropriés et des enfants non scolarisés, la malnutrition et le manque d’eau potable.

 Pour mémoire, selon les statistiques de septembre 2018 de l’Agence des Nations Unies pour les Réfugiés (UNHCR), la RDC a compté plus de 536.000 réfugiés en RDC au 31 août 2018. « Il y a aujourd’hui plus d’un demi-million de réfugiés en République démocratique du Congo ; 544.000 si j’arrondis ; parmi lesquels, 219.000 Rwandais, 176.200 Centrafricains, 92.700 Sud-Soudanais, 45.000 Burundais. Ça fait beaucoup ! C’est 62.000 de plus que l’année passée », déclarait mercredi 20 juin 2018 le Représentant régional adjoint du HCR en RDC, Olivier Beer, cité par Radio Okapi.

Caritas Congo Asbl et son réseau national continuent à apporter une assistance multisectorielle à plusieurs milliers de ces réfugiés, particulièrement les Centrafricains, à travers essentiellement la Caritas Molegbe grâce au financement de Caritas Allemagne. Caritas Congo Asbl est pour sa part en pourparlers avec ses partenaires pour étendre la même action dans le Diocèse de Bondo.

Mais, cette aide est encore insuffisante face aux besoins immenses de tous ces réfugiés centrafricains. D’où, ce SOS de Caritas lancé en direction des Organismes humanitaires et des personnes de bonne volonté, sans oublier les autorités publiques compétentes.

David Maki (Stagiaire) et Guy-Marin Kamandji

NEWSLETTER
Soyez informé par e-mail
NOUS SUIVRE SUR
© CARITAS 2017
2652878
aujourd'hui
Cette semaine
Mois
Total
72
39537
100702
2652878