26/03/2019
NOUS SUIVRE SUR

Kikwit, le 06 novembre 2017 (caritasdev.cd) : Le Coordonnateur National du Service de Promotion de la Santé (SPS) de la Caritas Congo Asbl, Mr Jean MUNONGO,

a participé à un atelier de renforcement de surveillance à base communautaire de Paralysie Flasque Aigue (PFA), tenu récemment dans la  province  du Kwilu. Dans une interview à lire in extension ci-dessous, il estime que l’accompagnement, le suivi et  la supervision régulière des Zones de santé ne devront pas seulement se limiter au niveau des équipes-cadre des Zones de santé, mais aussi et surtout au niveau des formations sanitaires et de la communauté. 

 

 

Quel   était  l’objet de votre mission effectuée récemment  et où a-t-elle  eu lieu ?

L’objet de ma mission était de renforcer  la surveillance à base communautaire, dotée  par le projet  de PFA (Paralysie Flasque Aigue), financé par la Fondation Bill & Melinda Gates. C’était une mission de supervision conjointe, avec le délégué, Consultant du bailleur et le Ministère de la Santé. La mission s’est déroulée dans la Province du Kwilu au Niveau de l’Antenne PEV Kikwit, des Zones de santé de Vanga et Yasa-Bonga ainsi qu’au BDOM (Bureau Diocésain des Œuvres  Médicales) de Kikwit du 10 au 21 octobre 2017.

 

Quels étaient les moments forts de votre mission ?

Les moments les plus forts restent les entretiens avec les leaders communautaires et d’autres acteurs, notamment les relais communautaires formés dans la surveillance à base communautaire des cas de PFA. Cela de même concerne aussi des autres maladies évitables par la vaccination, le rapportage des données tant programmatiques que financières. Ces acteurs communautaires se sont effectivement approprié les activités du projet.

Quant aux résultats attendus,  les cinq Zones de Santé, Vanga, Yasa Bonga, Lusanga, Mungindu et Kingandu, sont silencieuses et  commencent  à notifier des cas de PFA.

 

Quelle leçon avez-vous tirée de cette rencontre et quelles recommandations auriez-vous formulées à la  Caritas Congo Asbl ?

L’accompagnement, le suivi et  la supervision régulière des Zones de santé ne devront pas seulement se limiter au niveau des équipes-cadre des zones de santé, mais aussi et surtout au niveau des formations sanitaires et de la communauté. C’est la leçon principale à attirer. Le chronogramme des activités de suivi du projet doit aussi être respecté. Il faudra également encourager les supervisions conjointes avec l’unité centrale du PEV et l’antenne PEV.

 

Auriez-vous quelque chose à ajouter que ce questionnaire n’a pas abordé?

Je suggère que tous les acteurs clés dans la mise en œuvre des activités du projet soient sensibilisés. Car, leur responsabilité joue un rôle très important  pour un travail efficace en vue d’un impact franc pour une extension à d’autres Zones de Santé afin d’atteindre les résultats du projet.  

Carine ATOGBIA (stagiaire).

NEWSLETTER
Soyez informé par e-mail
NOUS SUIVRE SUR
© CARITAS 2017
2539247
aujourd'hui
Cette semaine
Mois
Total
1560
3863
88579
2539247