20/02/2018
NOUS SUIVRE SUR
 

Gitega, le 17 janvier 2018 (caritasdev.cd): En marge de la réunion du Comité Permanent de l’Association des Conférences Episcopales de l’Afrique Centrale (ACEAC) qui se tient au Grand Séminaire Jean Paul II de Gitega, dans la deuxième ville du Burundi,

les  Evêques de la sous-région ont effectué une visite auprès des réfugiés congolais qui se trouvent à l’Est du Burundi, dans le Diocèse de Ruyigi.

Malgré le désespoir et le désarroi  que vivent les réfugiés congolais dans le Camp de Bwagiriza  de la Province de Ruyigi dans le même diocèse, vendredi le 12 janvier 2018 était une journée extraordinaire. Ils étaient tous aux anges. Leurs pères Evêques de différents Diocèses de l’Eglise Catholique de la République Démocratique du Congo étaient venus voir leurs brebis qui vivent des conditions déplorables depuis plus de 20 ans.

« Nous répondons au message de notre Pape de partager le chemin avec les migrants et les réfugiés en  faisant le choix de venir ici dans le camp de Bwagiriza pour soutenir les réfugiés congolais qui vivent ici loin de leurs compatriotes. C'est la troisième visite que nous effectuons dans les camps des réfugiés après Mahama au Rwanda et au Congo », a déclaré l’Evêque du Diocèse de Ruyigi dans son message d’accueil.

11 évêques de la sous-région de l’Afrique Central étaient présent à ce grand rendez-vous, trois du Burundi le pays hôte, trois du Rwanda et 6 de la RDC. Ces réfugiés avaient retrouvé une journée de joie avec leurs évêques. Une grande messe œcuménique  a été célébrée par  Les Evêques de l'ACEAC en procession lors de la messe pour les réfugiés congolais à GitegaDieudonné Uringi , Evêque du Diocèse de Bunia de la RDC. Dans un swahili congolais,  les chrétiens réfugiés entonnaient des champs avec une danse typiquement congo , une façon de revivre l’ambiance du Congo au Camp.

Après la messe, les représentants des réfugiés ont pris la parole pour remercier ces Evêques de l’ACEAC et ont en même temps exprimé leurs sentiments. « Cette visite nous donne encore de la force et cela nous renforce comme réfugiés, nous nous sentons valorisés même si le monde ne nous a pas aimés .Nos compatriotes réfugiés se sentent délaissés et abandonnés. Nous espérons que nos pères qui ont fait ce déplacement vont continuer le plaidoyer à nos trois gouvernements pour stabiliser la région », a dit le représentant des réfugiés

Au nom de la Coordination des confessions religieuses du Camp, Stéphane Mutabazi  a demande à ces Evêques d’organiser une conférence tripartite pour la paix dans les pays des Grands – Lacs. Une rencontre qui pourrait se tenir sous l’égide de la coordination épiscopale de la région pour identifier les causes réelles des conflits dans nos pays et la recherche des solutions concrètes à y  apporter.

«  Il n’est pas normal que nos pays soient à la fois des lieux où les voisins en fuite se réfugient mais aussi où les nationaux se trouvent en détresse .Que cachent ces manigances ?  Beaucoup de nos concitoyens sont des chrétiens , de même que les gestionnaires dont vous êtes pères spirituels , influencez - les» a conclu ce représentant des confessions religieuses du Camp.

L’Evêque du Diocèse de Kabwayi au Rwanda , monseigneur Smaragde Mbonyintege, en même temps Président de l’ACEAC, a prononcé au nom de la sous-région un discours qui a réconforté ces réfugiés: « C’est triste de vous voir ici, mais c’est aussi encourageant de vous voir avec cette joie et cette belle mélodie. C’est incroyable, il doit y avoir quelque chose derrière ça ; c’est la joie du Christ. En venant ici, nous répondons à l’appel du Pape de soutenir les migrants. Nous vous garantissons d’être vos porte-paroles. Nous allons parler pour vous. Si vous allez mendier , nous allons mendier avec vous; si vous pleurez , nous allons pleurer avec vous. Nous allons partager la peine. C’est d’ailleurs la raison de notre visite ici. Nous savons que c’est dur de vivre loin de sa famille, loin de ses compatriotes ». Un message fortement applaudi par ces réfugiés. Le président de l’ACEAC a donné l’occasion au Coordinateur de la section migrant et réfugiés à Rome dans la région Afrique, Abbé Lambert Taunamou, qui a rappelé quatre verbes qui résument la campagne "Partager le chemin" lancé par le Pape: "Accueillir, Protéger, Promouvoir et Intégrer les réfugiés".

Ces évêques catholiques de la sous-région ont du pain sur la planche, car la zone est victime de beaucoup de turbulences qui engendrent beaucoup de déplacements. Ces réfugiés Banyamulenge vivent dans les camps du Burundi depuis bientôt 20 ans. Des enfants qui sont nés dans les camps sont aujourd’hui des adultes et commencent à fonder leurs familles. Certains sont considérés dans ce camp comme des apatrides et sont à la recherche des pays d’accueil. Au moins plus de 50.000 Congolais vivent dans de différents Camp au Burundi. Il y a quelques mois, l’ACEAC a visité le Camp de Mahama au Rwanda qui abrite plus de 50 milles réfugiés burundais. Ils étaient porteurs du même message. «  Nous partageons le chemin comme vos pères »!

  Jean Nepo BIRONKWA (Chargé de Communication de Caritas Burundi)

 

 

NEWSLETTER
Soyez informé par e-mail
NOUS SUIVRE SUR
© CARITAS 2017
1518583
aujourd'hui
Cette semaine
Semaine passée
5290
32458
362494