21/09/2018
NOUS SUIVRE SUR

 Kinshasa, le 12  septembre 2018- (caritasdev.cd) - : « La situation financière de la Caritas Congo Asbl n’est pas florissante », a indiqué lors d’une interview, à lire en entier ci-dessous, le Responsable de la Cellule de Finances de cet organe de l’Eglise catholique s’occupant du social en République Démocratique du Congo. « (…) Nous devons avoir l’espoir et nous avons l’obligation de fédérer toutes nos énergies autour du nouveau leadership pour relever ce défi », a par contre lancé monsieur Alfred KUMBELA lors de cette interview, rapporte caritasdev.cd

 

 Question (Q) : Vous êtes aujourd’hui le nouveau Responsable de la Cellule de Finances de la Caritas Congo Asbl. Quel est votre message de première importance que vous délivrez à l’endroit de l’opinion ?

 

Réponse (R) : Le message ne peut être qu’un message d’espoir.

 

Q : Quand avez-vous été nommé exactement comme Responsable de la Cellule de finances de la Caritas Congo Asbl et est-ce que vous voulez vous présenter ?

 

R : J’ai été nommé à mon poste actuel en date du 06 avril 2018. Mon nom est (monsieur) KUMBELA Tsasa Alfred. Je suis Licencié en sciences commerciales de l’Institut Supérieur de Commerce à Kinshasa/Gombe, en RD.Congo

 

Q : Que dites-vous aujourd’hui concernant la situation financière de la Caritas Congo ?

 

R : Il n’est un secret pour personne qu’à ce jour la situation financière de Caritas Congo Asbl n’est pas florissante. Mais, comme dit ci-haut, nous devons avoir l’espoir et nous avons l’obligation de fédérer toutes nos énergies autour du nouveau leadership pour relever ce défi.

 

Q : Quel est votre mot aux bailleurs de fonds de la Caritas Congo Asbl et aux Caritas diocésaines du réseau Caritas dans notre pays ? 

 

R : Mon mot aux bailleurs est qu’ils comprennent qu’aujourd’hui il y a une nouvelle équipe de gestion à la tête de la Caritas Congo Asbl. De ce fait, ils ont intérêt à faire confiance en cette nouvelle équipe. Aux Caritas diocésaines, je leur fais savoir que, pour renchérir sur ce que dit souvent le Secrétaire Exécutif, nous sommes à la fois un réseau et une famille et devrions rester unis, travailler mains dans la main          en synergie, tout en respectant les principes qui nous régissent, notamment les principes de la gestion, de subsidiarité, de solidarité,  etc.

 

Q : Quelles sont vos priorités concernant la Cellule de Finances de Caritas Congo Asbl ?

 

R : Respecter et faire respecter davantage les procédures. Les priorités de notre Cellule de Finances sont aussi : canaliser tous les produits de gestion des projets vers la « marmite commune », améliorer la qualité de nos rapports financiers et respecter le calendrier des rapports convenu avec les bailleurs et enfin procéder au renforcement des capacités des comptables pour un meilleur rendement et harmoniser les salaires des agents.

 

Q : Est-ce que  vous avez quelque chose à dire à vos collaborateurs Assistants financiers et comptables chargés de la gestion comptable des projets/programmes ?

 

R : Oui.  Je leur dis que les défis sont énormes. Mais, pour que nous arrivions à relever ces défis, nous devons travailler d’arrache pied. Nous devons nous souder les coudes et surtout nous devons nous compléter les uns les autres.

 

Q : Avez-vous un mot à dire sur la gestion financière ou comptable des projets ou programmes à Caritas Congo Asbl et quels sont les défis qui vous préoccupent dans ce cadre ?

R : Oui, et je pense qu’il y a lieu de revoir notre façon de faire les choses. Ceci veut dire que la gestion financière ne doit pas seulement être l’apanage du comptable, mais de toute l’équipe de gestion du projet. En effet, très souvent le comptable se sent toujours « orphelin » lorsqu’il produit son rapport. Et pourtant, les inputs viennent des collaborateurs. Quant aux défis, je suis préoccupé par la qualité de nos rapports financiers, le respect du deadline et la problématique relative à la justification des dépenses.

 

Q : Comme comptable, vous vous êtes plusieurs fois rendu sur terrain et comme Responsable de la Cellule de Finances de Caritas Congo Asbl vous vous rendez déjà sur terrain. Qu’avez-vous à dire à ce sujet, sans oublier votre récente mission à Butembo-Beni et Uvira pour le compte d’un projet du Service de Promotion du Développement-Caritas Congo Asbl ?

 

R : Je pense que les descentes sur terrain ne doivent pas être considérées comme des promenades de santé, mais comme une occasion pour accompagner les Caritas diocésaines et renforcer les capacités de nos collègues de terrain dans les différents domaines (technique et financier). Quant à la mission que j’ai effectuée dans les diocèses de Butembo-Beni et Uvira, je souhaiterai que les collègues de terrain prennent à cœur les descentes sur terrain des agents du niveau national. En effet, pour moi, ce moment doit être celui du grand rendez-vous du donner et du recevoir.

 

Q : Est-ce que vous avez à ajouter quelque chose qui vous tient à cœur et dont ce questionnaire n’a pas abordé les aspects ?

 

R : Je pense que toutes les questions posées sont celles qui me tenaient à cœur. Néanmoins, j’ai besoin de l’appui de tous mes collaborateurs pour réussir la mission qui  nous a été confiée par la hiérarchie. 

 

Propos recueillis par JOSEPH KIALA

 

NEWSLETTER
Soyez informé par e-mail
NOUS SUIVRE SUR
© CARITAS 2017
1875039
aujourd'hui
Cette semaine
Mois
Total
2576
15051
70560
1875039