20/06/2019
NOUS SUIVRE SUR

Yumbi, le 20 décembre 2018 (caritasdev.cd) : Un calme précaire règne à la Cité de Yumbi dans la province de Mai-Ndombe qui a connu un affrontement sanglant la semaine dernière entre deux tribus habitant cette partie de la Rd. Congo, les Banunu-Bobangi et les Batende. Le bilan de ces troubles fait de plusieurs dizaines de morts, dont l’Administrateur du Territoire, ainsi que des blessés graves qui sont internés dans l’Hôpital Général de Référence de Yumbi.

« Ces violences ont débuté dans la nuit du 15 au 16 décembre 2018 (…). Le bilan provisoire fait état de 45 morts et plus de 60 blessés », a déclaré à l’AFP Gentiny Ngobila Mbaka, gouverneur de la province du Maï-Ndombe.

Ces violences auraient éclaté quand des membres de la tribu des Banunu ont voulu enterrer un de leur chef coutumier sur les terres d’une autre communauté, les Batendé.

 Plusieurs pertes matérielles causées lors de ces pillages, notamment des maisons incendiées, des magasins pillés, violences physiques entre ces deux communautés, qui jadis cohabitaient en parfaite harmonie dans cette cité, située à 100 Km de la ville de Mbandaka.

 Selon la  Caritas- Dévéloppement Mbandaka-Bikoro, l’élément déclencheur serait l’inhumation du Chef de groupement de Banunu-Bobangi, au nom de Mantoma Bompinda, décédé à Kinshasa, qui devrait être enterré au Bureau du groupement de Banunu-Bobangi sous prétexte que son défunt père fut enterré dans ce même lieu. Chose que les Batende n’ont pas digéré ; car, selon ces derniers la terre de Yumbi n’appartient pas aux Banunu-Bobangi , mais plutôt aux Batende qui se disent être les propriétaires de cette cité.

 Et selon des sources concordantes, l’élément phare de ces affrontement serait la cohabitation difficile entre ces deux tribus qui vivent dans un climat malsain et cette même source renseigne qu’il y a eu une centaine des morts, et plusieurs personnes se retrouveraient dans l’autre rive du fleuve Congo.

Mais cité par l’agence chinoise Xinhua, Jules Bongo Bobongo, Président de la société civile de la cité de Yumbi, évoque un conflit en relation avec les prochaines élections où chaque fois les 2 tribus s’opposent à l’approche du scrutin. Avant les élections de 2006 et celles de 2011, il y avait eu encore des affrontements entre les Banunu-Bobangi qui sont majoritaires et les Batende qui se trouvent être minoritaires.

 Et les Dépêches de Brazzaville de renchérir en ces termes : « En trois jours, plus de 4.000 réfugiés, avec des blessés parmi eux, ont traversé le fleuve Congo fuyant ces violences meurtrières, ont indiqué les autorités du Congo-Brazzaville. Trois d’entre eux sont morts de leurs blessures, selon cette même source ».

Les Batendé auraient un “ascendant” sur les Banunu-Bobangi, “lesquels seraient plus nombreux à traverser le fleuve Congo” pour trouver refuge au Congo-Brazzaville.

Ferry Bonkali

(Stagiaire)   

NEWSLETTER
Soyez informé par e-mail
NOUS SUIVRE SUR
© CARITAS 2017
2880132
aujourd'hui
Cette semaine
Mois
Total
2265
12208
71427
2880132