22/04/2019
NOUS SUIVRE SUR

Kinshasa, le 14 janvier 2019 (caritasdev.cd) : Dans une interview accordée récemment à caritasdev.cd, le Secrétaire Exécutif de la Caritas Congo Asbl, Boniface Nakwagelewi ata Deagbo, a parlé de sa récente mission à la partie Est de la RD. Congo. Ce dernier a voulu exprimé la proximité de la Caritas nationale aux Caritas-Développement Butembo-Beni et de la Caritas-Développement Kisangani dans leur travail quotidien pour les plus vulnérables. Il les a aussi encouragés particulièrement pour leur participation à la riposte contre la Maladie à Virus Ebola (MVE).

Ferry Bonkali & Christelle Tshimbela: Quel était l’objet de votre mission effectuée récemment à l’Est du pays ? C’était en quelles dates et où exactement ?

Boniface Nakwagelewi ata Deagbo: J’ai fait un déplacement à Butembo, Beni et Kisangani, dernièrement. C’était pour encourager les équipes de la Caritas Congo Asbl, de la Caritas-Développement Butembo-Beni et de la Caritas-Développement Kisangani qui participent, notamment, à la riposte contre la Maladie à Virus Ebola (MVE). A Butembo, l’Evêque est très impliqué. Il s’est fait même vacciner. Il fait des descentes sur terrain. Il a réuni plusieurs fois les prêtres, les chrétiens et a parlé plusieurs fois devant la presse tant nationale qu’internationale pour la sensibilisation sur cette maladie. Après nous avons participé à la réunion de coordination. Quand nous sommes arrivés à Kisangani, la maladie n’avait pas encore atteint cette ville. Et Dieu merci, cette ville n’est pas atteinte par la MVE. Nous sommes allés contribuer à la sensibilisation des mesures pour prévention contre cette maladie ; car, autrement, elle pourrait atteindre les populations des Diocèses environnants, notamment les diocèses de Wamba, Bunia, Goma et Kisangani. Après avoir enregistré les cas à Mambasa et à Komanda, il a été nécessaire de sensibiliser les personnes de ces diocèses. Nous avons eu une grande réunion à Kisangani. Nous avons réuni les curés des paroisses et les agents pastoraux, en présence du Monseigneur  l’Archevêque Marcel Utembi, en présence aussi du Médecin-Divisionnaire de la province qui nous a donné des explications sur la Maladie à Virus Ebola.

Qui avez-vous rencontré et quels étaient les moments forts de votre mission ?

Oui, je dois dire que nous avons connu trois moments forts lors de notre mission : le 1er moment fort c’était la rencontre avec Monseigneur Melchisédech Sikuli, Evêque de Butembo-Beni. Ca été trop fort ! Le 2ème moment fort a été nos différentes participations à des réunions de coordination à Butembo et à Beni ; enfin, la sensibilisation et le briefing des agents pastoraux qui s’est passé à Kisangani. Nous avons rencontré les collègues de la Caritas Kisangani pour le travail de réorganisation des Caritas paroissiales ; car à Butembo et à Beni, les Caritas paroissiales constituent les canaux de communication pour la lutte contre la Maladie à Virus Ebola.

 

Quelle leçon avez-vous tirée de votre mission et quelles recommandations/résolutions ont-elles été formulées ?

Première chose, l’Eglise catholique reste et restera un meilleur canal de communication. L’église Catholique se trouve dans toutes les provinces que compte notre pays. Et cette présence est significative, même dans les villages, les paroisses et CEVB (Communauté ecclésiale vivante de base). Tous ceux-ci constituent des canaux de communication, par rapport à ce que j’ai vu  à Butembo et à Beni et cela m’a permis de faire les recommandations à la Caritas-Développement Kisangani afin que cette dernière puisse suivre cet exemple. La deuxième chose, c’est la collaboration : entre la Caritas et les Services Publics de la santé, notamment la Division Provinciale de la Santé (DPS) à Butembo, Beni et Kisangani. Les différents services de l’Etat travaillent en harmonie avec ces Caritas. Et ça, c’est une très bonne chose, et permettra de lutter contre Ebola. Et je leur ai demandé de consolider cette parfaite relation avec l’Etat, car nous sommes partenaires avec l’Etat depuis plusieurs années. Nous avons une convention avec l’Etat en matière de santé. Nous travaillons avec l’Etat en suivant sa politique en cette matière.

 

Quelles sont les difficultés et défis liés à cette mission d’accompagnement des Caritas-Développement Diocésaines par la Caritas Congo Asbl ?

La première difficulté est le fait que nous avons voyagé pendant le moment de la campagne électorale. Ce qui nous a exposé aux caprices des programmes de vol. Nous avons quitté Kinshasa le jeudi 22 novembre 2018 pour Butembo. La deuxième difficulté était de travailler dans une zone rouge. Heureusement que nous sommes l’église et nous avons travaillé en respectant les normes d’hygiène telles que stipulées par l’OMS et OCHA (Bureau de coordination des affaires humanitaires des nations-unies). Nous n’avons pas eu des problèmes, mais c’était tout de même risquant d’aller dans une zone où sévit la Maladie à virus Ebola. Car vous ne pouvez pas saluer les gens, ne pas toucher n’importe quoi, se laver les mains plusieurs fois. A chaque fois que vous touchez à quelque chose, il faut se laver les mains. A la perturbation des vols pendant ce moment de campagne électorale, il fallait ajouter  l’insécurité causée par des attaques récurrentes des mouvements rebelles, notamment les ADF Nalu qui sèment la désolation dans ce coin du pays.

 

Auriez-vous quelque chose à ajouter sur votre mission que nous n’aurions pas abordée ici ?

Pendant mon séjour, j’ai fait passer le message de solidarité à nos collègues de la Caritas  Butembo ainsi qu’à Monseigneur l’Evêque Melchisédech Sikuli lui-même, et à tous les chrétiens que j’avais rencontrés lors de la séance de sensibilisation à Beni. Je réitère encore ce message à l’endroit de mes collègues de Butembo-Beni, en leur disant que la Coordination Nationale de la Caritas Congo Asbl est de cœur avec eux. Nous sommes conscients de ce qui se passe ; des difficultés liées à la maladie à Virus Ebola, aux attaques des groupes armés et à leur activisme. Et nous sommes de cœur avec Monseigneur l’Evêque, avec les collègues de la Caritas diocésaine, avec l’ensemble des chrétiens catholiques ainsi qu’avec toute la population frappée par cette difficulté de la maladie.

Propos recueillis par Ferry Bonkali et Christelle Tshimbela (Stagiaires)

 

 

 

 

 

NEWSLETTER
Soyez informé par e-mail
NOUS SUIVRE SUR
© CARITAS 2017
2652852
aujourd'hui
Cette semaine
Mois
Total
46
39511
100676
2652852