15/11/2018
NOUS SUIVRE SUR

Gbadolite, le 29 juin 2018 (caritasdev.cd) : Caritas Congo Asbl a profité de la Journée mondiale des réfugiés, célébrée chaque 20 juin, pour rendre visite aux réfugiés centrafricains installés dans la province du Nord-Ubangi, au Nord-ouest de la RD Congo. Cela, dans l’optique de créer davantage d’espaces et de possibilités pour que les migrants et les communautés d’accueil se rencontrent, conformément au vœu du Pape François qui a lancé le 27 septembre 2017 la campagne « Partager le chemin », pour la période du 17 au 20 juin 2018. En effet, Caritas Congo Asbl et la Caritas-Développement diocésaine de Molegbe implémentent un projet d’appui multisectoriel en sécurité alimentaire en faveur de ces réfugiés dans les Territoires de Mobayi-Mbongo et Yakoma, au Diocèse de MOLEGBE, dans la Province du Nord-Ubangi.

Ainsi, les membres de la Caritas ont été accueillis vendredi 15 juin 2018, par une foule assez nombreuse en liesse, composée des réfugiés centrafricains et des autochtones, tous bien contents d’une pareille rencontre.  Mais, Caritas a pris soin de ne pas venir seule. Elle s’est fait accompagner d’une forte équipe sur les deux sites de Lembo-Ndongo et Lembo-Yakpa.   Il s’agit notamment du Directeur de Cabinet adjoint de Madame le Gouverneur du Nord-Ubangi, des responsables de la Commission Nationale pour les Réfugiés (CNR) et des cadres du Haut-Commissariat des Nations Unies pour les Réfugiés (UNHCR).

« Nous avons été agrémentés par un ‘musicien’ centrafricain qui jouait de la harpe traditionnelle. Secondé par un jeune garçon et une femme, le poète exécutait une ode à travers laquelle il remerciait Caritas pour la solidarité témoignée aux réfugiés centrafricains et confiait tous ses membres à la bénédiction du Dieu Très-Haut », a confié Mr Vincent Pilipili, de la Caritas Congo Asbl, Coordonnateur Adjoint du projet AA Yakoma.

Après environ une heure de visite et d’entretien avec les réfugiés et les communautés d’accueil, la délégation conjointe s’est rendue au village Lembo- Yakpa, évidemment en prenant soin d’emmener le groupe musical qui avait déjà fait ses preuves au premier site.

Un Chef du village ravi des activités agricoles développées : « Dans certains cas, le malheur apporte le bonheur »

Dans son mot de circonstance sur les deux sites, Mr Vincent PILIPILI a remercié les réfugiés et familles d’accueil pour les efforts fournis afin de participer activement aux activités champêtres. Il a saisi l’occasion pour présenter tous les invités aux chefs des villages et aux bénéficiaires, en leur expliquant le pourquoi de cette visite si nécessaire.

En réponse au speech du Coordonnateur Adjoint du projet, et à l’étape du 1er site, le Chef du village de Lembo-Ndongo a reconnu que depuis ses ancêtres, c’est la toute première fois que se développent des champs d’une telle ampleur. « Dans certains cas, le malheur apporte le bonheur», s’est-il permis de déclarer. En effet, pour avoir accueilli les réfugiés, son village a pu bénéficier d’un important appui en intrants agricoles de la Caritas.

D’après une animatrice du projet, chaque bénéficiaire devrait emblaver une superficie de 30 x 60 m, à raison de 20 x 30 pour l’arachide, le maïs et le niébé. Le nombre total de bénéficiaires pour Lembo est de 287 ménages, répartis sur cinq sites d’au moins 2,5 ha chacun.

Activités agricoles visitées

L’arachide est la principale culture du site Lembo-Ndongo. Le taux de réussite est estimé à 97%. Le maïs connait un peu de difficultés chez certains bénéficiaires à cause du sol qui est sablo-argileux. En outre, quelques pieds de maïs sont attaqués par des chenilles foreuses. Recours est fait au latex de Cactus pour les combattre. Le niébé y croît bien, tandis que le terrain pour le maraîchage est en train d’être défriché. Au village Lembo-Yakpa au contraire, le maïs pousse à 90% très bien.

Face à cette évolution satisfaisante, et dans la probabilité de bonnes récoltes, le Directeur de Cabinet du Gouverneur de province a recommandé de penser à l’acquisition des sacs et éventuellement aux dépôts. Bien que n’étant pas prévu, le Coordonnateur Adjoint a promis d’en informer sa hiérarchie.

Commencée à 12h00 locales, la visite de la Caritas et de ses invités a pris fin vers 15 heures. Monsieur l’Abbé Coordonnateur de la Caritas-Développement Molegbe a tenu à encourager l’Animatrice du projet, lui demandant de tenir compte de quelques recommandations formulées en vue d’améliorer ses prestations.

Pour rappel, financé par le Gouvernement allemand (AA) et la Caritas Allemagne/DCV, le projet d’appui multisectoriel en sécurité alimentaire dans les Territoires de Mobayi-Mbongo et Yakoma, au Diocèse de MOLEGBE, dans la Province du Nord-Ubangi, vise la lutte contre l’insécurité alimentaire dans les zones d’accueil et la promotion de la cohabitation pacifique entre les réfugiés et les communautés hôtes. De manière spécifique, il est question d’appuyer 3.500 ménages des refugiés centrafricains et leurs familles d’accueil dans des activités d’agriculture vivrière et de pêche. Les bénéficiaires sont ainsi 1.750 réfugiés centrafricains et les familles d’accueil pour l’agriculture et 1.750 autres pour la pêche.  Ces objectifs rejoignent le souci de la Caritas Internationalis qui, sous l’orientation du Pape François, cherchent à combattre les préjugés et à rendre les sociétés plus inclusives.

Environ 544.000 réfugiés en RDC

Par ailleurs, selon le rapport annuel de l'Agence des Nations Unies pour les réfugiés, les guerres, les violences et la persécution ont propulsé les déplacements forcés dans le monde vers un nouveau record, avec 68,5 millions de personnes déracinées en 2017, soit une toutes les deux secondes - soit environ la population de la Thaïlande.

Dans un monde où chaque jour la violence force des milliers de familles à fuir leur foyer pour survivre, c'est le moment pour la communauté internationale de se montrer solidaire avec les réfugiés.

 « Il y a aujourd’hui plus d’un demi-million de réfugiés en République Démocratique du Congo, 544.000 si j’arrondis, parmi lesquels, 219.000 Rwandais, 176.200 Centrafricains, 92.700 Sud-Soudanais, 45.000 Burundais. Ça fait beaucoup ! C’est 62.000 de plus que l’année passée »,  a affirmé mercredi 20 juin 2018 le Représentant régional adjoint du HCR en RDC, Olivier Beer, cité par Radio Okapi.

A ceux-là s’ajoutent près de 398.000 autres réfugiés qui vivent hors des sites du HCR. De quoi pousser cette agence onusienne à féliciter la RDC pour l’accueil généreux de ces réfugiés.

Guy-Marin Kamandji

 

 

NEWSLETTER
Soyez informé par e-mail
NOUS SUIVRE SUR
© CARITAS 2017
2088499
aujourd'hui
Cette semaine
Mois
Total
1254
15304
55268
2088499