23/10/2018
NOUS SUIVRE SUR

 

Kasenga, le 06 février 2018 (caritasdev.cd) : contribuer à la réduction du taux de malnutrition chronique chez les enfants de 0 – 23 mois en République Démocratique du Congo,

tel est l’objectif  d’un programme de Nutrition à Assise Communautaire  (NAC) que supervise Caritas Congo Asbl. Cette dernière revient d’une visite programmatique des activités dudit programme avec l’UNICEF, qui le finance, dans le Haut-Katanga.

 Interviewé par caritasdev.cd, Monsieur Hubert DIAMFU MUNGALA, Chargé de Suivi et Evaluation de Nutrition à la Caritas Congo Asbl,  donne les points forts de cette mission de supervision effectuée dans les Zones de Santé de Kapolowe et Kasenge,  dans le Haut-Katanga.

 Du 14 au 27 janvier 2018, vous avez effectué une mission. Quel en était son objet de base et où a-t-elle eu lieu ?

Cette mission s’est déroulée dans les zones de Santé de Kapolowe et de Kasenga. Elle avait comme objet la visite programmatique des activités de la Nutrition à assise communautaire.

Quels étaient les moments forts de votre mission ?

Les points forts de notre mission étaient : La visite des activités génératrices des revenus  comme moyen de motivation des RECO ; l’entretien avec les autorités politico – administratives locales, les comités de développement de l’aire de santé, l’Equipe cadre de la zone de santé, les Infirmiers titulaires, les relais communautaires et les ménages ; la présentation sur power point du projet à toutes les parties en présence.

 Cette mission s’inscrit dans le cadre de quel projet : objectif, parties prenantes, population cible ?

 Cette mission s’inscrit dans le cadre du projet de promotion de la Nutrition à Assise communautaire. Son objectif  est de contribuer à la réduction du taux de malnutrition chronique chez les enfants de 0 – 23 mois dans les zones de santé de Kapolowe et Kasenga, dans la province du Haut Katanga. Les parties prenantes sont  les ménages, les cellules d’animation communautaires (CAC), les relais communautaires (RECO), le CODEV, les zones de santé et les autorités politico – administratives, religieuses et traditionnelles. Les populations cibles du projet sont les enfants de 0 – 23 mois (soit 1000 jours), les femmes enceintes et les femmes allaitantes.

 Pourquoi la Caritas Congo Asbl, a-t-elle jugé utile de faire  descendre son     équipe sur le terrain ?

 Les descentes bimensuelles des agents de Caritas Congo Asbl sont inscrites dans le projet en vue d’assurer le suivi et l’accompagnement de proximité  pour  une bonne mise en œuvre. Pour cette mission, nous sommes allés accompagner le bailleur Unicef dans la visite programmatique des activités de la Nutrition à Assise.

 Comment évoluent les activités de la Nutrition à Assise Communautaire dans les Zones de santé concernées et quelles recommandations auriez-vous formulées aux équipes locales ?

Les activités  de la Nutrition à Assise communautaire vont bon train  et toutes les étapes de la NAC sont bien respectées. Les grandes recommandations ont été formulées à l’endroit du chef de secteur de Lufira (ZS de Kapolowe) qui ne se serait pas impliqué directement dans le projet.

A l’Agripel (agriculture, pêche et élevage) du secteur  n’assume pas les taches qui sont dévolues de sensibiliser et encadrer les paysans  et se contente par contre à la perception des taxes sur les produits agricoles, pêche et élevages. 

Une autre recommandation a été formulée au Médecin Chef de zone de santé qui ne rédigeait pas les rapports de supervisions et prendrait seulement acte de ceux produits par ses superviseurs du bureau central de la zone de santé.

Quelles sont les difficultés rencontrées pendant la période de votre mission ?

Les difficultés rencontrées sont les suivantes : les pluies diluviennes qui  s’abattent  régulièrement sur le Haut-Katanga ont provoqué le délabrement des routes conduisant vers les Aires de Santé (Ndakata, Kapulwa, Koni et autres) ;

La présence des groupes armés (Maï – Maï Mazembe) opérant dans l’Aire de santé de Kyembe ne pouvait pas nous permettre d’y aller et visiter nos activités

pendant cette période. Toute la population est préoccupée par les travaux champêtres. Il est rare de trouver les gens aux villages, car la majorité a migré vers le campement pour cultiver.

La zone traverse une période de soudure car les activités de la pêche sont suspendues et les protéines d’origine animale ont diminuées dans l’assiette des enfants de 6 – 23 mois, des femmes enceintes et allaitantes.

 Comment envisagez-vous la suite de ce projet ?

Nous allons commencer l’évaluation  pour la certification des villages NAC et soumettre  au PRONANUT et au bailleur.

Il faudra que nous puissions aussi ensemble avec le bailleur (Unicef) voir la possibilité d’étendre nos activités dans d’autres Zones de santé où les besoins se font sentir plus qu’à Kapolowe et à Kasenga.

 Propos recueillis par Dody ISHAKU (Stagiaire)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

NEWSLETTER
Soyez informé par e-mail
NOUS SUIVRE SUR
© CARITAS 2017
2003830
aujourd'hui
Cette semaine
Mois
Total
2279
4890
87120
2003830