15/12/2018
NOUS SUIVRE SUR

Kinshasa, le 07 décembre 2018 (caritasdev.cd) : Le Ministre de la Santé, Dr Oly Ilunga Kalenga, a tenu une conférence de presse à Kinshasa ce jeudi 6 décembre 2018 afin d’informer l’opinion nationale et internationale sur l’évolution de l’épidémie d’Ebola. Sa présentation s’est essentiellement concentrée sur les points d’attention principaux de la coordination de la riposte :

    • Situation préoccupation à Butembo et Katwa : Ces trois dernières semaines, une augmentation importante de cas d’Ebola a été observée à Butembo et Katwa. Les principaux défis dans ces zones sont liés à la forte densité et mobilité de la population dans cette grande ville commerçante du Nord-Kivu. Par ailleurs, l’expression des réticences par la communauté est plus violente que la réticence habituellement observée lors des précédentes épidémies d’Ebola. Une frange minoritaire de la population dans ces zones exprime sa réticence à travers la destruction régulière du matériel médical et de centres de santé ainsi que les agressions physiques des agents de santé. 
    • Prévention et contrôle des infections : Un autre aspect inhabituel dans cette épidémie est le rôle joué par les centres de tradipraticiens dans la transmission nosocomiale du virus. Une conséquence parallèle de ces infections nosocomiales est la contamination d’un nombre élevé de prestataires de soins. A ce jour, 44 agents de santé ont été contaminés (soit 9 % du nombre total de cas), parmi lesquels 12 sont décédés. Le renforcement des mesures de prévention et contrôle des infections dans les formations sanitaires publiques, privées et traditionnelles est l’une des priorités des équipes à l’heure actuelle. 
    • Vaccination : Avec plus de 40.000 personnes vaccinées, les équipes de vaccination ont permis d’éviter des dizaines de milliers de cas et de morts. Sans l’intervention des agents de la riposte, le pays aurait probablement déjà atteint plus de 10.000 cas d’Ebola en 4 mois, soit près de la moitié du bilan de l’épidémie de l’Afrique de l’Ouest qui a duré 2 ans. 
    • Conclusion : Le Ministre de la Santé a conclu son exposé en saluant le travail remarquable des équipes de la riposte qui ont permis d’éviter que l’épidémie ne se propage jusqu’à Goma, Bunia et les pays voisins. Toutefois, il a déclaré que l’épidémie durera encore pendant plusieurs mois et que le risque de propagation restera important jusqu’à l’extinction complète de l’épidémie.

  Vaccination

  • Poursuite de la vaccination des prestataires de première ligne à Lubero de manière préventive dans le cadre de la préparation de la zone de santé.
  • Lancement de la vaccination en ceinture élargie (ou ring plus) dans la localité d’Otomaber (située dans la zone de santé de Komanda) et à Aloya (dans la zone de santé de Mabalako).
  • Depuis le début de la vaccination le 8 août 2018, 41.226 personnes ont été vaccinées, dont 18.270 à Beni, 6.272 à Katwa, 4.578 à Mabalako, 3.556 à Butembo, 2.092 à Kalunguta, 1.663 à Mandima, 769 à Vuhovi, 750 à Masereka, 599 à Mutwanga, 521 à Oicha, 434 à Bunia, 409 à Komanda, 392 à Lubero, 355 à Tchomia, 274 à Musienene, 241 à Kyondo, et 51 à Alimbongo.

Avec la Direction Générale de Lutte contre la Maladie / Ministère de la Santé

NEWSLETTER
Soyez informé par e-mail
NOUS SUIVRE SUR
© CARITAS 2017
2188844
aujourd'hui
Cette semaine
Mois
Total
648
14170
39033
2188844