15/12/2018
NOUS SUIVRE SUR

Bunia, le 12 février 2018 (caritasdev.cd) : Un mouvement de retour des déplacés installés dans la ville de Bunia s’observe depuis trois semaines, indique le Coordonnateur Provincial pour l’Ituri de la Direction Nationale de la Protection Civile, Mr Robert Ndjalonga Dz’Ro, dans un rapport daté du 10 avril 2018, parvenu à caritasdev.cd. En fait, « les violences à Djugu ont provoqué plus de 250.000 déplacés internes, qui se sont installés dans les écoles, églises et hôpitaux, vivant dans la promiscuité et éprouvant des difficultés pour trouver à manger », avait déploré la Mission de l’ONU pour la Stabilisation de la RDC (MONUSCO), dans un tweet lundi 26 février 2018.

C’est donc une bonne nouvelle depuis le déclenchement des hostilités en début février 2018 entre les Lendu et Hema dans le Territoire de Djugu, en province d’Ituri. « Depuis trois semaines, on constate le retour des déplacés internes dans leurs villages d’origine. Ce qui confirme le retour de la paix et de la scurité dans les secteurs qui ont été touchés par la tension dite interethnique entre Lende et Hema dans le Territoire de Djugu », se réjouit cette direction du Ministère congolais de l’Intérieur et Sécurité.

Pour faciliter ce retour et cadrant avec son programme de Relèvement et de Réinsertion communautaire, le Gouvernement Central, par le biais de son Ministère des Actions Humanitaires, procède à l’enregistrement des déplacés volontaires désirant retourner dans leurs villages d’origine. Ledit enregistrement est effectué par le Service de la Protection Civile depuis le 06 avril 2018.

Il sied de signaler que ces volontaires sont de déplacés se trouvant sur les deux sites installés dans la ville de Bunia.  L’on ajoute à ces deux sites, celui de regroupement de Bembey /Simbilyabo (environ 7 km du centre –ville de Bunia), affirme ledit rapport.

721 ménages déplacés sur 5.597 prêts pour le retour

Les statistiques disponibles de ménages sollicitant le retour dans leurs villages d’origines, présentent la situation suivante par site. Pour le site de l’Hôpital Général de Référence de Bunia, 612 ménages sollicitent le retour dans leurs villages d’origine sur 1.969 ménages de déplacés. Pour le site d’Institut Supérieur Pédagogique de Bunia, c’est 109 ménages déplacés sur 2.055 ; tandis que au site de regroupement de Bembey /Simbilyabo, aucun ménage sur les 1.573 n’est encore prêt à retourner dans son village.

La Coordination Provinciale de la Protection Civile de l’Ituri signale en outre que ce processus d’enregistrement de retour volontaire continuera également dans les jours qui viennent sur les autres sites de regroupement à l’intérieur de la province. Deux sites sont déjà ciblés : Drodro (avec 4.062 ménages déplacés) et Kpandroma –Rethy (6.327 ménages).

La Coordination provinciale est convaincue qu’avec le rétablissement de la sécurité qui s’installe déjà dans les villages frappés par la tension ayant causé les déplacements massifs de la population du Territoire de Djugu, tous ou la quasi- majorité de ces déplacés retourneront dans leurs villages d’origine pour continuer avec leur vie normale comme c’était le cas dans le temps d’avant-crise.

La MONUSCO prête à collaborer avec les Autorités pour ce retour paisible

A cette occasion, les autorités de la place suggèrent aux partenaires Humanitaires et aux Agences de Nations Unies de penser déjà aux différents projets de relèvement, réinsertion de reconstruction durable pour venir en appui à ce programme du Gouvernement Central qui vient d’être lancé par le biais de son Ministère aux Actions Humanitaires.

C’est dans ce contexte que  la Représentante spéciale du Secrétaire général des Nations Unies en RDC, Mme Leila Zerrougui, a réitéré mardi 10 avril 2018 l’engagement de la MONUSCO à collaborer avec les autorités provinciales de l’Ituri pour le retour paisible des déplacés de Djugu dans leurs milieux respectifs. Cette annonce a été faite hier après un échange avec le Gouverneur de l’Ituri. Mme Leïla Zerrougui arrivait là à Bunia pour la première fois depuis sa prise de fonction. Citée par Radio Okapi, elle a ajouté que ce retour doit être suivi d’une réconciliation entre les ethnies affectées par le conflit,  plaidant  pour que les deux communautés vivent en paix et se réconcilient.

Pour rappel, en soutien aux efforts du Gouvernement congolais pour faire face à la détérioration de la situation sécuritaire, la MONUSCO (Mission de l’ONU pour la Stabilisation en RDC), avait renforcé sa présence dans la zone en déployant trois bases militaires temporaires à Djugu, Blukwa, et Fataki et en intensifiant ses patrouilles dans le territoire de Djugu depuis le 10 février 2018.  La mission onusienne mène également des consultations avec toutes les communautés ainsi qu’avec les autorités afin de prévenir de nouvelles attaques et de stabiliser la   situation dans  la région.

Mlle Myriam BAMBA (Stagiaire)

 

 

 

NEWSLETTER
Soyez informé par e-mail
NOUS SUIVRE SUR
© CARITAS 2017
2188879
aujourd'hui
Cette semaine
Mois
Total
683
14205
39068
2188879